Cultural Engineering Group Weblog

Services & Ressources en ingénierie culturelle

Mobilisable

Mobilisable est une opération artistique, scientifique et culturelle, centrée sur le thème de la mobilité.

C’est un projet du programme de recherche « Formes de la mobilité » conduit par l’École nationale supérieure des arts décoratifs (Ensad) et l’Université Paris 8 avec le concours de l’École nationale supérieure d’architecture de Toulouse, de la Haute école d’art et de design — Genève et de l’Université des arts de Tokyo.

Une exposition : Masaki Fujihata (du 19 novembre au 8 décembre 2008) / Galerie d’exposition de l’Ensad / Du mardi au samedi, de 12h à 19h / Ouverture exceptionnelle le lundi 8 décembre / Entrée libre

Un colloque (5 sessions) : amphithéâtre de l’Ensad / Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles

  • 19 novembre 2008, 16h – 18h : Mobilité, invention technologique et invention artistique avec Masaki Fujihata, Pierre-Damien Huyghe, Jean-Louis Boissier
  • 26 novembre 2008, 16h – 18h : Cartographie relationnelle avec Boris Beaude, Bureau d’études, Philippe Vasset, Gwenola Wagon
  • 26 novembre 2008, 19h – 21h : Pervasive art avec Lalya Gaye, Usman Haque, Nicolas Nova, Samuel Bianchini
  • 3 décembre 2008, 16h – 18h : Paysages technologiques avec Pascal Amphoux, Thierry Davila, Esther Polak, Andrea Urlberger
  • 3 décembre 2008, 19h – 21h : Mobilité et reconfiguration urbaine avec Frank Beau, Christian Tarpin, Valérie Châtelet

Ensad : 31, rue d’Ulm 75005 Paris / Métro Place Monge / Rer Luxembourg / Bus 21 et 27

Renseignements : Nathalie Foucher-Battais / t 01 42 34 97 31

Classé dans:Evénements, Expériences, , , , ,

DOCAM 08

La fondation Daniel Langlois pour l’art, la science et la technologie vient d’annoncer la tenue du quatrième Sommet annuel de l’Alliance de recherche DOCAM : Documentation et conservation du patrimoine des arts médiatiques (www.docam.ca), qui se déroulera à Montréal, les 30 et 31 octobre prochains à la Salle Tanna Schulich du Nouveau pavillon de musique de l’Université McGill, au 527 rue Sherbrooke Ouest.

Le Sommet sera précédé d’un Symposium, intitulé « Enjeux médiatiques » et co-présenté par Média@McGill, qui se tiendra le 29 octobre au même pavillon de l’Université McGill (inscription requise pour le Symposium).

Cette quatrième édition du Sommet DOCAM sera l’occasion pour plusieurs chercheurs de l’Alliance de dévoiler les résultats de leurs recherches portant sur diverses études de cas. De plus, de nombreux conférenciers tels que Mona Jimenez de la New York Universty, Rolf Wolfensberger du Musée des communications de Berne, Gaby Wijers du Netherlands Media Art Institute et Caroline Langill, professeur à l’Ontario College of Art and Design, et plusieurs chercheurs rattachés au projet européen CASPAR (Cultural, Artistic and Scientific knowledge for Preservation, Access and Retrieval), participeront au Sommet. Les communications seront liées aux thématiques de la conservation, de la documentation, du catalogage et de la terminologie des oeuvres médiatiques. Pour clôturer l’événement, l’artiste de renommée internationale Antoni Muntadas présentera une conférence sur ses nombreuses créations, dont The Board Room (Musée des beaux-arts du Canada). [Cliquez ici pour en savoir plus...]

DOCAM est un vaste et ambitieux projet de recherche multidisciplinaire, ayant comme objectif principal de relever les défis de la conservation, de la documentation et de la restauration du patrimoine des arts médiatiques, notamment par la création de méthodes et d’outils. DOCAM est aussi soutenu par le Conseil des recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), dans le cadre de son programme ARUC (Alliances de recherche universités-communautés).

Initiée par la fondation Daniel Langlois, l’Alliance de recherche DOCAM compte une quinzaine de partenaires institutionnels dont le Musée des beaux-arts du Canada, le Musée des beaux-arts de Montréal, le Musée d’art contemporain de Montréal, le Centre Canadien d’Architecture, le Réseau canadien d’information sur le patrimoine, plusieurs départements d’universités canadiennes, dont McGill, l’UQAM, Queen’s et l’Université de Montréal, ainsi que des partenaires internationaux dont la revue Leonardo et la New York University. DOCAM regroupe également plus d’une vingtaine de spécialistes et de chercheurs dans des domaines tels que la préservation et la restauration de l’art, le catalogage des collections muséales, l’histoire de l’art, la gestion de l’information, l’archivistique et la documentation de l’art et l’informatique.

Voir le programme du Sommet.

Voir le programme du Symposium.

Classé dans:Expériences, Ingénieries, Ressources, , , , ,

"Fresh out of the box"

"You change the exhibition" est une opération de promotion reprenant le concept de Musée 2.0 pour une exposition à venir au musée de Puke Ariki en Nouvelle-Zélande intitulée "Taranaki Culture – Fresh out of the Box" qui ouvrira le 1er mars 2009. Elle permet de susciter l’intérêt des visiteurs pour chaque objet de l’exposition et le projet se compose de deux parties : une partie en ligne, l’autre partie dans le musée. La première partie propose 15 objets présentés dans l’exposition dans des boîtes translucides et lumineuses éclairées sur un fond bleu. La lumière indique l’intérêt des visiteurs en ligne, du plus sombre au plus intense, en fonction de l’attention que est portée sur tel ou tel objet.

L’intérêt et l’attention des visiteurs sont aussi mesurés et présentés dans le musée et relaient ce qui se passe en ligne. Une manière originale de solliciter des parcours d’exposition imprévisibles mais aussi une manière de mesurer et d’élargir l’audience. Un cas de conscience pour les musées ?

Le site de l’exposition : http://www.youchangetheexhibition.co.cc

Classé dans:Analyses, Evénements, Expériences, , ,

Transdigital

Transdigital entend stimuler des collaborations innovantes dans une optique de long terme entre les régions de la Flandre Orientale et la Flandre Occidentale, la Wallonie et la Région Nord en France. L’objectif de cette plateforme est aussi de renforcer la visibilité et l’échange des connaissances et de construire un réseau structurel entre les artistes, les chercheurs et le secteur technologique.

Les buts de Transdigital:

  • Stimulation de l’innovation : dynamisation de la recherche, de l’innovation et de la création artistique dans l’espace interreg, autour de Lille-Tourcoing /Gand / Mons-Maubeuge, de centres de recherche, d’entreprises technologiques et de projets artistiques et culturels
  •   Améliorer la visibilité : améliorer la visibilité et l’image internationale de la zone dans le domaine des nouvelles technologies, dans le cadre de centres recherches, d’entreprises innovantes ou encore de projets artistiques singuliers.
  • Créer des resaux : créer une structure de rencontre pour des partenaires actifs dans le domaine de la recherche, des nouvelles technologies et de la créativité artistique dans les trois régions.

Initiative de tout premier plan dans le domaine de la coopération transfrontalière, Transdigital est un projet qui répond à des attentes fortes, exprimées depuis longtemps de part et d’autre. Il y a un moment déjà en effet que des tentatives avaient été initiées et la dernière en date avait été amorcée par la Ville de Lille dans le cadre d’un atelier des rencontres NET organisées par Digiport (acteur incontournable sur le territoire),  présentée sous le nom de "Digitations".

Co-financée dans le cadre d’Interreg IV, l’initiative semble avoir atteint le niveau nécessaire de maturité et de convergence entre les partenaires. Pour en prendre la mesure, le premier Transdigital meeting se tiendra le mardi 4 novembre 2008 à partir de 15h00 au Centre d’art du Vooruit à Gand (BE). Au programme :

*15:00 – 15:30: présentation officielle de Transdigital

*15:30 – 19:30 : rencontre avec les partenaires (TechnocITé & Le Manège – Mons / Maubeuge, Le Fresnoy. Studio national des arts contemporains – Tourcoing, Latitudes Contemporaines – Lille en Kc Vooruit – Gent i.s.m. IBBT – Flandre, Kc Buda – Kortrijk, Numediart – Wallonie en Digiport – Nord-Pas-de-Calais);

Une restauration et des rafraichissements seront proposés +

Démos des projets en continu : Numediart (Wallonie) / Digiport (Nord-Pas-de-Calais) / ART&D (IBBT, Flandre).

*20:00 : présentation de la performance O_Rex 1.3 par Crew / Eric Joris

Vous trouverez plus d’informations à partir du 27 octobre sur Transdigitalweb et Transdigitalweb.blogspot.com.

Pour s’inscrire : contactez avant le 30 octobre Caroline Van Peteghem, caroline@vooruit.be ou tél +32 9 267 28 88 et confirmez votre présence à 15:00. Vous pouvez également réserver 1 / 2 places pour la présentation de Crew à 20:00. Le programme détaillé vous sera envoyé après l’inscription.

Classé dans:Evénements, Expériences, , , , , ,

NanoArts

La deuxième édition du festival international des arts issus des nanotechnologies se tiendra du 1er au 30 novembre prochains en Allemagne à Stuttgart. Organisé par NanoArt21, le commissariat de la manifestation est le fruit de la collaboration entre l’artiste et scientifique américain Cris Orfescu et l’historienne de l’art allemande Dorothea Fleiss.

18 artistes de 8 pays différents ont été sélectionnés : Geert Lensens (Belgique), Hugh McGrory (Irelande), Teresa Majerus (Luxembourg), Bjoern Daempfling, Dorothea Fleiss (Allemagne), Han Halewijn (Pays-Bas), Elena Lucia Constantinescu (Roumanie), Teja Krasek (Slovenia), Chris Robinson, Cris Orfescu, David Derr, David Hylton, Derek Toomre, Jan Kirstein, Judith Lightfeather, Lisa Black, Siddhartha Pathak, Steven Pollard (USA).

Nouvelle discipline artistique issue du croisement toujours aussi fertile entre art, science et technologie, les NanoArts se développement fortement depuis 2 ans dans les mondes de l’art. Il s’agit principalement de nanopaysages (issus des structures naturelles de la matière à l’échelle molléculaire et atomique), de nanoscultures (créées par des artistes et des scientifiques manipulant la matière et utilisant des processus physico-chimiques).

La visualisation de ces structures est possible grâce à de puissants outils de recherche permettant la capture d’images scientifiques qui fournissent un matériau transformé et travaillé artistiquement selon différentes techniques, notamment photographiques.

Les découvertes de ses vingt dernières années en matière de nanotechnologies ont démontré l’extraordinaire pluridisciplinarité du champ et les artistes s’en saisissent pour témoigner de leur impact sur nos vies. Une sorte de revival pascalien diront les sceptiques, un formidable nouveau champ exploratoire de la représentation diront les convertis. Le débat ne semble pas encore avoir pris corps mais il ne tardera pas à opposer les tenants de la mimesis et de la poïesis.

Pour plus d’informations :

Le site de l’événement : http://nanoartfestival-stuttgart.blogspot.com

Classé dans:Evénements, Expériences, ,

Ouverture de l’EMPAC

Aujourd’hui démarre l’activité d’un nouvel équipement dédié aux nouveaux médias et à la performance artistique aux Etats-Unis. « EMPAC » est son acronyme pour « Experimental Media and Performing Arts Center ». Basé dans la ville de Troy dans l’Etat de New-York, ce nouveau lieu croise l’état de l’art de la création contemporaine avec la recherche universitaire de pointe (le bâtiment est construit sur le campus du Rensselaer Polytechnic Institute) et promet que les installations, les performances et les concerts présentés devanceront toujours toutes les technologies du moment.

L’espace en lui-même est déjà considéré comme un chef d’œuvre architectural. Dessiné conçu par le cabinet Grimshaw, le bâtiment propose une surface 20 500 mètres carrés incluant une salle de concert de 1200 places avec un plafond modulable, un théâtre de 400 places, des grills techniques à 20 mètres de haut, 2 gigantesques espaces de studio en boîte noire modulables aux parois visibles et spécialement traités pour le travail des artistes et des chercheurs et quatre espaces de résidences artistiques.

Sous la direction de Johannes Goebel (qui a co-fondé le ZKM) et des directeurs artisitiques Kathleen Forde, Hélène Lesterlin et Micah Silver, l’EMPAC apporte une nouvelle approche pour les centres d’arts dédiés aux nouveaux médias et c’est dans le cœur même de sa conception architecturale que le projet a su prendre forme pour traiter le champ des possibles : un espace hybride à 360°, combinant réalité virtuelle et réalité physique, à l’image du travail déjà très remarqué ces dernières années de Workspace Unlimited.

Il s’agit de mettre l’adaptabilité des technologies au service des espaces publics, de travail et de recherche. Pour cela, un investissement de 131 millions de dollars a permis de construire et d’aménager les deux douzaines d’espaces de l’EMPAC dans une conception acoustique révolutionnaire, une des marques de fabrique du cabinet Grimshaw, le tout sur une colline à 45° surplombant la ville. L’équipement a été conçu à partir de technologies jamais employées jusqu’alors aux Etats-Unis : rideaux de verre, meneaux qui transportent l’eau chaude et isolent le bâtiment, le système HVAC créant un silence virtuel pour préserver l’intégrité des performances et des travaux jusque dans les salles de concert où l’air est pulsé sous les sièges, 8000 points d’entrée au réseau CCNI (le réseau universitaire de télécommunications le plus puissant du monde), etc.

L’EMPAC propose aux visiteurs de vivre des expériences qui mettent l’accent sur l’immersion, l’interactivité et le temps comme des médias. Les trois week-end à venir seront consacrés à un festival aux performances et installations de The Wooster Group, Dumb Type, Workspace Unlimited, Verdensteatret, Vox Vocal Ensemble et International Contemporary Ensemble, Per Tengstrand, Madlib, Cecil Taylor, Pauline Oliveros, Richard Siegal/The Bakery, Robert Normandeau, Fieldwork, Gamelan Galak Tika + Ensemble Robot, et bien d’autres.

Tout a ainsi été réuni pour que l’EMPAC soit une référence d’envergure internationale et il y a fort à parier sur sa réussite si l’on en juge par les travaux en préparation pour la saison 2009, à suivre donc.

Pour consulter le site de l’EMPAC, cliquez ici.

Classé dans:Analyses, Expériences, Ingénieries, , , , ,

Streaming Museum

streaming museum IIStreaming Museum est un nouveau genre de musée hybride présentant des expositions en temps réel sur Internet et dans des espaces publics partout dans le monde.

Ouvert le 29 janvier 2008 depuis son siège à New-York, le musée collabore au niveau international avec des créateurs et des commissaires et défriche de nouvelles voies pour les artistes, les expositions et surtout les galeries et les musées en ligne.

Si quelques pionniers comme Fred Forest ont été en rupture avec l’institution par le passé du fait de se saisir de la question du musée en ligne, le Streaming Museum a la particularité d’être en télépresence simultanément sur le web, sur second life (rendez-vous au Ars Virtua New Media Center) et dans les lieux et espaces publics partout dans le monde selon un calendrier d’activités particulièrement intense. De quoi contribuer au débat qui sévit en ce moment sur les différents modèles pour les lieux d’arts et de cultures numériques.

Le premier volet de l’exposition du Streaming Museum "Artists and innovators for the environmnent » ouvre aujourd’hui et sera accessible jusqu’au 3 décembre dans le cybespace ainsi que dans des lieux publics situés sur les 7 continents. Pour celles et ceux qui ont la chance d’être à New-York en ce moment, le Streaming Museum (en collaboration avec TED Prize et Urban Screens Melbourne 08) sera aux commandes de l’opération de lancement de cette exposition ce soir depuis le Time Warner Center de New-York à 20h, opération qui au vu de son déploiement peut être qualifiée à juste titre de « globale ».

Cette exposition est le premier volet d’un tryptique consacré à des artistes visionnaires comme : Buckminster Fuller (chercheur en design), James Nachtwey (photographe), John Cage, Gustavo Santaolalla, Huang Ruo, Jacob ter Veldhuis, et Emanuel Dimas de Melo Pimenta (compositeurs), Agnes Denes et Anni Rapinoja (artistes environnementalistes), Brian Mackern (artiste des nouveaux médias), Cedar Lake Dance (le groupe Nunatak de la base britannique en Antarctique), Chuck Hoberman (designer de la durabilité environnementale) et bien d’autres à découvrir prochainement.

Pour plus d’information, contactez Nina Colosi (fondatrice et directrice de la création du Streaming Museum) ou bien consultez le site du streaming museum.

Classé dans:Analyses, Evénements, Expériences, Ingénieries, , , , , ,

Le futur des nouveaux médias

Au cours des dix dernières années, la biennale internationale d’arts médiatiques de Séoul a réussi à se hisser parmi les manifestations les plus pertinentes et qui fait aujourd’hui référence dans les domaines de l’art contemporain et des nouveaux médias.

Du 12 septembre au 5 novembre, la biennale se concentrera comme à son habitude sur sa thématique pour établir un des baromètres de la création les plus respectés.

La nouveauté pour cette édition se traduit par une volonté de faire converger les communautés traditionnelles des médias ainsi que celles des nouveaux médias pour interroger leurs croisements passés, présents et futurs.

Sous le nom "Turn and Widen," l’exposition et le symposium qui lui est associé sont organisés en sous-thèmes (lumière, temps et communication) et cette année Ilho Park a invité quatre commissaires de renom : Maarten Bertheux, Raúl Zamudio, Tohru Matsumoto, Andreas Broeckmann.

 

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de la biennale :

http://www.mediacityseoul.or.kr

Classé dans:Evénements, Expériences,

Project netarts.org 2008

De 1995 à 2003, le Machida City Museum of Graphic Arts (Japon) a hébergé le projet « Art on the Net », projet dédié à la promotion de l’Internet comme un espace d’expression artistique.

En 2004, « Art on the Net » a permis d’inaugurer un nouvel événement intitulé « Project Netarts.org ».

« Project netarts.org » a fait appel à des artistes du monde entier pour examiner ensemble les relations entre art, Internet et société.

Récemment, tout en se consacrant aux dernières évolutions liées à l’Internet, la partie exposition du projet a développé plus fortement les formes utilisant Internet comme le média de l’expression créative et ce dans toutes les disciplines artistiques. Au fil des années, les contributions ont ainsi été élargies à des champs plus vastes que le net art stricto sensu comme par exemple : media-art, digital art, pratiques curatoriales, pédagogies numériques, édition numérique, etc.

Cette année, le comité de programmation est composé de Mark Amerika, Susan Hazan, Agnese Trocchi, John Hopkins, et You Minowa. Le comité a retenu le thème "The Ghost in the Machine" et construira une double programmation basée sur ses propres choix et sur contributions.

Pour envoyer les contributions : http://www.netarts.org/webmuseum.html.

Classé dans:Evénements, Expériences,

Intelligent agent Vol. 8 No. 1

Fondé en 1996, Intelligent agent est un fournisseur de services, d’organisation et d’information dédié à la l’analyse et la promotion de la création artistique qui s’approprie les technologies issues du numérique dans sa production comme dans sa diffusion.

La nouvelle édition de sa revue vient de paraître et est consacrée aux « fabriques sociales ». Ce numéro propose un catalogue d’œuvres sélectionnées par Susan  Elizabeth Ryan et Patrick Litchy à l’occasion du dernier Leonardo Educational Forum 2008 qui s’est tenu lors du College Art Association en février dernier (le plus grand salon international des professionnels des arts visuels) ainsi qu’un nombre important d’essais sur la relation entre technologies issues du numérique et univers social, mode, corps-interface, ubiquité.

Intelligent agent Vol. 8 No. 1 – Social Fabrics est disponible ici en version papier et en version téléchargeable.

Classé dans:Ressources,

Empyre : nouveaux défis et nouveaux modèles

Initiée en 2002 en Australie par Melinda Rackham, Empyre est une plate-forme de discussion, de réflexion, de promotion qui a pour vocation de contribuer à la mise en évidence de perspectives critiques dans les domaines pluridisciplinaires associés à la creation artistique et aux nouveaux medias.

Entité non hiérarchisée et autonome, Empyre a choisi de traiter librement un sujet par mois pour faire de cette dynamique éditoriale une source de renouvellement et d’indépendance, permettant ainsi  à de nombreux intervenants de participer aux débats. Empyre a constitué par ce biais un vaste réseau d’artistes, de commissaires, de théoriciens, de producteurs.

Peu connues en Europe, les activités d’Empyre ont largement contribué ces dernières années à poser le débat sur la création numérique en dehors des sentiers battus, des phénomènes de tendance, des réponses établies et toutes faites, détectant comme peu en sont capables aujourd’hui ce qui met à l’épreuve les modèles existants.

Ce mois-ci, Empyre propose comme à son habitude un nouveau débat : récemment, plusieurs institutions semblent s’être concentrées sur les liens entre art et culture à partir d’outils et de dispositifs techniques portables et interconnectés.

Si ce n’est pas un phénomène nouveau, différentes approches semblent apparaître dans ces présentations, modifiant et bousculant les modèles traditionnels de MediaLAB (au sens anglosaxon du terme) tels que nous avons pu les connaître jusqu’à aujourd’hui.

Il est vrai que la convergence entre arts, sciences et technologies est aujourd’hui si diversifiée et disséminée dans nos sociétés à travers des expérimentations de toutes sortes et de toutes parts qu’elle semble moins dominer le champ d’investigation. Que dire de cette dilution, quel devenir pour les modèles que nous connaissons jusqu’à présent et surtout quelles perspectives sont en train de s’esquisser ?

Dans ce contexte, Il existe une combinaison de plusieurs scenarii possibles, scenarii dans lesquels les cultures digitales ont atteint ces cinq dernières années de nouveaux territories géographiques comme la Chine, l’Inde ou l’Asie du Sud-Est.

Parallèlement, les communautés "opensource" se développent également dans des approches alternatives, recyclant les outils, les solutions et les objets. Un certain nombre d’organisations ont tout particulièrement le vent en poupe et consolident leur activité malgré leur positionnement à la marge des agendas des grandes enterprises.

Pour évoquer les modèles et les perspectives possibles pour les media centers, les organisations de net art et des centres d’arts numériques, les représentants d’institutions et des représentants d’initiatives indépendantes du Brésil, des Etats-Unis et d’Angleterre vont se réunir et partager ainsi leurs expériences, pour débattre des différences et des similarités, des nouveaux challenges et des particularités locales .

Comme nous réagissons à une époque où "il est un besoin urgent pour les nouvelles formes institutionnelles qui reflètent les processus relationnels de mettre à l’épreuve les systèmes existants de gouvernance et les structures représentatives surannées" (Ned Rossiter), les invites d’Empyre seront ce mois-ci :

Anne Nigten (V2, Rotterdam / Netherlands), Gabriel Menotti (Cinefalcatrua, Vitoria / Brazil), Gisela Domschke (MediaLAB MIS, Sao Paulo / Brazil), Marc Garrett (Furtherfield, London / UK), Sarah Cook et Amanda McDonald Crowley (Eyebeam, New York / US).

Vous pouvez suivre les débats en vous inscrivant à partir du lien suivant :

empyre-request@lists.cofa.unsw.edu.au

Classé dans:Analyses, Expériences, Ingénieries, ,

ISEA 2008

Dans les mondes de l’art, les problématiques d’évaluation des usages liés à l’appropriation des technologies issues du numérique sont souvent confondues avec la mise en capacité créative que permettent les technologies. Les Thèmes de ISEA 2008 ont été choisis pour apporter des réponses aux défis des nouvelles et anciennes technologies et pour engager les possibilités réelles de notre temps. 

Pour celles et ceux qui ne l’auraient pas encore noté ou bien qui ne peuvent se rendre dans la Cité du Lion, ISEA 2008 se tient en ce moment même à Singapour. Le Symposium International des Arts Electroniques (parmi les plus importantes manifestations pour les communautés des arts médiatiques et des arts numériques) peut être suivi en marge de son son site à travers un blog en léger différé.

Le blog de ISEA 2008

Classé dans:Analyses, Evénements,

Interaction, interactivité et arts interactifs

Conférence organisée par le Ludwig Boltzmann Institute Media.Art.Research à Ars Electronica 2008 le 4 septembre prochain à Linz (Autriche) et concue par Katja Kwastek, « Interaction, interactivité et arts interactifs » se donne comme objectif d’apporter une analyse approfondie de la notion d’interactivité.

Devenue un mot quasiment magique pour promouvoir les nouveaux médias et les arts dits médiatiques, le terme d’interactivité ne concerne pas que la technologie ; il fait aussi référence aux pratiques sociétales et nous plonge aux sources de la société humaine, de la démocratie à la liberté de consommation.

L’amplitude de la notion d’interactivité étant si vaste qu’elle contribue également à sa propre dilution, le BIMAR a invité cette année des experts représentants de nombreuses disciplines pour examiner les origines et les applications des différentes acceptions de l’interactivité.

Celle-ci sera appréhendée de manière fondamentale et analysée dans les contextes technologique, social, culturel et artistique.

 Source : Ludwig Boltzmann Institute Media.Art.Research

Classé dans:Analyses, Evénements, Ressources, ,

Re:live / Media art history 09

RELIVE09Troisième conférence internationale sur l’histoire des arts dits « médiatiques », Re:live se tiendra à Melbourne du 26 au 29 novembre 2009 pour traiter de la relation entre création artistique, nouveaux médias, science et technologie.

À l’initiative de Leonardo/ISAST (International Society for Art, Science and Technology), cette troisième édition de la conférence internationale s’inscrit dans la continuité du succès des deux précédentes (re:fresh à Banff en 2005 et re:place à Berlin en 2007).

Il s’agit d’une des manifestations à ne pas manquer (même en ligne) car à chaque édition est dressé un important état de l’art d’un domaine qui devient de plus en plus populaire et qui manque encore d’épistémologie.

Les contributions scientifiques sont donc bienvenues et la clôture pour soumettre des projets de communication est fixée au 19 décembre 2008.

Pour plus d’informations :

http://www.mediaarthistory.org/


Classé dans:Evénements,

Exposition internationale d’art électronique

Un regard sur le handicap à travers la création sensorielle

22 juillet – 24 août 2008

TMCA (Total Museum of Contemporary Art) de Séoul, Corée.

 

<thisAbility vs. Disability> est une exposition qui étudie les thématiques des capacités humaines via les sens et les arts. 10 fascinantes installations d’art électronique allant de la peinture sensorielle à la musique électronique généré par la captation des mouvements du visage, en passant par la robotique et les interfaces multisensorielles, offrent au visiteur une expérience unique.

Le commissaire de l’exposition, Byeong Sam Jeon, a souhaité mettre en exergue les mouvements artistiques issus des cultures digitales qui se penchent sur les questions chaotiques de notre histoire socio-politique. La vision proposée se fait par l’entremise de la relation entre sciences, ingénieries et management des technologies, où les arts médiatiques et numériques apportent une contribution et une critique importantes dans la société coréenne depuis la fin des années 90.

Après de nombreuses expositions qui développaient une esthétique sur l’harmonie entre arts et sciences, sur la communication interactive, sur les jeux vidéos, il convenait désormais de se consacrer à des questions plus lourdes du point de vue sociétal et notamment la question du handicap et de la diversité. C’est désormais chose faite.

 

Programmation :

Mika Fukumori, Haru Ji & Graham Wakefield, Jae Min Lee, Mian Sheng Lim (Leon), Haemin Kim, Kichul Kim, Pauline Oliveros, Leaf Miller, Zevin Polzin, & Zane Van Dusen, David A. Parker, Jin Wan Park, Dmitry Strakovsky.

A noter que se tiendront également des workshops le 26 juillet de 15h à 17h en présence des artistes.

Sponsors: Art Council Korea, Women with Disabilities Arts & Culture Network, Middle Corea

 

Source : Rhizome

Pour en savoir plus :

http://www.thisAbility-Disability.net

Classé dans:Evénements,

Audience stats (year four)

  • 357,303 page views

Network map today : 2428 experts members and contributors

Rejoignez 700 autres abonnés

Themes

Action artistique et culturelle Agenda 21 Aménagement du territoire Architecture Art dans la ville Art et espace public Arts sciences et technologies Billets réflexifs Capitales européennes de la culture Coopération culturelle Coopération internationale Creative cities Création contemporaine Création numérique Cultural Engineering Group Culture et développement territorial Culture et innovation Dialogue interculturel Diversité culturelle Démocratisation de la culture Développement culturel Développement des territoires Développement durable Développement soutenable Economie créative Economie de la culture Ethique Evaluation des politiques culturelles Financement de la culture Finances publiques Gouvernance culturelle Industries créatives Industries créatives et design Industries culturelles Ingénierie culturelle Ingénierie de la connaissance Ingénierie touristique Innovation Innovation sociale Interculturel Marché de l'art Marketing culturel Marketing des territoires Musées Musées et nouvelles technologies Mécénat Métropoles créatives Nouveaux médias Nouvelles gouvernances Nouvelles technologies Patrimoine Politique culturelle Politique de la ville Politique des territoires Politique européenne Politiques culturelles Politiques de l'innovation Politiques des territoires Politiques européennes Politiques publiques Politiques publiques et PPP Polémiques PPP Prospective RGPP Réforme de l'Etat Réforme des collectivités territoriales Réformes Soft power Soutenabilité Tourisme Tourisme culturel Tourisme culturel et nouvelles technologies UNESCO Urban planning

Member of The Internet Defense League

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 700 autres abonnés