Cultural Engineering Group

Services & Ressources en ingénierie culturelle

Creating Cities : Culture, Space and Sustainability

The conference Creating Cities: Culture, Space and Sustainability, which will take place from 25 to 27 February 2010, investigates the forces that shape the conditions of urban development and the creation of cities in comparative and interdisciplinary perspective. In recent years, the notion of the „creative city“ has become a guiding framework for thinking about the present and future state of cities and their capability of coping with the impact and challenges of globalization. Cities are regarded as engines of regional, national, and global economic growth because they are the key centers for cultural production and consumption and target areas for mobility and migration. They are also contested sites because of increasing cultural and social diversity. Simultaneously, cities use cultural diversity and even counter-cultures to display appealing images and representations of creativity and innovation. Many citizens aspire to live and work in the cosmopolitan global environments that only metropolitan centers seem to be able to provide, but cities also provide vital space for the challenged, homeless, and other socially disadvantaged groups. The resolution of social disparities is consequently becoming an urgent policy task. Environmental and social sustainability, urban revitalization and amenity are major keywords of our time.

In this context, this conference focuses on the interactions among culture, sustainability, and space. We would like to emphasize inquiry into the dynamics of cultural creativity, industries and production, the risks and benefits of both cultural diversity and social inclusion or exclusion, the sustainability of efforts to plan and redesign the urban built environment to promote creativity, and the identity politics of representations of the city and creativity in the popular imagination as well as spaces of heritage and tourism. We recognize that there are many different groups and focal points related to creating cities, so one major purpose of this conference is to create a framework in which both practitioners and researchers of different disciplines can interact and share ideas about how urban environments are being transformed.

Introductory Session: Creating Cities & Creative Cities

As global market forces penetrate hitherto closed rural areas wherever market liberalization occurs, urbanization, too, is progressing rapidly. Even though regional differences obviously do exist the global ratio of urban population has now crossed the 50-percent line. While mega cities may be one of the most conspicuous phenomena of the present urbanization the term urban must be understood in a much broader sense. The fact that the majority of urban dwellers still lives in smaller and medium-sized settlements is frequently overlooked. Only through a combined effort of local supplier development, national institutional support, and foreign investment can there be any real benefits from for example creative cluster development and economies of scale and scope. Two prominent regions of Southeast Asia, namely the Greater Mekong Region and Singapore, will serve as examples as this session will investigate the relationship between the process of creating cities and the making of creative cities.

Session 1: Creative Diversity, Socioscapes, and Cultural Politics

This session critically reviews current notions and implications of cultural diversity in cities by bringing together broadly three strands: representation, socioscapes, and cultural politics. The interplay between creating particular urban images and the urban condition of particular socioscapes, ranging from less empowered groups such as those that are affected by transnational precarization to elite diasporas, will be examined.

Session 2: City Marketing

Cities are increasingly undertaking marketing activities to support their local economy. By way of example, this section will look at how city marketing may cope with challenges in terms of communication content, tools or media, and with regard to underlying organizational structures and processes.

Session 3: Mobility and Built Environment

Mobility is a crucial aspect of globalization and the development of more efficient mobility systems on a grand scale is a significant locus for planning activity in global cities. This session will compare and contrast corporate and planning approaches to mobility issues in several global cities.

Session 4: Networks

Global cities rely upon networks with other cities, and the institutions, infrastructure, character, extent and effects of such inter-city networking are the subject for this session. It will identify the possibilities and constraints on such network development.

See also the detailed conference program (as of 2010-01-14, pdf format, 600 KB).

Please note:

  • The conference will take place at the IBZ Munich, Amalienstraße 38, D-80799 Munich / Germany (how to get there).
  • Admission fee (regular/student) will be EUR 40/20 for the whole conference, or EUR 20/10 for participation on Thursday and EUR 10/5 for participation on Friday or Saturday, respectively.
  • If you would like to attend the conference, please register until February 15th, 2010 via E-Mail schicken an osakamuc2010@lrz.uni-muenchen.de E-Mail(Subject: Registration Creating Cities)
  • Please also consult our list of accomodations near the conference site.
  • For the duration of the symposium (25-27 February) our invited guests will be staying at the Savoy Hotel Munich at Amalienstrasse 25 (Tel. +49 (0) 89 / 287870 – how to get there). At the hotel, they will receive the conference folder, containing also a map with the symposium venue indicated. The symposium venue is literally just down the street, at Amalienstrasse 38, i.e. in easy walking distance (cf. the Google Maps location of the hotel).

Source :Faisal FIWEWA and Sacha Kagan Cultura 21 / LMU (Prof. Dr. Evelyn Schulz)

Filed under: Evénements, Gouvernances, , , , , , ,

La présidence espagnole de l’Union : nouvelle étape pour la culture ?

La ministre espagnole de la culture, Angeles Gonzales-Sinde, a récemment présenté un vaste programme pour les 6 mois de la Présidence espagnole de l’Union européenne qui vient de débuter. L’objectif n’est pas simplement de donner à voir la grande valeur ainsi que la diversité du patrimoine culturel espagnol, ni de démontrer son lien traditionnellement fort avec la modernité et l’innovation. Non, car cela confèrerait une nouvelle fois à l’Europe une image d’instrument de communication politique nationale. Au contraire, la démarche politique de la ministre et de son gouvernement est en réalité beaucoup plus volontariste, à l’image d’une Espagne qui doit retrouver la dynamique européenne dans laquelle elle se trouvait au début des années 2000.

Il est tout d’abord important de rappeler que la Présidence espagnole s’inscrit dans un nouveau cycle : un trio de présidences mené en coordination avec la Belgique et la Hongrie. Ses grandes priorités se distinguent nettement du trio précédent et tourneront autour de la lutte pour la reprise économique, la citoyenneté européenne du XXIe siècle, l’égalité entre les hommes et les femmes, l’impulsion de l’Europe en tant qu’acteur mondial et la mise en place du Traité de Lisbonne après sa récente entrée en vigueur.

Lors du semestre à venir, ce sont donc deux très importantes réunions des ministres de la Culture de Etats membres qui se dérouleront le 31 mars à Barcelone (autour de la question du développement des industries culturelles à un niveau européen) et le 11 mai à Bruxelles (pour discuter des enjeux de la contribution du secteur au développement régional, de la culture comme moteur du changement économique local et du développement des modèles de contenus numériques). La ministre coordonnera également personnellement plusieurs rencontres autour de la protection du patrimoine culturel européen, de la numérisation du cinéma et de la mobilité des artistes, et souhaite que la Présidence espagnole de l’Union laisse une contribution de long terme pour l’avenir du patrimoine culturel européen.

Elle a ainsi dévoilé les trois priorités de son programme :

  • renforcer l’identité de la culture européenne et promouvoir le tourisme culturel ;
  • promouvoir les cultures numériques et encourager les offres légales des contenus numériques ;
  • faire avancer la culture dans son rôle de moteur du développement économique et social.

Au-delà des priorités ou des axes programmatiques qui sont le lot quotidien de ces grands rendez-vous institutionnels européens et qui pour une bonne partie ne sont que l’application de principes du Traité de Lisbonne, cette Présidence pourrait bien marquer un tournant dans la politique européenne culturelle, notamment au regard des différentes phases de sa préparation et de l’état d’esprit dans lequel cette préparation a eu lieu.

Comme nous l’évoquions en décembre dernier, la préparation de cette Présidence fut tout sauf une mise en commun des moyens de communication gouvernementale à des fins politiciennes mais un travail en profondeur sur les stratégies et les contenus avec les experts de plusieurs pays de l’Union. Nous avions notamment évoqué les différentes rencontres avec les experts britanniques où les questions de l’innovation et de l’action culturelle comme leviers économiques ont été abordées comme aussi importantes pour les industries que pour les territoires.

En tout état de cause, la Présidence espagnole pourrait bien se distinguer fortement des trois Présidences précédentes (française, suédoise et tchèque), Présidences qui en matière de culture n’ont pas permis au secteur culturel de trouver le bon cap, malgré un agenda culturel pourtant ambitieux et structurant mais qui peine à « descendre » au niveau du terrain. Il faut notamment considérer les difficultés entre les échelons local, régional, national et européen qui ont même eu tendance à plonger plus encore les acteurs culturels dans la confusion. Le cas des critères « développement durable » récemment apparus dans les dossiers FEDER en témoigne : aujourd’hui, pour obtenir un financement culturel européen via le FEDER, il faut remplir plus de critères de développement durable que de critères proprement culturels.

Le risque pour tout projet culturel est « dévier » de ses objectifs initiaux en tentant d’intégrer le mieux possible ces critères pour espérer être dans les meilleures conditions d’éligibilité aux financements européens. Ce n’est pas cela le changement de société attendu, y compris par les tenants du développement durable eux-mêmes, et les acteurs culturels en sont pour le moins désorientés.

Le deuxième risque, plus idéologique, est que les acteurs culturels, tout comme le citoyen-consommateur lambda, se voient contraints par la « préoccupation » du développement durable de réorienter leurs projets au détriment de leur mission vocative. On constate déjà que la reconversation verte de nos économies à marche forcée dictée par une nouvelle soif de profit financier est parvenue, à partir d’une extrême sensibilisation des consciences, à pénétrer et bouleverser des secteurs entiers de nos industries et de nos services, déclenchant au-delà de l’effet de mode une frénésie qui n’a rien de spontanné.

Les acteurs de la culture ont fort à faire pour résister à ce phénomène mais le volet environnemental de la « révolution verte » s’étant déjà imposé comme la nouvelle religion capitaliste (galvaudant ainsi sa philosophie initiale), il leur faudra plus que de l’esprit de résistance (qui ne serait en définitive que l’énergie d’un autre désespoir). Lorsqu’on sait l’importance des financements européens dans les financements croisés des projets des acteurs de la culture (jusqu’à 40% du budget total des projets), il y a de quoi s’inquiéter. Il faut d’autant plus s’inquiéter de la prédominance des ces critères ou indicateurs de performance qui appartiennent à la sphère du développement durable, parce que le développement durable dans son acception française n’a pas grand chose à voir avec la réalité des enjeux de soutenabilité de la culture et de l’action des professionnels de la culture.

Si la mise en place de démarches tranversales issues de l’agenda européen de la culture qui intègrent des préoccupations de « développement durable » n’est pas le résultat d’un effort de définition, de co-élaboration et de pédagogie provenant de la réalité de l’action culturelle confrontée aux problématiques de leur durabilité et de leur soutenabilité, les critères seront forcément inadéquats et prêteront à interprétations.

La Présidence espagnole de l’Union européenne est consciente du problème puisqu’elle l’avait clairement posé pendant la préparation de sa Présidence. Il faut désormais intégrer plus fortement l’expersite des acteurs culturels eux-mêmes en leur demandant de participer à la réflexion sur la défintion des critères qui au regard des caractéristiques de l’action culturelle, créent des conditions de « développement durable » dont certains (pas n’importe lesquels, comme nous le verrons dans un prochain post) contribuent à une partie de la soutenabilité de l’action culturelle en Europe.

Filed under: Analyses, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, , , , , ,

La place de la culture dans l’Europe de demain

Le 17 décembre 2009, l’ADCEI et ses partenaires du réseau Euromedinculture(s) ont remis à la Commission européenne les recommandations finales sur la place de la culture en Europe. Celles-ci sont issues de la consultation citoyenne qui a eu lieu en 2009 au cours de neuf forum régionaux. Ce projet, avec le soutien de la Commission européenne dans le cadre du programme L’Europe pour les citoyens, a rassemblé citoyens, professionnels de la culture et décideurs de différents payas, venus s’exprimer sur les défis majeurs de l’Agenda européen pour la Culture. Parallèlement, une questionnaire a été diffusé en grand nombre, puis analysé par des experts dans chaque pays participant. Cette démarche européenne s’est ouverte à la Méditerranée grâce au partenaire tunisien d’Euromedinculture(s) qui a traduit et diffusé le questionnaire en arabe et organiser un forum local. Un grand forum européen a permis, deux jours durant, à 1200 personnes réunies à Montpellier, de discuter sur la base des conclusions préliminaires proposées par les partenaires du projet. Plusieurs autres membres européens et méditerranéens du réseau ont également pu prendre part à ce grand débat public, grâce au soutien du Conseil régional Languedoc-Roussillon.

La place de la culture dans l’Europe de demain. Document de synthèse est le résultat de l’ensemble de ce processus. Il bénéficie d’une très large diffusion dans le but d’être utile aux institutions européennes, en donnant de la matière à leurs délibérations.

Source : ministère de la Culture et de la CommunicationEuromedinculture(s)

Filed under: Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, Ressources, , , , , , ,

Nouvelle dynamique espagnole

Ministerio-CulturaLe Conseil des ministres espagnol a approuvé le 31 juillet dernier un arrêté royal relatif à la création du Réseau des Musées en Espagne, une structure de coordination entre l’État et les musées publics et privés, de coopération entre les autorités publiques dans le domaine des musées et de promotion en vue de l’amélioration de l’efficacité et de l’efficience de tous les musées et les institutions qui y participent. Bien que la Loi sur le patrimoine historique espagnol se réfère au système espagnol des musées, le Réseau des Musées d’Espagne, des différentes administrations publiques et des institutions en charge des musées a pour principal objectif d’organiser la coopération pour améliorer les compétences nationales et internationales d’excellence en soutenant les meilleures pratiques des musées.

Il est important de noter que cet arrêté royal est le fruit d’une proposition conjointe des ministres de la Culture, de la Défense, du deuxième Vice-Ministre et Ministre de l’Economie et des Finances, de l’Intérieur, des Travaux publics, du Logement et de la Science et l’Innovation. 
A bien regarder la gouvernance de cette nouvelle structure, on rêverait de voir les musées faire l’objet d’une telle cohésion gouvernementale et interprofessionnelle en France.

L’arrêté royal crée en effet le Conseil des musées, organe administratif dédié à ce nouveau réseau, où siègent : les membres représentant les ministères du Tourisme, de l’Industrie, de la Culture, du Commerce et du Tourisme et un représentant de chacun des ministères et organismes de l’Administration générale de l’État auxquels les musées du réseau sont affiliés. La Fédération espagnole des municipalités et des provinces, en association avec des autorités locales ont également désigné un représentant et un autre a été désigné par les organisations rassemblant les personnes handicapées et leurs familles, accessibilité oblige. Un autre représentant désigné par le Secrétariat général de la politique sociale et de la consommation ainsi qu’au moins un représentant des musées ont également été intégrés dans le Conseil des musées.

Globalement, les fonctions du musée qui sont projetées par ce nouveau réseau sont définies par des critères généraux d’excellence, sur la base des lignes directrices émises par le Conseil international des musées (ICOM), ainsi que les déclarations et accords signés par l’Espagne sur les musées.

Pour chaque musée, le Conseil nomme un Comité technique d’évaluation interdisciplinaire, apte à décider de l’incorporation dans au réseau.

L’ensemble du dispositif vise à renforcer l’attractivité des musées espagnols mais aussi et surtout à améliorer leur intégration dans la récente stratégie de développement de l’attractivité du pays. Fascinant et tellement irritant. Fascinant de voir la dynamique collective et politique qui vient d’être démultipliée grâce à ce réseau espagnol. Irritant lorsqu’on songe aux difficultés connues de longue date entre la RMN et la DMF, difficultés exacerbées par la RGPP et dont on craint l’issue. Doublement irritant lorsqu’on songe à l’avantage concurrentiel considérable que les musées français possèdent depuis si longtemps, à la qualité de leur offre, à la richesse de leur patrimoine et de leurs collections, au dévouement, à l’opiniâtreté, l’inventivité et la débrouillardise de leurs équipes.

Filed under: Analyses, Gouvernances, Politiques culturelles, , , , , ,

Retour sur Transit City / 2

global  cityDans son film Metropolis, Fritz Lang a donné corps en 1927 à une vision futuriste de la ville du XXIème siècle, la méga-cité ; en 1939, le pavillon « futurama » de General Motors offrait lors de l’exposition de New-York une grille de lecture appliquée de la vie et de la ville modernes. Deux « événements » à dimension culturelle majeure qui influencent encore aujourd’hui la réflexion ethnocentrée de la plupart des architectes, des urbanistes, des aménageurs et des politiques.

Or l’heure de « The end of Suburbia », l’heure d’une société humaine où toute la chaine de production est structurée par les énergies fossiles a sonné son glas depuis longtemps. Il est grand temps que se préparent les alternatives aux modèles de prospective issus de nos héritages persistants.

C’est ce que François Bellanger est venu présenter à Paris le 29 juin dernier lors de l’atelier de synthèse du tour du monde de Transit City, le think-tank dédié aux réflexions prospectives sur la ville et les modes de vie.

Dans un Pavillon de l’Arsenal bouillant, au sens propre comme au sens figuré, François Bellanger s’est attaché pendant près de 2 heures à dresser le bilan des voyages, des rencontres et des réflexions conduits depuis deux ans.

Même pour ceux qui ont participé à l’ensemble ou à quelques-uns des ateliers passés, ce ne fut pas une synthèse linéaire mais une démarche salutaire de remise en perspective, une analyse comparée hérissée par l’urgence d’agir et de s’engager dans la voie du renouvellement de nos modèles, de nos imaginaires, de notre volonté d’être au monde.

Nous vous renverrons vers le compte-rendu de cette rencontre exceptionnelle sur le blog du think tank, qui lorsqu’il sera publié vous donnera le détail des exemples, des expériences et des nouveautés en gestation.

En revanche, ce qui nous intéresse ici, c’est le regard critique porté en direction de nos penseurs, de nos décideurs et de nos réalisateurs de l’aménagement du territoire. Car la démonstration, dont le caractère percutant a fait en partie la réputation d’empêcheur de tourner en rond de François Bellanger, était cette fois-ci d’une puissance démultipliée du fait du retour d’expérience de ces deux années à parcourir le monde. Et ce « là-bas si j’y suis » crée un malaise difficilement dissimulable, même avec la meilleure des volontés.

En effet, toutes ces démarches repérées là-bas à l’étranger nous amènent à nous interroger sur la situation ici en France.

L’instauration du processus Grand Paris et des projets qui ont été proposés par les architectes admis à concourir a créé un faux prisme, un « sentiment » de modernité (après le sentiment d’insécurité…), l’idée qui en quelque sorte nous déculpabilise de notre complexe de supériorité bien français, comme si on en avait encore besoin.

Le sempiternel refrain du « on n’a peut-être pas de pétrole mais on a des idées ». Le problème c’est que du pétrole nous en avons surconsommé jusqu’à la lie, comme des américains moyens (pour mémoire, jusqu’à l’arrivée de la crise financière, nous étions sur une courbe qui rattrape proportionnellement celle des Etats-Unis) et que les idées, si nous en avons, se perdent, s’épuisent et se diluent dans les méandres de notre politique d’aménagement du territoire.

Alors oui, on dira :« Grenelle de l’environnement ». Une étape incontournable qui aurait dû être mise en œuvre dès les années 1970 car à ce moment-là, la plupart des innovations et des solutions qui sont proposées aujourd’hui étaient bien présentes et prêtes (avec le Grenelle de l’environnement, on redécouvre le solaire, l’éolien, la biomasse, la géothermie, etc).

Il faudrait bien réaliser et soutenir plus fortement les démarches d’innovation sociale, car c’est là qu’aurait pu se tisser le lien qui aurait permis au Grenelle d’aller beaucoup plus loin. Les processus d’innovation sociale sont intégrés dans des expérimentations magistrales mais qui souffrent en effet du manque de leviers supplémentaires pour passer à la vitesse supérieure.

Lorsque François Bellanger parle de la consultation des habitants de San Francisco sur l’avenir de leur ville qui débouche sur l’expression d’un imaginaire et une volonté tellement à l’opposée des référentiels des architectes et des urbanistes, pourquoi ne pas parler des expériences similaires conduites à différentes échelles en France et pourquoi ne pas dénoncer le phénomène contraire en jeu dans l’ « opération » du Grand Paris ? La réponse se situe bien entendu au niveau politique, mais lequel ?

Le 12 juin dernier nous étions à Barcelone pour le séminaire « Culture, développement durable et pouvoir locaux : quels enjeux pour la prochaine décennie ? ». Nous reviendrons dans un autre post sur l’intégralité de cette journée mais ce qu’il apparaît intéressant de mettre en évidence ici, c’est que tout le monde a l’impression de faire de l’agenda 21, du développement durable, (les effets de communication sont passés par là) mais pour ce qui concerne la démarche structurée (impliquant tous les secteurs) et l’outil en tant que tel, le chemin à parcourir est encore long. La culture est une réponse possible, s’il on observe notamment le tout dernier plan d’action pour le développement durable 2009-2013 du Québec… nous y reviendrons aussi.

Sur la question des politiques du développement durable, on observe que les initiatives vis-à-vis du politique ne jouent pas dans les mêmes catégories.

Les villes risquent en effet d’être les grandes oubliées des négociations à venir de Copehnague. Le mot « ville » est absent de tous les textes préparatoires. Cités et Gouvernements Locaux Unis aura à lutter fermement pour que l’après Kyoto ne se négocie pas de gouvernement à gouvernement, d’autant que sans l’échelon local il est impossible de maîtriser une politique de développement durable. N’oublions pas que la grande majorité de la population mondiale est aujourd’hui dans les villes et le sera encore pour un moment.

Petite éclaircie qui pourrait amener à penser que la cause des villes n’est pas totalement perdue, la Banque Mondiale vient de modifier substantiellement sa stratégie urbaine. La rencontre qui s’y tient depuis le 28 juin et qui se termine ce soir au palais du Pharo à Marseille a pour thème « Villes face au changement climatique : répondre à un agenda urgent ».

Ce symposium est en effet un moment important puisque la Banque révise sa politique urbaine pour y intégrer la dimension du climat. Prévue en septembre, la nouvelle stratégie devrait donner un coup d’accélérateur à la recherche urbaine, recherche aujourd’hui très faible.

Cette faiblesse a été parfaitement pointée par François Bellanger, celui-ci mettant en évidence le « décrochage » de l’Occident, la fin de la modernité urbaine du modèle occidental. Le basculement de référentiel qui s’est opéré et a déjà été largement commenté (voir « Nylonkong » notamment) appelle de nouveaux arbitrages de l’esprit car les mentalités et les usages ont changé. L’accélération du changement de ces deux dernières années a été brillamment synthétisée hier et nous ne manquerons pas d’y revenir car l’ensemble des données collectées est capital pour comprendre ce qu’il nous reste encore à accomplir.

Filed under: Analyses, Evénements, Expériences, Ingénieries, , , , , ,

EUROMEDINCULTURE

Partant de l’Agenda européen pour la Culture à l’ère de la mondialisation, le projet EUROMEDINCULTURE Citoyenneté propose aux citoyens européens du Nord, du Sud et de l’Est, de s’exprimer sur un sujet commun : la place de la Culture dans l’Europe de demain.

Ouvrant à des contributions, à des rencontres interrégionales et à un grand forum européen, le projet, grâce à la mobilisation de compétences scientifiques, permettra ainsi la parole d’européens et leur expression structurée auprès des institutions européennes mais aussi nationales et régionales.

Plus concrètement, chaque partenaire, sur la base d’une démarche commune élaborée en comité de pilotage, ouvre largement aux citoyens un appel à contribution relative aux trois axes de l’agenda européen et plaçant la Culture comme facteur de construction de l’Union européenne. Par la suite, trois larges débats seront organisés, au niveau interrégional, selon une logique géographique. Enfin, un grand forum européen sera proposé pour organiser un débat ouvert et constructif.

La finalité de la démarche est d’aboutir à un document synthétique représentant la parole des citoyens sur le sujet de la Culture. Ce document sera remis aux institutions communautaires mais également aux décideurs et à tous les relais d’opinion?

Durée : de janvier à octobre 2009


Pays partenaires : France, Allemagne, Belgique, Espagne, Grèce, Malte, Portugal, Royaume-Uni


Pays associé : Tunisie

Pour consulter « L’Agenda européen de la Culture à l’ère de la mondialisation » dans les langues du partenariat, cliquer ici

Filed under: Ingénieries, Politiques culturelles, , ,

Des enjeux partagés

 

Reconnu comme quatrième pilier du développement durable au même titre que le développement économique, le développement social et la protection de l’environnement par le forum mondial de Porto Alegre en 2002, la culture fait désormais l’objet d’un Agenda 21 présenté à Barcelone en mai 2004 et soutenu par Cités et Gouvernements locaux unis. Cet agenda ou programme de réflexion et d’action pour le 21e siècle s’adresse particulièrement aux pouvoirs locaux et constitue un outil de travail complémentaire de la convention de l’Unesco pour la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles.
Ce rendez-vous d’une journée permettra aux acteurs artistiques et culturels de faire connaître leurs initiatives en matière d’Agenda 21 de la Culture, mais aussi de s’informer des bonnes pratiques, de disposer des ressources dégagées par les expériences, les études et la recherche en la matière. L’approche de la question se fera d’un point de vue territorial et international avec des intervenants invités de Catalogne, de France, du Canada et d’Amérique du Sud.

Lieu de la conférence : Mairie de Barcelone, direction de la culture. Accès libre dans la limite des places disponibles.

Cette rencontre s’inscrit dans le cadre du Tour de France et d’Europe des politiques culturelles proposé par l’Observatoire des politiques culturelles à l’occasion de son 20e anniversaire.

Source : OPC

Filed under: Evénements, Ingénieries, Politiques culturelles, , , ,

Audience stats (year nine)

  • 397 699 page views

Network map today : 3020 experts members and contributors

Rejoignez 3 775 autres abonnés

Themes

Action artistique et culturelle Aménagement du territoire Architecture Art dans la ville Art et espace public Arts sciences et technologies Billets réflexifs Capitales européennes de la culture Coopération culturelle Coopération internationale Creative cities Création contemporaine Création numérique Cultural Engineering Group Culture et développement territorial Culture et innovation Dialogue interculturel Diversité culturelle Démocratisation de la culture Développement culturel Développement des territoires Développement durable Développement soutenable Economie créative Economie de la culture Equipements publics Ethique Europe Evaluation des politiques culturelles Financement de la culture Finances publiques Gouvernance culturelle Industries créatives Industries créatives et design Industries culturelles Ingénierie culturelle Ingénierie de la connaissance Ingénierie touristique Innovation Innovation sociale Interculturel Marché de l'art Marketing culturel Marketing des territoires Musées Musées et nouvelles technologies Mécénat Métropoles créatives Nouveaux médias Nouvelles gouvernances Nouvelles technologies Patrimoine Patrimoine numérique Politique culturelle Politique des territoires Politique européenne Politiques culturelles Politiques de l'innovation Politiques des territoires Politiques européennes Politiques publiques Politiques publiques et PPP Polémiques Prospective RGPP Réforme de l'Etat Réforme des collectivités territoriales Réformes Soft power Soutenabilité Tourisme Tourisme culturel Tourisme culturel et nouvelles technologies UNESCO Urban planning

Member of The Internet Defense League