Cultural Engineering Group Weblog

Services & Ressources en ingénierie culturelle

Pour reconstruire les masters de médiation culturelle

Nous venons d’apprendre que la médiation culturelle vient d’être effacée de la liste des diplômes universitaires. D’un coup d’un seul ce sont 20 ans de travaux liant étroitement citoyens, artistes, professionnels et universitaires qui disparaissent. 20 ans d’une bataille qui a réussi à inscrire les publics au cœur de l’action culturelle. 20 ans d’efforts pour réconcilier les théories et les pratiques portées par l’Education populaire et celles des professionnels de la culture. Pas seulement de la culture instituée et défendue par le ministère du même nom, mais la culture au sens large, celle portée par les citoyens, le monde associatif, les amateurs qui œuvraient tous ensemble à ce que chaque culture soit reconnue, travaillée appropriée.

La médiation a su trouver sa place aussi bien dans la reconnaissance de cursus diplômants que dans les cadres d’emploi tant des collectivités territoriales que de l’Etat. Aux côtés des artistes, des administrateurs, des conservateurs, des chargés de communication, les professionnels de la médiation sont devenus ces spécialistes des populations visées par le projet de démocratisation culturelle. Nous avons réussi à faire reconnaître qu’il était essentiel pour toute institution patrimoniale et de création (musées d’art, de sciences, d’histoire et de société, monuments historiques, bibliothèques, archives, centres d’art, centres de culture scientifique et technique, centres d’architecture et d’urbanisme, théâtres, centres chorégraphiques, orchestres, etc.) que des professionnels accompagnent les publics dans leurs démarches d’appropriation.

Ce n’était pas simple ! Nous avions constaté que la démocratisation culturelle ne pouvait être laissée aux producteurs des œuvres, des créations, des savoirs, car ceux-là ont déjà fort à faire pour inventer, chercher, créer. Nous savions aussi qu’il ne s’agissait pas seulement de communication ni de marketing et qu’il fallait veiller à ne pas assimiler les œuvres à des « produits » commerciaux. Nous savions qu’il y allait de la justice et de l’égalité entre tous si l’on voulait éviter que seuls ceux qui étaient déjà dotés d’un fort capital culturel se sentent concernés par les arts, les savoirs scientifiques et la culture. Nous avons voulu former des spécialistes qui auraient pour tâche d’intéresser les personnes à ce que produisaient les artistes et les chercheurs. Nous avons inventé et développé la « médiation culturelle », un ensemble de métiers qui travaillent à diminuer l’écart entre les publics et les œuvres, qui font cet indispensable travail de transmission. Ce travail ne relève pas seulement de l’école mais de toutes les institutions de culture, petites et grandes, qui maillent le territoire national et aujourd’hui le territoire immatériel de l’Internet.

Cette fonction s’est imposée au point que les musées ont reconnu son utilité en l’inscrivant dans la loi « Musées » de 2002. Alors que les besoins sont immenses, pourquoi supprimer aujourd’hui ces formations qui savent préparer les professionnels, dans tous les champs disciplinaires, aux enjeux et aux pratiques de transmission informelle ? Comment faire aboutir la réforme des rythmes scolaires et l’instauration d’un parcours d’éducation artistique et culturelle pour tous les élèves sans faire appel à ces professionnels qui savent faire converger les besoins de l’école et les ressources des équipements culturels ? Faut-il cesser de former des médiateurs alors que se multiplient les dispositifs de sensibilisation et de transmission pour lesquelles les artistes ou les scientifiques ne sont nullement préparés ? Va-t-on laisser seuls les enseignants face à ces missions, alors qu’ils ont pu constater l’utilité et l’importance des savoir-faire de ces nouveaux professionnels? Va-t-on purement et simplement abandonner d’immenses territoires dans lesquels n’existent que de petits équipements culturels aux moyens affaiblis par les restrictions budgétaires ? Où vont pouvoir se former tous ces jeunes qui veulent mettre en place des projets culturels, auprès des publics « empêchés » parce qu’ils sont dans des établissements fermés (l’hôpital, la prison), sont enfermés dans la maladie ou le handicap ou parce qu’ils n’y ont jamais eu accès et n’ont pas de famille pour les y inciter?

Sans doute cette jeune profession, qui figurait sur la liste des « nouveaux métiers, nouveaux emplois » soutenus par l’État en 1997 (autant dire au siècle dernier) était-elle encore à préciser dans ses misions, ses compétences, ses savoir-faire et ses références (sociologie, histoire de l’art, communication, psychologie sociale, etc.). Mais c’est précisément par cette ouverture, cette faible institutionnalisation qu’elle pouvait affirmer son rôle d’interface et d’attention pour tous les publics, d’intermédiaire efficace.

Plus encore, elle préfigure de nouvelles façons de transmettre, car elle a été le lieu où pouvaient se construire de nouvelles pratiques de formation, d’éducation, de sensibilisation. Les lieux culturels, petits et grands, non contraignants, ouverts à tous, mettant à la disposition de tous les savoirs et les productions de toutes les populations (pensons aux écomusées ou aux orchestres amateurs) reposent sur ces compétences variées qu’il est indispensable de maîtriser pour que fleurissent les projets culturels qui sont indispensables à la construction de chacun, dans le souci de l’autre.

Est-ce faute d’avoir pris conscience de l’importance de la médiation culturelle que le ministère de l’enseignement supérieur a pris la décision de supprimer ces diplômes ? Jusqu’où fallait-il simplifier ? Les professionnels de la médiation et les chercheurs ont-il pu se faire entendre ? C’est pourquoi nous demandons tant au ministère de l’Enseignement supérieur qu’au ministère de la Culture de reconstruire les mastères de médiation culturelle. La liste parue au Journal Officiel du 11 février 2014 page 2414 – texte n° 21 – Arrêté du 4 février 2014 témoigne d’un repli sur les disciplines traditionnelles, oublie des champs culturels importants (la photographie et le design par exemple), et positionne la médiation du côté des sciences, en la mêlant à l’information. Or la médiation n’est pas de l’information.

Si la médiation culturelle reste absente des nomenclatures de formation, comment sera-t-il possible de former les professionnels des services des publics dans les secteurs du patrimoine et de la création ? Comment seront formés ceux qui mettent la science en culture ? Va-t-on assister à un retour en arrière, avec des publics qui ne seront plus accueillis ? Oublie-t-on enfin que la qualité des médiations dans les institutions culturelles est pour beaucoup dans leur réussite et dans leur rayonnement, auprès de nos concitoyens et auprès d’un public plus lointain, celui des étrangers qui viennent en France ?

Tous les pays développés ont de tels professionnels, et ils sont souvent au même niveau de responsabilité que les conservateurs (les scientifiques) et les gestionnaires. C’est loin d’être le cas dans notre pays. En restaurant les mastères professionnalisant et de recherche à la médiation culturelle, la France pourrait affirmer qu’elle ne renonce pas à mettre les publics et les populations au centre du travail des institutions culturelles. Elle donnerait ainsi un contenu à l’affirmation toujours répétée et jamais concrète de la dimension culturelle de sa démocratie.

Pour signer la pétition, cliquez ici.

About these ads

Classé dans:Analyses, Financement de projet, Gouvernances, Politiques culturelles, , ,

3 Responses

  1. Paul Bucau dit :

    Très sensible à la question de la médiation au regard des enjeux de la politique culturelle, je me permettrais d’introduire ici un concept nouveau qui n’est pas mentionné dans cet article, tellement il est neuf. Il s’agit de repartir de votre affirmation qui je cite ici, car elle est typiquement la phrase formulée par les défenseurs de la médiation:" Nous avons voulu former des spécialistes qui auraient pour tâche d’intéresser les personnes à ce que produisaient les artistes et les chercheurs." L’innovation de ces dernières années est de travailler pour "intéresser les artistes et les chercheurs à leur public". Avec ce changement de cap, on ouvre de nouveaux horizons dans la sphère culturelle, on peut concevoir d’une société où tout d’abord on cesse de vouloir donner à manger aux populations ce que produisent des élites intellectuelles et artistiques se questionnent, mais surtout où les élites cherchent à se rapprocher des populations. Où des expressions artisitque et scientifiques vont se construire au contact du publi, en lien avec le public, dans un processus réflexif avec le public, qui de fait devient participant plus que public. Cette nouvelle approche, que beaucoup nomment participative, est j’en suis convaincu le gage d’une société qui apprendra à se comprendre dans sa diversité, dans ses contradictions… là où on espère encore trop aujourd’hui que le rêve Malrucien s’accomplisse, c’est-à-dire que le simple contact aux œuvres de l’esprit éveillera les populations…

  2. […] Si vous voulez en lire plus sur les enjeux du maintien du Master de Médiation Culturelle en France. […]

  3. […] Nous venons d'apprendre que la médiation culturelle vient d'être effacée de la liste des diplômes universitaires. D'un coup d'un seul ce sont 20 ans de travaux liant étroitement citoyens, artistes, professionnels et …  […]

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Archives

Audience stats (year four)

  • 357,337 page views

Network map today : 2428 experts members and contributors

Rejoignez 700 autres abonnés

Themes

Action artistique et culturelle Agenda 21 Aménagement du territoire Architecture Art dans la ville Art et espace public Arts sciences et technologies Billets réflexifs Capitales européennes de la culture Coopération culturelle Coopération internationale Creative cities Création contemporaine Création numérique Cultural Engineering Group Culture et développement territorial Culture et innovation Dialogue interculturel Diversité culturelle Démocratisation de la culture Développement culturel Développement des territoires Développement durable Développement soutenable Economie créative Economie de la culture Ethique Evaluation des politiques culturelles Financement de la culture Finances publiques Gouvernance culturelle Industries créatives Industries créatives et design Industries culturelles Ingénierie culturelle Ingénierie de la connaissance Ingénierie touristique Innovation Innovation sociale Interculturel Marché de l'art Marketing culturel Marketing des territoires Musées Musées et nouvelles technologies Mécénat Métropoles créatives Nouveaux médias Nouvelles gouvernances Nouvelles technologies Patrimoine Politique culturelle Politique de la ville Politique des territoires Politique européenne Politiques culturelles Politiques de l'innovation Politiques des territoires Politiques européennes Politiques publiques Politiques publiques et PPP Polémiques PPP Prospective RGPP Réforme de l'Etat Réforme des collectivités territoriales Réformes Soft power Soutenabilité Tourisme Tourisme culturel Tourisme culturel et nouvelles technologies UNESCO Urban planning

Member of The Internet Defense League

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 700 autres abonnés