Cultural Engineering Group

Services & Ressources en ingénierie culturelle

Desembuelto

Retrouvez sur Cultural Engineering Group « Desembuelto », le tout dernier billet réflexif de René Villemure, éthicien, conférencier, président fondateur de l’Institut québécois
d’éthique appliquée notamment aux domaines de l’innovation, de la culture et de la communication.

En prolongation de « Desembuelto », nous vous invitons également découvrir la remarquable présentation sur l’éthique et la déontologie en milieu municipal.

« Jeter ce sac, quelle sottise! » dit Lebret.  « Mais, quel geste! » répond Cyrano.

Depuis longtemps déjà, la désinvolture a bonne réputation, Rostand l’attestait en en faisant un attribut clef de la personnalité de Cyrano.  De nos jours les politiciens, tant au niveau fédéral, provincial, municipal ou encore en participant aux nombreuses commissions d’enquêtes font un usage excessif de la désinvolture.  Certain le font en haussant le menton, d’autres en lançant un regard à l’assistance façon Marlon Brando, d’autres encore, en se versant tranquillement un verre d’eau alors que le procureur les martèle de questions embêtantes.  Oui, la désinvolture est toujours actuelle et semble être devenue une attitude indispensable à un politicien lorsqu’il doit éviter de répondre aux questions qui lui sont posées.

Outre une certaine forme de morgue et bien que le terme soit connu, qu’est-ce que la désinvolture?

La désinvolture est une attitude dont l’origine linguistique est espagnole.  Le désinvolte, le desembuelto était une personne très dégagée dans ses manières, dans ses mouvements et allait même jusqu’à exercer une liberté inconvenante.

De nos jours, la personne désinvolte interviendra dans une discussion ou lors d’une comparution devant une commission d’enquête, en démontrant le moins d’effort possible tout en visant à développer un argument subtil ou à désenvelopper l’argument de la personne qui l’interroge.  Le désinvolte démontre un sang froid destiné à le placer, croit-il, au-dessus de la mêlée.  De fait, le désinvolte fait étalage de sa puissance, qui est le fondement de sa légitimité dans les circonstances.  Pas de désinvolture sans puissance ni de désinvolture sans légitimité. C’est ainsi cette puissance, alliée à sa légitimité, qui permet au désinvolte d’apparaître dégagé dans ses manières et d’accomplir des gestes anodins qui parlent fort sans pour autant ouvrir la bouche ni répondre.

Même hors de l’enceinte du Parlement ou d’une commission d’enquête, lorsqu’interrogés sur les affaires de l’État, il semble que nos élus n’hésitent pas à faire les desembueltos et à éviter de répondre ou de se commettre préférant lancer un regard implorant vers le ciel ou replacer une mèche de cheveux rebelle.  Le regard ou la mèche de cheveux replacée devant tenir lieu de réponse…  Pourtant ce que les citoyens exigent de leurs élus n’est pas une pose destinée à faire la page people d’un hebdomadaire à potins, c’est une réponse, tout simplement… Ce qui s’oppose directement à la manière de voir du désinvolte pour qui seul le silence est efficace.

Malheureusement, la désinvolture et ses silences ne sont pas sans effets : ils contribuent directement au renforcement du cynisme et de la piètre estime qu’ont les citoyens envers les membres de la classe politique.  Il est à prévoir que cette estime ne saurait augmenter tant que le niveau de désinvolture ne diminuera pas et que les politiciens continueront à n’offrir que des pirouettes destinées à éviter de répondre plutôt que des réponses aux questions qui leur sont légitimement posées.

En faisant les désinvoltes, les desembueltos, les politiciens se considèrent peut- être « cool » mais, ce faisant, ils déconsidèrent les citoyens en les rabaissant au niveau de simples spectateurs.   Cette attitude est indigne d’une classe politique digne de ce nom et ne saurait être exercée à long terme sans endommager de manière irrémédiable la confiance des citoyens envers leurs dirigeants.

En cultivant la désinvolture, les politiciens choisissent eux-mêmes de perdre la partie en dévalorisant leurs propres actions. Préférer le silence n’est pas sans conséquences car, comme l’écrivait si bien Roland Barthes, « seuls les gangsters et les dieux ne parlent pas, ils bougent la tête et tout s’accomplit ».

Comment devrions-nous alors interpréter les silences de nos politiciens?

Par les temps qui courent le « oui » et le « non » sont des monnaies bien dévaluées

–    François Mitterrand

Pour découvrir le billet réflexif précédent « Réputation et notoriété », cliquez ici.

Publicités

Classé dans:Analyses, ,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Audience stats (year nine)

  • 391,616 page views

Network map today : 3020 experts members and contributors

Rejoignez 3 682 autres abonnés

Themes

Action artistique et culturelle Aménagement du territoire Architecture Art dans la ville Art et espace public Arts sciences et technologies Billets réflexifs Capitales européennes de la culture Coopération culturelle Coopération internationale Creative cities Création contemporaine Création numérique Cultural Engineering Group Culture et développement territorial Culture et innovation Dialogue interculturel Diversité culturelle Démocratisation de la culture Développement culturel Développement des territoires Développement durable Développement soutenable Economie créative Economie de la culture Equipements publics Ethique Europe Evaluation des politiques culturelles Financement de la culture Finances publiques Gouvernance culturelle Industries créatives Industries créatives et design Industries culturelles Ingénierie culturelle Ingénierie de la connaissance Ingénierie touristique Innovation Innovation sociale Interculturel Marché de l'art Marketing culturel Marketing des territoires Musées Musées et nouvelles technologies Mécénat Métropoles créatives Nouveaux médias Nouvelles gouvernances Nouvelles technologies Patrimoine Patrimoine numérique Politique culturelle Politique des territoires Politique européenne Politiques culturelles Politiques de l'innovation Politiques des territoires Politiques européennes Politiques publiques Politiques publiques et PPP Polémiques Prospective RGPP Réforme de l'Etat Réforme des collectivités territoriales Réformes Soft power Soutenabilité Tourisme Tourisme culturel Tourisme culturel et nouvelles technologies UNESCO Urban planning

Member of The Internet Defense League

%d blogueurs aiment cette page :