Cultural Engineering Group

Services & Ressources en ingénierie culturelle

International conference on cultural diversity, civil society and international cultural cooperation

Culturelink / Institute for Development and International Relations and the Centre for Democracy and Law Miko Tripalo have the great pleasure of inviting you to the international conference on Cultural Diversity, Civil Society and International Cultural Cooperation, to be held on 3-4 June 2013 in Zagreb, Croatia.

The conference is organized jointly by Culturelink/IRMO and the Centre for Democracy and Law Miko Tripalo, in cooperation with the UNESCO Regional Bureau for Science and Culture in Europe (Venice). The aim of the conference is to analyze cultural diversity as the principal challenge of our time. The integration of cultural diversity into a wide framework of public policies, not only cultural ones, gives a new impetus to the international community in approaching its fundamental goals – peacebuilding and development, conflict prevention, democracy and human rights.

Cultural diversity is a source of creativity and innovation for development. UNESCO’s Convention on the Protection and Promotion of the Diversity of Cultural Expressions, which was adopted by the UNESCO General Conference in 2005, will be at the centre of the Conference programme. The Convention advocates changes in international cooperation which will contribute to the bridging of the development gap and to the reduction of dependency in the world through the establishment of development partnerships. The Convention aims to foster cultural interaction and dialogue, and to establish innovative approaches towards international cooperation.

The Conference will be structured in four thematic round tables:

  • 1. Integrating Cultural Diversity in Sustainable Development Policies;
  • 2. Promoting Cultural Policies;
  • 3. Strengthening the Diversity of Cultural Expressions;
  • 4. Promoting Mobility and Engaging Civil Society.

Today, many countries in the world have coalitions for cultural diversity representing professional cultural and artistic civil society organizations. The coalitions operate through institutions, advocating the importance of culture and the promotion of the diversity of cultural expressions, as formulated in UNESCO’s Convention, and having an eye on broader development issues. The Conference will also focus on the following question: Does civil society in Southeast European countries have an interest in the creation of coalitions for cultural diversity in the region?

The conference agenda will be posted on Culturelink’s website by 10 May 2013. For the programme and participation registration form please visit here.

Source : Culturelink.

Classé dans:Evénements, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, , , , , , ,

Scots-Chinese cultural agreement

A Memorandum of Understanding on Culture between China and Scotland has been signed today, committing the governments in Beijing and Edinburgh to supporting greater exchange and collaboration across the arts, creative industries, heritage and national collections – one of three major cultural agreements sealing links between the two nations.

First Minister Alex Salmond signed the MoU along with China’s Minister of Culture Mr Cai Wu at a ceremony in Beijing.

The intergovernmental MoU commits to closer ties across four key areas: cultural collaboration; best practice; educational outreach; and networking opportunities. It follows discussions between the First Minister and His Excellency Cai Wu on July 9 2010 in Beijing on the opportunities for building on the already significant cultural exchanges and ties between China and Scotland.

Immediately following the MoU signing, the First Minister then witnessed the signing of a Memorandum of Understanding, between Edinburgh International Festival and the China International Culture Association to further expand artistic dialogue. This was signed by Jonathan Mills, Edinburgh International Festival Director.

In the same ceremony at China’s Ministry of Culture, a formal agreement was also signed between Historic Scotland and the State Administration of Cultural Heritage to incorporate into the ‘Scottish 10’ digital mapping project, the Eastern Qing Tombs, east of Beijing in the Hebei Province – which Mr Salmond visited yesterday (Sunday).

Examples of Sino-Scots cultural exchange in recent years include performances by both the National Ballet of China and Shanghai Peking Opera Troupe at this year’s Edinburgh International Festival, a 2009 tour in China by Scottish Ballet and collaborations between the National Museum of Scotland and both the National Geological Museum of China and the Chinese Aviation Museum. Last week a nine-person delegation of museum directors from China were in Scotland to view some of most popular museums, including the Kelvingrove Art Gallery and Museum in Glasgow and the National Museum of Scotland in Edinburgh.

In October Mr Salmond opened the Confucius Institute at the University of Glasgow, a partnership with Nankai University supported by the Chinese Ministry of Education’s Office for Chinese Language (Hanban) to build on long-standing research collaborations between the two universities and promote greater understanding of Chinese society and culture.

At a reception held this evening to celebrate the new MoU on Culture, Scottish Opera and nearly 50 students from Beijing No 4 School performed ‘Tale o’ Tam’, an opera based on Robert Burns’ epic poem, Tam O’Shanter. Scottish Opera, which also performed at the Beijing Caledonian Society St Andrew’s Day Ball on Saturday, have been rehearsing with the school pupils for the last week. This follows a similar Scottish Opera outreach workshop and performance in September, with the English Schools Foundation, of Bizet’s Carmen, at Hong Kong Academy for Performing Arts.

The First Minister said: « Since I met Mr Cai last year, the opportunities for increasing the scope and level of cultural exchanges between our two nations have multiplied. Across a wide range of cultural and heritage activities, doors are swinging open, enabling people in both countries to discover more about our respective cultures. These links add value to educational, scientific and business activities that can bring lasting benefits to Scotland and to China. Just hours after my visit yesterday to the famous Eastern Qing Tombs that will be digitally documented by our pioneering ‘Scottish Ten’ heritage project, China’s wonderful gift of two Giant Pandas arrived at Edinburgh Zoo as part of a collaborative effort to safeguard the future of these endangered creatures.

« Such examples of cultural exchange help to enhance mutual understanding between countries, creating an atmosphere of respect, trust and celebration. That is why I am pleased to welcome not only the new inter-governmental MoU between Scotland and China, but the two other partnerships agreed today. Taken together, these underline the rich, varied and blossoming cultural dialogue and understanding between our two nations. »

Jonathan Mills, Edinburgh International Festival Director, commented: « Having introduced Festival audiences in Edinburgh to the stunning, astonishing and articulate performances of the National Ballet of China and the Shanghai Peking Opera Troupe in Festival 2011, we wish to maintain artistic links with China and deepen our relationship with this incredibly rich, diverse and profoundly important culture. »

Scottish Opera’s General Director Alex Reedijk added; « Our work with No. 4 School this week is a great illustration of the cultural collaboration our countries aspire to. We’ve been able to share our best practice in arts education, built up over 40 years, and have been impressed by the pupils’ commitment to achieving so much in such a short period of time. It’s also wonderful to have the opportunity while we are in China to showcase young Scottish talent as an inspirational example of where arts education can lead. »

The Memorandum of Understanding between the Scottish Government and the Ministry of Culture of the People’s Republic of China covers all performing and visual arts, museums and collections, literature, publishing, film, crafts, built heritage and creative industries.

Last week, the First Minister declared that Scotland’s cultural heritage had undergone a « renaissance » following the opening of four newly-refurbished national cultural institutions – the National Museum of Scotland and the Scottish National Portrait Gallery in Edinburgh, Stirling Castle’s Royal Palace and the Robert Burns Birthplace Museum in Ayrshire – and a major new Museum of Transport & Travel in Glasgow, all within twelve months.

The agreement signed today between Historic Scotland and the State Administration of Cultural Heritage will see the Eastern Qing Tombs, which mark the final resting place of some of China’s best known emperors, digitally documented under the ‘Scottish 10’ project which will see all five UNESCO World Heritage Sites in Scotland and five international sites captured in 3-dimensional detail using cutting-edge laser scanning technology. These records can be used to monitor structural changes and provide source material for remote access and educational programmes.

Classé dans:Gouvernances, Politiques culturelles, , , ,

Quelle gouvernance culturelle pour la ville-monde ?

L’Observatoire des politiques culturelles (OPC), avec le concours de Culture et Développement et du Musée dauphinois (Conseil général de l’Isère), organise les Premières Rencontres Augustin Girard – René Rizzardo sur le thème Coopération internationale et diversité culturelle : quelle gouvernance culturelle pour la ville-monde ? les 1er et 2 décembre, à Grenoble (Isère).

Ces rencontres proposent une réflexion prospective sur l’articulation entre problématiques culturelles, enjeux de société et enjeux de politiques publiques dans un contexte mondialisé. Ce premier rendez-vous traitera des dynamiques de coopération et des enjeux de diversité culturelle, à travers notamment les échanges artistiques et culturels Nord(s)/Sud(s). 
Comment (re)penser à travers ces processus de coopération les enjeux multiculturels de demain ? En quoi la reconnaissance de compétences et de droits culturels représente-t-elle un facteur de cohésion et de paix sociale du local au mondial ? 
La manifestation mettra l’accent sur ce que les relations entre la France, l’Europe et le monde produisent sur les territoires impliqués en termes de représentation des cultures et dans la construction des identités culturelles en jeu. Loin de toute approche compassionnelle, les relations aux arts et aux cultures non occidentaux et notamment africains seront explorées à cette occasion. 
Il sera question d’éducation à la diversité comme facilitateur de rencontre et de respect mutuel. Le débat portera également sur la manière dont les politiques publiques se saisissent de ce questionnement à travers la métropole contemporaine. Quelle gouvernance culturelle dans la ville-monde faut-il inventer qui compose le local avec le mondial ? Quel rôle les politiques territoriales ont-elles dans les échanges culturels internationaux ?
Ces premières Rencontres consacreront également un temps de témoignages autour d’Augustin Girard et de René Rizzardo dont les parcours et travaux ont largement nourri les réflexions sur ces problématiques.
Un avant-programme du colloque est téléchargeable. 
Le bulletin d’inscription téléchargeable est à faxer ou envoyer par courrier à l’OPC. 
Contact : Observatoire des politiques culturelles, 1, rue du Vieux Temple – 38000 Grenoble (+33 (0)4 76 44 33 26 – fax : 04 76 44 95 00 – contact@observatoire-culture.net )

Classé dans:Evénements, Expériences, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, , , , , , ,

Diversity of Cultural Expressions: 4th Ordinary Session of the Intergovernmental Committee

Five years after its adoption, the Convention on the Protection and Promotion of the Diversity of Cultural Expressions is reaching a decisive turning point with its foundations clearly in place and new steps towards implementation. This 4th session of the Committee marks a significant step in the Convention’s operational phase; the agenda will cover topics from the International Fund for Cultural Diversity to activities around the world to promote ratification and to engage civil society in the communication of the Convention’s key principles and messages.

Source Unesco

Classé dans:Evénements, Gouvernances, Outils, Politiques culturelles, Ressources, , , , ,

Elections UNESCO / 5

UNESCOHier, le quatrième tour de l’élection pour le poste de directeur général de l’Unesco n’a pas permis de dégager une majorité pour déterminer un vainqueur. Au terme de ce nouveau scrutin, Il ne reste plus que Farouk Hosni, le ministre Egyptien dont la candidature fait toujours polémique et inquiète, qui obtient 29 votes ; la diplomate Bulgare Irana Bokova arrive à égalité avec 29 votes et le diplomate Algérien Mohammed Bedjaou est mis hors course puisqu’il n’obtient aucun vote.

Longtemps grand favori, le ministre Egyptien de la Culture a vu ses chances s’amenuiser au fil du processus de désignation entamé jeudi dernier, alors que ce dernier affirmait être en mesure d’obtenir un minimum de 30 votes. La perspective de voir Farouk Hosni à la tête de l’Unesco est dénoncée depuis des semaines mais ne fait toujours pas (ou presque) débat sur le fond ni sur ce que représenterait sa victoire pour l’avenir de la vénérable institution.

Un des enseignements de ce scrutin sous haute tension est qu’il ne se dégagera pas de consensus clair et net, ce qui témoigne de la sclérose ambiante alors que tout le monde s’accorde à dire que la question du changement est essentielle pour l’avenir de l’Unesco. En cas de nouvelle égalité entre les deux candidats à l’issue du 5e tour aujourd’hui, il sera procédé à un tirage au sort pour les départager, précise-t-on à l’Unesco. Cela signifie que les négociations et les tractations vont monter d’un cran et que la transparence de ces élections ne sera plus garantie.

Dans ces conditions, certains pays lèvent le ton pour appeler leurs gouvernements à changer leur vote. Officiellement en France jusqu’à hier, aucune mobilisation ni aucun engagement du moins façade, malgré une préférence chuchotée en coulisses pour le candidat Egyptien, ce qui constitue en soi une nouvelle contradiction entre les valeurs sans cesse martelées dans les leçons données au reste du monde (devenues une fierté nationale quasi irrationnelle) et une forme à peine déguisée de real politic qui laisse à penser que les changements tant attendus dans la gouvernance et la cohésion entre les nations sont toujours au mieux pour le moyen terme. Les subtilités françaises nous échappent, c’est un aveux dur à faire en France mais c’est une perception qui s’est profondément ancrée à l’étranger et pas uniquement dans les milieux intellectuels.

Un espoir semble toutefois naître aujourd’hui puisque, si nous en croyons les propos du New-York Times rapportés par l’excellent blog Save Unesco, 3 pays qui jusqu’ici devaient voter pour Farouk Hosni changent d’avis et font barrage (Italie, Israël et… la France !). Le suspense est insoutenable.

Il est en tout état de cause crucial qu’une majorité forte se dégage au cinquième tour (qui débute à 18h30 ce soir) sinon nous entrerions dans une période où tous les coups et les recours sont permis entre le temps de la conférence générale et celui du bureau exécutif.

L’Unesco et les Nations Unies incarnent toujours l’idéal et l’espoir d’un avenir meilleur pour l’humanité mais que de couleuvres avalées depuis leur création !

Classé dans:Analyses, Gouvernances, Politiques culturelles, , , ,

Cinéma africain

Le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) est un des plus grands festivals africains de cinéma. Il se déroule tous les deux ans dans la capitale du Burkina Faso et rassemble pendant une semaine les professionnels du cinéma africain autour de compétitions cinématographiques, notamment dans les catégories long métrage fiction, court métrage fiction, documentaire et films de la diaspora.

L’objectif du festival est de favoriser la diffusion des œuvres du cinéma africain, de permettre les échanges entre professionnels du cinéma et de l’audiovisuel et de contribuer à l’essor, au développement et à la sauvegarde du cinéma africain, en tant que moyen d’expression, d’éducation et de conscientisation. Ces biennales permettent aux professionnels du 7ème art africain de confronter leur savoir-faire dans un esprit de recherche d’excellence, afin de mieux positionner le cinéma africain sur l’échiquier international.

Depuis 1983 le Marché international du cinéma et de la télévision africain (MICA) est intégré au FESPACO. Ce dernier offre des possibilités de rencontres avec des acheteurs et des distributeurs professionnels d’Afrique et du monde entier.

La 21e édition du FESPACO se tient depuis le 28 février et jusqu’au 7 mars 2009 sous le thème : « Cinéma africain : tourisme et patrimoines culturels ». En décidant de se pencher sur ce thème, le festival veut amener les professionnels africains du cinéma à se servir de leur art pour promouvoir et valoriser les richesses touristiques et patrimoniales du continent africain.

En effet, le cinéma africain – et d’autres industries culturelles comme la musique – peut se révéler être un facteur de développement économique, et notamment un levier pour le développement d’un tourisme fondé sur le riche patrimoine culturel du continent.

Vient d’ailleurs de paraître la publication « Creative economy as a development strategy : a view of developing countries » [L’économie créative en tant que stratégie de développement : vue des pays en voie de développement], édité par Ana Carla Fonseca Reis et téléchargeable [ ici ]

Plus d’informations sur le FESPACO [ ici ]

Source : OCPE

Classé dans:Evénements, Expériences, , , ,

Le jeu italien

Les ministres de la culture des pays du Moyen-Orient semblent avoir majoritairement bien accueilli la proposition faite juste avant Noël par le ministre de la culture italien de créer un forum culturel global sous l’égide de l’Unesco et inspiré du modèle du forum de Davos. Le gouvernement égyptien en particulier, à travers la voix de son ministre de la culture Farouk Hosni, appuie fortement cette proposition et considère que l’Italie a les meilleurs atouts pour créer un hub politique et culturel qui retienne toute l’attention des leaders du monde entier. Il va même plus loin en déclarant que l’Italie peut bien jouer un « rôle stratégique » pour la construction des passerelles culturelles entre l’Europe et le monde Arabe, en particulier les pays méditerranéens.

Il faut dire que depuis que l’Italie soutient la candidature de Monsieur Osni au poste de directeur général de l’Unesco (celui-ci allant jusqu’à déclarer qu’il se sent « à moitié italien » ces temps-ci), cette ferveur envers l’initiative italienne n’est pas vraiment étonnante.

On peut toutefois se demander dans quel cadre se fait cette prise d’initiative, le périmètre politique de l’espace euro-méditerranéen étant à peine esquissé. On peut doublement s’interroger lorsqu’on considère l’ampleur et la délicatesse du sujet culturel et interculturel dans cette région du monde. Il semble que l’absence de concertation des autres pays de l’Union témoigne plutôt d’un alibi culturel pour servir des intérêts partisans.

Classé dans:Analyses, Politiques culturelles, , ,

France-Express

Lancé en 2007 pour pérenniser les partenariats noués à l’occasion des saisons croisées France-Corée de 2006, ce nouveau festival français de Séoul avait permis de présenter 21 événements et d’attirer 35 000 visiteurs. Sa seconde édition aura permis, du 26 septembre dernier au 21 novembre prochain, de présenter 40 événements, à Séoul et en province, soutenus par 27 partenaires institutionnels et 15 financeurs privés, entreprises françaises et coréennes. Elle a aussi été l’occasion de célébrer le 40e anniversaire du Centre culturel français de Séoul.

L’ambition de « France-Express » est de révéler au public coréen la diversité et le foisonnement créatif de la scène artistique française. Sa programmation couvre toutes les disciplines, des arts de la rue au théâtre en passant par les arts numériques et les grandes expositions patrimoniales. Elle a été élaborée en concertation avec les principales institutions culturelles coréennes et la plupart de ses événements s’inscrit dans les temps forts de la saison coréenne d’automne (Festival pluridisciplinaire « Seoul Performing Arts », Festival de danse « Sidance », Festival des arts de la rue de Gwacheon, Festival des Théâtre Nationaux, Jarasum jazz festival, Platform Séoul …).

 

L’exposition « Arcadie : Image du Paradis » préparée par le Centre Georges-Pompidou, la tournée des Contes de Grimm dans une production du théâtre de l’Odéon (mise en scène d’Olivier Py), le dernier opus du chorégraphe Olivier Dubois « Faunes », créé cet été à Avignon, ou l’exposition « Pouvoir de la photographie : 21 photographes contemporains français » proposée par le Fonds national d’art contemporain, en sont quelques temps forts.

Modèle du genre, « France Express » bénéficie en particulier du soutien des entreprises françaises Lafarge et Thales ainsi que de huit entreprises coréennes et du partenariat de la compagnie aérienne Asiana.

Source : Réseau culturel français à l’étranger.

Classé dans:Analyses, Expériences, Ingénieries, , ,

Rapport Jobbé-Duval

Bernard Kouchner et Christine Albanel ont souhaité engager en concertation un plan d’action afin d’amplifier la participation des artistes français au dialogue international. Pour atteindre cet objectif, Culturesfrance a mis en oeuvre une série d’ateliers de réflexion, afin de constituer un plan d’action. 

Les ateliers, présidés par Henri Jobbé-Duval (directeur d’Art Paris), ont regroupé des  experts du secteur public (directeurs d’écoles d’art et d’institutions, responsables de programmes de résidence, commissaires), et du secteur privé (galeristes, collectionneurs, responsables de foires internationales, artistes)  ainsi que des membres des ministères concernés et de Culturesfrance. 

33 propositions en sont nées, organisées en trois axes :

  • Montrer : mieux montrer les artistes français (accroître la visibilité de l’Art français en France et à l’étranger, en prévoyant sa diffusion à l’international dès l’origine ; créer un lieu d’exposition permanente, une grande exposition historique sur l’art contemporain français co-produite avec l’étranger, une base de données accessible en ligne ; appuyer le rôle des institutions œuvrant à l’international…)
  • Echanger : mieux se préparer aux échanges et mieux les pratiquer (développer les échanges internationaux au niveau des écoles d’art, des résidences, de la recherche, des équipes curatoriales ; faciliter l’entrée et le séjour d’artistes et de professionnels étrangers en France …)
  • Exporter : mieux accompagner la présence des artistes français à l’étranger (multiplier les opérations conjointes de diffusion entre deux pays ; favoriser les opérations de promotion et les prêts d’œuvres ; déterminer un indicateur fiable de la présence des artistes français à l’étranger…)

Ces propositions ont été par la suite remises aux deux ministres compétents, qui les ont reçues avec intérêt et ont demandé à leurs directions la mise en œuvre progressive de ces orientations.

Télécharger le rapport

Classé dans:Ingénieries, Outils, Ressources, , , ,

Corée du sud, nouvelle étape

Au pays du matin calme, placer les portefeuilles du tourisme, de la culture et du sport constitue une originalité certaine qui favorise la coordination des politiques et la mise en commun des objectifs. En France, on a souvent parlé par exemple d’une fusion entre culture et éducation nationale. Le débat revient pratiquement à l’aube chaque remaniement ministériel. Le prochain arrivant bientôt, espérons que le débat saura se hisser à un autre niveau que le précédant. Les démarches interministérielles sont pourtant une constante dans la cinquième République.

Cette fois-ci, la politique actuelle navigant entre crise, RGPP et tentatives de relance, devraient réduire le débat à son strict minimum. Entre pragmatisme et report du problème, la culture comme un levier hors des politiques sectorielles pourra-t-elle voir le jour ? Rien n’est moins sûr.

Toujours est-il qu’en Corée du Sud, le ministre de la Culture Yu In-Chon semble confirmer les engagements annoncés à sa prise de fonctions il y a huit mois, engagement dont nous nous étions fait l’écho au début du mois de septembre dernier.

 

Yu In-Chon a récemment annoncé qu’il formulera une stratégie long-terme de promotion pour renforcer la popularité de la culture coréenne dans le monde.

« Nous ferons campagne pour la promotion de la culture à l’étranger comme un projet à long terme. Dans le passé, nous avions par exemple un événement annuel à l’étranger. Mais maintenant, nous nous préparons à au moins une période de trois ans avec plus de projets, comme c’est le cas  pour d’autres pays, » a-t-il déclaré dans une interview au Korea Times.

 Comme cette planification à long terme requiert un budget plus important dans la promotion de la culture coréenne, d’importantes manœuvres sont en cours pour dégager les marges de manœuvres nécessaires. Pour le moment, le ministre considère que le plan est au niveau de l’esquisse mais il envisage une construction finalisée d’ici à la fin de l’année pour que le plan puisse voir le jour au début de l’année prochaine.

 

Il a également confirmé le maintien du Festival de la Corée à Bruxelles, considérant que cet événement est au fond une bonne promotion de la culture coréenne à l’étranger.

Le Festival de Corée, intitulé « Made in Korea », se déroule au Palais des Beaux-Arts à Bruxelles, le plus grand centre d’art du pays. Il se poursuivra jusqu’à la fin du mois de Février et force est de reconnaître qu’il remporte un succès important. Sa popularité croissante n’est pas due au hasard, deux ans de préparation ont été nécessaires pour construire un programme qui met en exergue la culture coréenne sous toutes ses facettes, entre tradition et modernité.

« Beaucoup de participants affirment que le festival offre des aspects tout à fait uniques, différents des précédents événements qui ont été seulement un moment d’échanges de programmes culturels. Donc, nous allons arriver à plus de projets à long terme pour promouvoir efficacement la culture coréenne et des arts et de prendre une approche différenciée par région et par pays », a-t-il déclaré.

Un événement similaire aura lieu au Petit Palais, à Paris en 2010. Le ministre espère qu’il remportera au moins le même succès.

Pour les Amériques et l’Europe, la culture coréenne étant relativement méconnue. Le gouvernement va adopter une attitude plus pro-active et renforcée dans la stratégie de promotion. Le ministre souhaite développer et multiplier les programmes d’échanges culturels avec les pays d’Asie de l’Est par le biais de l’ANASE (confère notre article sur le hub culturel coréen) et de mettre en place diverses cultures asiatiques pour accroître rayon d’attractivité culturelle.

 

La politique globale de promotion culturelle devrait être achevée d’ici à 2012. A suivre, donc.

 

Huit mois après sa nomination au Ministère de la Culture, l’acteur-ministre âgé de 57 ans a dit que pour mettre en œuvre à long terme la promotion de la culture coréenne à l’étranger, il faut impérativement améliorer les relations culturelles avec les pays voisins, notamment en Chine et au Japon.

 Séoul cherchera en particulier plus régulièrement des échanges culturels avec le Japon et sportifs avec la Chine : « les trois pays seront étroitement liés dans les arts et le sport. La vue d’ensemble d’une telle politique donnera des résultats dès l’année prochaine. Je vais discuter avec les Chinois et les Japonais ministres de la culture au cours de la réunion de Jeju. »

« Il est temps que non seulement l’économie mais aussi notre culture soit connue des autres pays », a-t-il ajouté.

Yu considère que Hallyu (phénomène appelé la vague coréenne) n’a pas été préméditée mais a poussée spontanément. Toutefois, le phénomène a été essentiellement limité à des fictions TV et K-pop. « Nous voulons donc aider Hallyu à se tourner à divers domaines, notamment cuisine, la mode, les jeux, l’édition et la radiodiffusion » a-t-il poursuivi.

 

Il considère également que les journaux de langue anglaise très présents en Asie sont un bon outil de communication entre les Coréens et les non-Coréens, et qu’il s’agit d’un vecteur de promotion de la culture coréenne auprès d’autres pays.

 

Plus de culture populaire

Ancien acteur aussi bien présent sur scène que sur le petit écran, le ministre a dit qu’il ferait campagne en faveur de politiques capables de mieux soutenir les industries culturelles populaires. Il établira notamment des contrats exclusifs pour que les équipements culturels accueillent ces éléments de la culture populaire.

Actuellement, un petit nombre de lieux comme le Sejong Center for the Performing Arts ou le Seoul Arts Center accueillent de grands concerts, pour la plupart des considérés comme classiques et n’ont pas tous été conçus pour accueillir d’autres types de performances. Le ministre veut offrir de meilleures conditions d’accès pour les artistes populaires et de collaboration avec les principaux grands lieux culturels du pays.

 

Pour les performances et les concerts en particulier, le ministre examine en ce moment deux sites candidats à être réaménagés en tant que salles de concerts populaires de 3000 places – le Hall olympique dans le Parc olympique et Jangchung Gymnasium.

Une grande salle de concert devrait ouvrir en Juin 2010, représentant au coût pour le ministère d’un peu plus d’un million d’euros.

De plus, le Center Sangam-dong un important centre culturel et artistique de Séoul sera transformé avec un ajout d’une salle de concert de 400 places, et ouvrira en décembre 2009.

Concernant le système d’incubation pour les artistes contemporains dans des « usines de la créativité » évoqué dans notre précédent post, le ministre considère que ces usines peuvent encore sembler être « un objectif farfelu pour créer un véritable environnement favorable aux artistes en Corée, mais nous essayons de les aider à travailler en les appuyant fortement jusqu’à ce qu’ils soient totalement en mesure de se développer avec une certaine capacité ».


 

Plus d’accès au sport et à l’éducation physique

Sous le slogan « Enjoy Sports in 15 Minutes After Leaving Home », Yu a précisé que la politique du sport est destinée à aider ceux qui forme tous les milieux de vie des adolescents, les personnes âgées et les personnes handicapés.

Il souhaite également augmenter le nombre des installations sportives pour atteindre les niveaux des pays les plus avancés à savoir l’Allemagne et le Japon. 485 gymnases auront été soutenus cette année et le ministère va engager d’importants budgets pour la construction de nouvelles infrastructures.

Une collaboration plus étroite sera également établie avec le Ministère de l’Education et du Développement des ressources humaines pour améliorer l’environnement de l’éducation physique sur toute la filière d’enseignement et de formation.

Prochain rendez-vous coréen sur C.E.G. d’ici la fin de l’année.

 

 

 

 

 

 

 

 

Classé dans:Analyses, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, , , , ,

Rencontres du Lazio

Les rencontres du Lazio (Rome) se dérouleront du 20 au 23 novembre 2008 et auront pour thème : Les régions de la grande Europe et la culture . En collaboration avec l’association italienne du Conseil des communes et régions d’Europe (AICCRE), la fédération AICCRE Lazio, la région du Lazio et la Province de Rome, il sera question de réunir les élus et les professionnels en charge de la culture au sein des collectivités territoriales de la grande Europe pour mieux analyser et préciser le rôle que jouent les régions, et plus généralement les territoires infra-nationaux, dans le secteur de la culture, leurs niveaux d’intervention selon les pays et selon les disciplines, ainsi que leurs rapports avec les autres collectivités territoriales, les États membres et les institutions européennes.

Contact : Les rencontres, Association des Villes et Régions de la Grande Europe pour la Culture , 8, villa d’Alesia, 75014 Paris (01 56 54 26 36 – info@lesrencontres.eu )

Classé dans:Evénements, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, , , , ,

L’action culturelle française

Adrien Gouteyron fait le point sur l’action culturelle française à l’étranger et constate un financement important pour le rayonnement culturel et une forte densité du réseau culturel. Il propose cependant de mieux mettre en valeur la culture française à l’étranger, en supprimant le monopole du Quay d’Orsay sur l’action culturelle (qui pourrait être confiée au ministère de la culture) et en favorisant une nouvelle organisation (préservation du rôle des lycées français à l’étranger, suppression des doublons parmi les acteurs culturels). Il souhaite renforcer le rôle du conseiller culturel et propose un nouveau modèle de centre culturel, recentré sur les activités linguistiques.

Consultez le rapport directement sur son site d’origine

Classé dans:Politiques culturelles, Ressources, , , , ,

Culture Action Europe

La conférence 2008 de Culture Action Europe (nouveau nom du Forum européen pour les arts et le patrimoine) sera accueillie, du 23 au 25 octobre, par deux lieux privilégiés de la scène culturelle marseillaise, la Friche la Belle de Mai et Lieux Publics, et par le conseil régional Provence-Alpes-Côte d’Azur.

La conférence se penchera sur deux thèmes principaux : la culture dans les relations extérieures de l’Union européenne et le rôle de la société civile dans l’élaboration des politiques culturelles européennes.

Elle est plus particulièrement destinée aux artistes et opérateurs culturels souhaitant développer leurs connaissances et contacts sur la coopération et les politiques culturelles européennes.

Pour en savoir plus sur le contenu des débats, sur le déroulé des journées de travail… et pour vous inscrire, le site dédié sera mis à jour régulièrement.

Contact : Scène Ouverte , c/o Culture Action Europe, 10, rue de la Science, B-1000 Bruxelles (+32 2 534 40 02 – marseille2008@cultureactioneurope.orgwww.cultureactioneurope.org)

Classé dans:Evénements, Expériences, , , , ,

Après US-EU Match Network

Etats-Unis – Europe : consolidation des efforts de collaboration en matière d’innovation

Avec la création du « US-EU Match Network », les Etats-Unis et l’Europe se sont mis d’accord pour accélérer les échanges transatlantiques en matière de transfert de technologies et d’entreprenariat.

Comme on le sait, la dimension internationale est de plus en plus présente dans les défis que doit surmonter l’ensemble des acteurs de l’innovation. L’intensification de la concurrence dans ce domaine, qui se combine également avec la nécessité de concevoir des partenariats, amène les professionnels du transfert de technologies à désormais aborder la valorisation de leurs produits de recherche à l’échelle de la planète dès les premiers stades de développement. Dans la pratique, le phénomène concerne maintenant l’ensemble du cycle de l’innovation qui va de la commercialisation de licences à la création d’entreprises innovantes.

C’est l’idée qui a présidé à la création du « US-EU Match Network » dont l’initiative revient à la DG Entreprises de la Commission Européenne qui avait lancé un appel à projets. Il s’agit en fait d’une plateforme informatique comprenant une base de données actualisée de contacts, d’offres et de requêtes technologiques ainsi qu’un panel de services allant de l’identification personnalisée de besoins à la recherche de partenaires stratégiques en passant par des conseils juridiques.

La plate-forme s’appuie sur consortium composé de quatre institutions aux compétences complémentaires, réparties entre le Luxembourg et différentes régions des Etats-Unis (Caroline du Nord, New York et Ohio) :
1- Research Triangle Institute (RTI) : il s’agit d’un institut de recherche spécialisé dans le développement de solutions pour l’accélération de la commercialisation des découvertes. Ils mettent à disposition leur expertise ainsi qu’un réseau aussi large que varié de personnalités institutionnelles, académiques et industrielles.
2- NineSigma est une entreprise de conseil capable d’aider ses clients à identifier des réponses adaptées à leurs besoins technologiques. NineSigma fait appel à un solide réseau international ainsi qu’une expertise dans l’identification des besoins et la personnalisation de solutions technologiques.
3- European-American Business Organization (EABO) est une société de conseil spécialisée dans l’aide à la création d’activités commerciales transatlantiques. Ils bénéficient d’une expérience sur les questions législatives et administratives ainsi que dans les stratégies commerciales internationales.
4- Intrasoft, quant à elle, est une entreprise de système d’information qui est l’opérateur du consortium.

Le consortium d’une vingtaine de collaborateurs a l’ambition d’offrir aux universités, agences gouvernementales, entreprises privées des deux côtés de l’Atlantique un accès plus aisé à des technologies, des prestataires des services, des conseils et surtout à un réseau d’expertise dans une quarantaine de pays.

Le réseau devrait prochainement s’agrandir avec la participation du « Enterprise Europe Network » (EEN) et de ses 600 organisations partenaires. Cette initiative illustre bien la tendance actuelle d’internationalisation dans les domaines liés à l’innovation. Même si il faudra quelques temps pour évaluer la pertinence de son effet catalyseur dans le développement de partenariats, elle a le mérite de mettre en avant une volonté forte de part et d’autre de l’Atlantique, de construire des relations durables sur les thématiques liées à l’innovation entre les Etats-Unis et l’Europe. 

Pour en savoir plus :

http://www.us-eu-match.com/

Sources :

– « US-EU Match Network », 02/09/08, CIOL Network – http://redirectix.bulletins-electroniques.com/CaBUr
– « Matchmakers: RTI, two international groups team up to bolster tech transfer, business », 19/09/08, Local TechWire – http://redirectix.bulletins-electroniques.com/9zr2H

Origine :

BE Etats-Unis numéro 136 (3/10/2008) – Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT – http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/56164.htm

Classé dans:Analyses, Expériences, Gouvernances, , ,

USA, arts et globalisation

Un article récemment paru dans la presse américaine rendait compte des impacts de la mondialisation sur le secteur et le marché des arts aux Etats-Unis. Il s’ajoute à la longue liste des articles parus cette année exprimant l’inquiétude des professionnels du pays face à la crise économique mondiale.

Thomas Friedman expliquait dans le New-York Times que « le monde est plat », employant cette formule pour décrire le phénomène résultant de la globalisation. En fait, il évoque l’augmentation de l’interdépendance entre les nations et les cultures partout sur la planète comme une réalité de la mondialisation ayant commencé à effacer les facteurs différenciant, créant une culture globale et sans frontières.

Même si l’image est séduisante, le monde n’est pas vraiment plat, du moins pas encore et pour les institutions artistiques, le terrain de jeu est de plus en plus incliné sans que l’on sache encore s’il penche pour le pire ou pour le meilleur. D’où un niveau d’anxiété plutôt élevé aux Etats-Unis.

Si, le directeur du Art Musuem de Phoenix, Jim Ballinger, déclarait il y a quelques semaines, que « le monde est en train de rétrécir », expliquant avec un certain enthousiasme (fort du succès de sa programmation) qu’il y a de plus en plus d’intérêt pour les arts et les artistes d’où qu’ils viennent, la situation actuelle n’en demeure pas moins fragile et particulièrement intéressante.

La globalisation du monde de l’art n’a certes rien de nouveau, c’est un fait cosmopolite en soit. Kevin Myers, un consultant en management des organisations culturelles, évoquait cet été que les arts et la culture ont toujours été des secteurs qui portent un regard sur le monde à une autre échelle. Les domaines artistiques étant au fond un « tout petit monde », ce caractère cosmopolite est un atout et nombreux sont ceux qui ne voient pas cela changer d’un point de vue structurel et géo-économique.

La globalisation signifie en effet aujourd’hui que l’Amérique du Sud, l’Asie, l’Australie et même l’Afrique (dans une certaine mesure) sont entrés dans la partie et modifient la donne. Dans le domaine de la musique classique par exemple, les villes australiennes comme Melbourne, Adélaïde et Sydney sont aujourd’hui l’objet de tous les regards. La compétition est devenue plus sophistiquée pour les métropoles culturelles de monde entier pour ouvrir les saisons culturelles et artistiques et donner à leur public ce qui se fait de mieux ici et ailleurs.

Les flux économiques qui en résultent modifient nos certitudes historiques sur les secteurs artistiques, certitudes basées notamment sur le fait que les collectionneurs d’art ont toujours été des occidentaux. Aujourd’hui ces derniers sont russes, chinois, coréens. Bénéficiant du boum de leur économie, ils constituent les collections majeures et c’est l’ensemble des secteurs du marché artistique qui gravit de manière significative les échelons de la hiérarchie mondiale.

Les musées ouvrent des « succursales » sur des territoires improbables par le passé, de l’Argentine à la Chine. Après s’être franchisé non sans un certain succès à Bilbao, le musée Guggenheim de New-York se déploie désormais à Guadalajara, Vilnius, Bucarest et Abu Dhabi. D’autres grands musées lui ont emboîté le pas, le Louvre notamment.

Si les artistes sont amenés à être très mobiles, mobilité encouragée par la rapidité des moyens de communication et la performance de la logistique internationale, ils ne vivent ni ne travaillent plus nécessairement dans les centres artistiques des grandes villes poids lourds du marché de l’art (New-York, Londres, Berlin).

Le revers de la médaille pour un pays comme les Etats-Unis oblige à une certaine souplesse, souplesse qui n’est visiblement pas facilitée par le problème du dollar.

Par exemple, les négociations pour accueillir aux Etats-Unis la dernière exposition sur Rembradt du Rijksmuseum d’Amsterdam. Entre le démarrage des négociations et la signature du contrat : + 30%. Auxquels s’ajoutent l’augmentation des coûts de location et de participation à l’ouverture (+30% également).

Récemment la photographe allemande Candida Höfer a exigé que le grand format qu’un musée américain souhaitait acheter soit payé en euros, l’artiste déclarant ne pas croire en l’économie américaine.

La dernière exposition de la sculpture « Upside Down, Inside Out » de Anish Kapoor a coûté 100 000 dollars supplémentaires car au moment de l’installer le dollar avait perdu 15% de sa valeur.

Ces augmentations de coût concernent également les polices d’assurances (les prix ont été multiplié par deux voire trois). Le tout rend extrêmement difficile l’ingénierie financière des projets, en particulier pour les musées.

Ces difficultés touchent également les arts vivants et plus particulièrement depuis les attentats du 11 septembre 2001. Il est beaucoup plus compliqué d’obtenir un visa pour les artistes étrangers. Pour les artistes européens et même pour les artistes canadiens, les visas doivent être demandés avec beaucoup d’anticipation, ils sont scrutés avec minutie, ils coûtent plus cher et requièrent plus de démarches administratives. De plus l’environnement et les règles changent très vite, rendant la situation parfois inextricable. Cette année, le nombre de pétitions déposées à l’INS a doublé et pour la première fois apparaissent des pétitions provenant d’organisations culturelles et d’institutions artistiques.

Si on ajoute à cela les nouvelles règles fédérales de retenue à la source qui n’arrangent pas les choses, certains ont le réflexe de réorienter leur programmation sur des artistes américains mais nombreux sont également ceux qui développent de nouvelles orientations.

Ces comportements ont essentiellement des conséquences pour l’Europe. En effet, lorsque les choix curatoriaux ne sont pas américano-américains, ils sont focalisés sur les nouveaux pays du marché de l’art. Lorsque des œuvres ou des performances américaines arrivent sur le sol européen les pertes en rétroconversion font aussi faire grise mine aux sponsors.  L’orchestre symphonique de Philadelphie par exemple vient d’annuler sa tournée européenne de l’été 2009, faute d’avoir trouvé un sponsoring capable de compenser les pertes prévues à la rétroconversion.

La valeur d’une œuvre étant par définition sa circulation sur le marché, la diffusion américaine à l’international tente d’occuper le marché asiatique en orientant sa stratégie en fonction de la curiosité et des goûts du public asiatique.

Parallèlement, en « important » des artistes et des œuvres d’Asie, les Etats-Unis créent indirectement un intérêt grandissant pour l’art comme expression de la culture occidentale et européenne. Le résultat est que les audiences et fréquentations asiatiques sont en constante progression. Les américains commencent donc à penser qu’il faut y voir plus qu’une compensation palliant les difficultés conjoncturelles (espérons qu’elles ne soient que conjoncturelles) avec l’Europe.

Les politiques artistiques se trouvent désormais à un important carrefour après des années d’anxiété exprimée parfois avec exagération populiste.

Il semble aujourd’hui que la valeur de la production d’excellence soit en passe d’être aussi plurielle dans son public que dans son haut niveau de qualité et pour les Etats-Unis, ce phénomène est passé d’une situation subie vis-à-vis de l’Europe à une situation saisie vis-à-vis de l’Asie. L’exemple de la situation américaine mérite que l’on s’interroge sur les politiques artistiques menées en Europe. Ce sera l’objet d’un prochain article de Cultural Engineering Group.

Classé dans:Analyses, Ressources, , , , , ,

Corée du Sud : un hub culturel interrégional en ligne de mire

A peine six mois après avoir pris la direction du ministère sud coréen de la Culture, des Sports et du Tourisme, Yu In-chon vient d’annoncer que la nouvelle administration va inciter à impulser un hub culturel de premier rang en créant et finançant des projets interrégionaux pour que la Corée du Sud affirme plus encore son statut de carrefour de l’Asie du Nord-Est. Ces projets doivent impérativement être mis en lien, interagir et contribuer au renforcement d’un rayonnement culturel à plus forte valeur ajoutée.

Le ministre a également confirmé ce que plusieurs études évoquaient depuis quelques temps à savoir la relocalisation du Musée d’Art Contemporain de Gwacheon (Gyeonggi, province de Séoul). Un des sites candidats est l’actuel centre de Commande de Sécurité et de Défense situé en plein centre de Séoul.

Mais si cette décision « centralisatrice » est justifiée par le souci de faciliter l’accès du public au musée et de favoriser son développement, le ministère vient d’engager une politique de décentralisation qui prendra effet dès l’année prochaine.

Son premier acte de décentralisation, le fonds de soutien à la création et aux arts hitherto pour qu’il déploie plus fortement son action en régions. Le ratio d’intervention entre les régions et la capitale sera considérablement modifié et rééquilibré en faveur des régions avec comme axe principal le développement culturel.

En ce qui concerne les établissements publics, le ministère se concentrera plus fortement désormais sur une politique qualitative en appuyant la création d’un dispositif permettant d’en faire de véritables « usines » créatives, dans un processus d’incubation de trois ans de l’excellence artistique sud coréenne (cette année le dispositif se concentrera sur la musique et la littérature). Ces trois années seront volontairement déconnectées du marché de l’art mais les performances artistiques feront l’objet d’une importante promotion de la part du ministère.

En effet, le ministère a entrepris un importante stratégie marketing pour promouvoir et valoriser le patrimoine coréen ainsi que pour impulser plus d’échanges culturels internationaux.

Cette politique est voulue dans l’esprit du « pragmatisme créatif » impulsé par le président Lee Myung-bak. Au-delà des considérations politiques, il apparaît que la mise en adéquation de la politique de décentralisation, d’une stratégie globale de soutien et de promotion, de la mise en place d’un hub culturel interrégional et du renforcement des échanges culturels témoigne d’une prise de conscience de la place tenue par la culture dans de nombreux domaines et territoires des économies du pays et plus largement de la région. Cette notion de hub territorial (qui est en fait interrégional, au sens continental du terme) fournit ainsi un vecteur et un levier de développement conjoint à la culture et au tourisme.

Les premiers résultats de cette nouvelle politique seront à étudier de près car si les quarante dernières années de l’histoire économique et politique du pays ont été particulièrement mouvementées et si la société a connu de nombreuses mutations, celle-ci a su conserver une relative stabilité. Cette stabilité est le fruit d’une coordination étroite entre l’Etat qui oriente et finance et la société privée, acteur final et décisif de la production dans tous les domaines.

Les accélérations qui viennent de s’engager malgré les secousses des multiples crises politiques depuis 1987 et des difficultés économiques (plus particulièrement depuis 2004) ont établi un contexte qui pourrait devenir plus vite qu’il n’y paraît assez similaire à celui que l’Europe connaît aujourd’hui.

Malgré tout, avec une telle stratégie et compte-tenu de l’état de la géopolitique régionale, la décentralisation culturelle sud coréenne pourrait bien engager une dynamique qui, si elle sait mettre en place les partenariats adéquats, renforcerait le rayonnement culturel la zone Asie du Nord-Est.

Classé dans:Analyses, Gouvernances, Politiques culturelles, , , , , , ,

Les villes font l’Europe

La 8ème Conférence des Villes organisée par l’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF) se tiendra le 11 septembre, à l’Hôtel de Ville de Paris.

Intitulée De Lisbonne à Göteborg, les villes font l’Europe !, cette nouvelle édition, labellisée événement officiel de la Présidence française de l’Union européenne, est l’occasion de réunir près de 800 élus français et européens pour débattre de la place des métropoles européennes dans la construction politique communautaire.

Durant la matinée, deux thèmes transversaux seront abordés : Vers une nouvelle économie fondée sur le développement du savoir, et Le développement durable, un véritable marché ? Au cours de l’après-midi, les thèmes s’articuleront autour de deux sujets majeurs : La performance sociale, indicateur de développement durable ?, et Réussir la société multiculturelle de demain.

Classé dans:Evénements, , , , , ,

LabforCulture

LabforCulture est un projet autonome créé en 2004 et hébergé par la Fondation européenne de la Culture (FEC) à Amsterdam. Lancé en été 2006, LabforCulture développe des approches, des outils et des technologies innovantes afin de renforcer, de stimuler et de faciliter la collaboration culturelle à travers les frontières géographiques, culturelles et imaginaires. Avec, et pour, les artistes, les organisations et les réseaux artistiques et culturels, les différents publics et professionnels de la culture dans 50 pays européens, LabforCulture offre une plateforme de coopération culturelle entre l’Europe et le reste du monde.

Le contenu de ce site, supervisé par un comité de rédaction alternatif constitué de personnes d’origines linguistique, géographique et culturelle différentes, est accessible en cinq langues : allemand, anglais, espagnol, français et polonais.

Classé dans:Expériences, Ressources, , , ,

Abécédaire des organisations internationales et régionales

La Documentation Française vient de publier un abécédaire resensant principales organisations faisant partie du système des Nations unies, les organisations à vocation mondiale ou régionale présentées à travers leur statut, leurs objectifs et domaines d’activité, ainsi que la liste des Etats membres régulièrement mise à jour et les liens vers les sites internet.

L’abécédaire est consultable en cliquant ici.

Classé dans:Outils, Ressources,

L’état du tourisme en France

Si la France affiche le meilleur résultat mondial en termes d’arrivées de visiteurs étrangers (82 millions pour 2007, selon la Direction du Tourisme), elle occupe seulement, selon des chiffres de l’Organisation Mondiale du Tourisme, la troisième place en terme de recettes (46,3 milliards d’euros en 2006), derrière les Etats-Unis (85,7 milliards d’euros) et l’Espagne (51,1 milliards d’euros). Jean-Michel Couve, Député du Var, s’est vu confier par le Premier ministre, une mission sur le tourisme en France, axée autour de trois thèmes : l’organisation territoriale, l’observation statistique et les accords bilatéraux de la France dans le domaine du tourisme. L’auteur appelle tout d’abord à revoir la définition et la répartition des compétences entre l’Etat, les régions, les départements, les communes et leurs communautés. Il émet ensuite des réserves sur l’interprétation qui est faite des données statistiques sur le tourisme (affichage du nombre annuel de visiteurs au détriment des recettes engendrées) et préconise de se doter d’outils statistiques plus performants. Il se penche enfin sur les relations de la France avec les pays étrangers dans le domaine du tourisme (accords bilatéraux, coopérations décentralisées, coopérations interuniversitaires) et en identifie les lacunes (très grande diversité des actions engagées, caractère souvent flou des limites entre les intentions, les projets et les réalisations ; manque de coordination entre les différents acteurs publics français, etc.). Il avance plusieurs propositions pour conforter les accords bilatéraux et dynamiser les échanges internationaux, dont la constitution d’une plateforme « France Tourisme International ».

Source : La documentation française

Consulter le rapport en ligne

Classé dans:Analyses, Outils, Ressources, , ,

Audience stats (year nine)

  • 391,616 page views

Network map today : 3020 experts members and contributors

Rejoignez 3 682 autres abonnés

Themes

Action artistique et culturelle Aménagement du territoire Architecture Art dans la ville Art et espace public Arts sciences et technologies Billets réflexifs Capitales européennes de la culture Coopération culturelle Coopération internationale Creative cities Création contemporaine Création numérique Cultural Engineering Group Culture et développement territorial Culture et innovation Dialogue interculturel Diversité culturelle Démocratisation de la culture Développement culturel Développement des territoires Développement durable Développement soutenable Economie créative Economie de la culture Equipements publics Ethique Europe Evaluation des politiques culturelles Financement de la culture Finances publiques Gouvernance culturelle Industries créatives Industries créatives et design Industries culturelles Ingénierie culturelle Ingénierie de la connaissance Ingénierie touristique Innovation Innovation sociale Interculturel Marché de l'art Marketing culturel Marketing des territoires Musées Musées et nouvelles technologies Mécénat Métropoles créatives Nouveaux médias Nouvelles gouvernances Nouvelles technologies Patrimoine Patrimoine numérique Politique culturelle Politique des territoires Politique européenne Politiques culturelles Politiques de l'innovation Politiques des territoires Politiques européennes Politiques publiques Politiques publiques et PPP Polémiques Prospective RGPP Réforme de l'Etat Réforme des collectivités territoriales Réformes Soft power Soutenabilité Tourisme Tourisme culturel Tourisme culturel et nouvelles technologies UNESCO Urban planning

Member of The Internet Defense League

%d blogueurs aiment cette page :