Cultural Engineering Group

Services & Ressources en ingénierie culturelle

Quelle Europe souhaitez-vous pour 2020 ?

EUFullLa Commission européenne a lancé une nouvelle consultation en ligne concernant la révision de la stratégie 2020. On peut y contribuer jusqu’au 31 octobre.
L’objectif de la consultation est d’orienter le réexamen de la stratégie Europe 2020 et recueillir les points de vue sur son évolution future. 
Les domaines politiques sont : affaires économiques et financières; compétitivité; industrie; marché unique; emploi; recherche, développement et innovation; économie numérique; climat, énergie et utilisation efficace des ressources; éducation et formation; pauvreté et exclusion sociale.
Les contributions se font par courriel ou courrier postal au contact indiqué. 
Un questionnaire est disponible dans les 24 langues officielles de l’UE aux formats .doc ou odt (OpenOffice).
Les contributions reçues sont répertoriées par catégories de répondants et par zones géographiques.
Une fois la consultation clôturée, la Commission analysera et traitera les réponses reçues. La Commission tiendra compte des résultats de la consultation dans les propositions relatives à l’évolution future de la stratégie qu’elle présentera début 2015.

Contact : Commission européenne, Secrétariat général, unité SG D1 – «Europe 2020, semestre européen, gouvernance économique» BERL 6/201, Rue de la Loi, 200, 1040 Bruxelles, Belgique (SG-EUROPE2020-CONSULTATION@ec.europa.eu )

Publicités

Classé dans:Gouvernances, , , ,

Evaluation of Cultural Policies and EU-Funded Programmes as Promoters of Cultural Diversity and Intercultural Dialogue in the Balkans/Southeast Europe

The two-year project entitled Evaluation of Cultural Policies and EU-Funded Programmes as Promoters of Cultural Diversity and Intercultural Dialogue in the Balkans/Southeast Europe (SEE) aimed to evaluate the impact of national and local cultural policies and EU funded programmes in the countries of the Western Balkans in promoting cultural diversity and intercultural dialogue as a part of the EU integration process. The project is implemented in partnership with Österreichische kulturdokumentation, Internationales archiv für kulturanalysen, Vienna, Austria and Udruženje građana Akcija, Sarajevo, Bosnia and Herzegovina.

One can say that some of the Balkan countries have started to recognise that cultural diversity has become a starting point for the development and organisation of cultural relations, influencing and even defining the social positions of different groups and individuals. Intercultural dialogue, on the other hand, acknowledges the communication and the general interaction between different cultures as well as all types of exchanges taking place between them. The different interpretations or intonations do not prevent the basic comprehension of the term ‘interculturalism’ as a set of developed concepts and policies concerning the understanding and managing of cultural diversities. It is therefore necessary to analyse and discuss the dynamic change of cultural identities, not only globally but also in the context of cultural variety and cultural diversities which need to be managed in an overall democratic and modernising context.

The evaluation report tries to evaluate the cultural policies and EU-funded programmes in the countries of the Western Balkans which promote cultural diversity and intercultural dialogue as part of the EU integration process, as well as to give some positive examples from the EU in this regard. In this respect, the goal of the Evaluation Report is to enhance the regional impact of cultural policies and programs on promoting cultural diversity and intercultural dialogue in five countries of the Balkans/SEE (Bosnia and Herzegovina, Croatia, Macedonia, Montenegro and Serbia) and to present EU practices. The results of this research could serve as a resource of practical knowledge and experiences within the cultural sector in the process of re-thinking cultural policies and developing and enhancing the internal capacities of the cultural sector in the field of cultural diversity and intercultural dialogue in the Balkan/SEE countries.

The intention of the project partners was to produce an evaluation report which ultimately would produce recommendations for a more coordinated and EU-oriented policy making approach in the field of culture in the region as well as some recommendations for EU policy makers in the field of culture. The project can be seen as both a process and an output. Definitely, one of the products that came out of this particular project is the final report. The project`s web knowledge portal entitled kulturlogue.org/ explores the possibilities and capacities through which the impact of cultural policies on promoting cultural diversity and intercultural dialogue can be enhanced via a more systematic and comprehensive analysis and sharing of the existing data on cultural policies and programmes. The provided knowledge includes texts, analyses and evaluations on the impact of cultural policies and programmes on diversity and dialogue.

The project is financially supported by the EU Community Programme Culture 2007-2013, the Ministry of Culture of Macedonia, Open Society Foundation – Macedonia, and the Swiss Cultural Program for Western Balkan.

All inquiries should be sent to Lea Linin at lea@multimedia.org.mk

More information can be obtained from Violeta Simjanovska, Executive manager, PAC MULTIMEDIA, DTC MAVROVKA, lamela C 1/1, 1000 Skopje, Macedonia; tel./fax: + 389 23 111 570; www.multimedia.org.mk, kulturlogue.org/

Classé dans:Analyses, Outils, Politiques culturelles, , , , ,

Europe Commission proposes €1.8bn boost for culture

The 37% increase in funding would include loans for small creative industries, as well as restoration projects

By Emily Sharpe. Web only, The Artnewspaper.
Published online: 02 July 2012

Europe’s cultural heritage is to get a major boost from the European Commission. According to Androulla Vassiliou, the commissioner for education, culture, multilingualism and youth, the committee has proposed that the European Union earmark €1.8bn for culture, including restoration projects, over the next seven years, beginning in 2014. This is a 37% increase from the funds currently allotted. Approximately 70 of the 300 projects to receive funding from the EU in 2011 were related to conservation. Vassiliou made the announcement at a press conference in Lisbon this month. She was in town for the European Heritage Conference and the presentation of the annual Europa Nostra/European Union Prize for Cultural Heritage awards held at the picturesque Jerónimos monastery, a World Heritage Site.

Part of the “Creative Europe” plan, the proposed increase in funding includes new provisions for loans for small creative industries. “Credit is one of the biggest issues for small industries,” Vassiliou said, adding that 4.5% of the EU’s GDP comes from the cultural sector. “Cultural heritage is an essential part of our history—our shared history,” said Vassiliou. “It belongs to all of us and we have a duty to our children and our grandchildren to protect it.” She also stressed the importance of economic tourism: “Around 40% of international tourism is related to culture—it’s what makes Europe a top tourist destination.”

The president of Europa Nostra, the renowned Spanish tenor and conductor Plácido Domingo, echoed Vassiliou’s views on tourism. “Tourism is important in our economy and therefore, it is fully justified for the EU to invest funds [in it]. Culture is by no means second, even during an economic crisis,” he said. He added that while €1.8bn may sound like a considerable amount, “when you see what needs to be done, it’s actually not that much”.

The Grand Prize winners

As well as the 28 winners of the Europa Nostra/European Union Prize for Cultural Heritage awards, six grand prize winners were announced at the ceremony at the Jerónimos monastery, which was attended by Vassiliou and Domingo as well as leading dignitaries including the president of the Republic of Portugal, H.E. Aníbal Cavaco Silva, and the heir to the Spanish throne, the Prince of Asturias, Felipe, and his wife, Princess Letizia. The Prince applauded the winners and stressed the importance of culture heritage in “contributing to a peaceful and democratic society… and that is what we are striving for”.

Three of the six grand prize laureates were recognised for projects related to conservation. The Greek architect Spyros Raftopoulos from the National Technical University of Athens accepted the award for a project to conserve an 1860s, neo-classical building on the school’s campus. The jury applauded the school’s decision to use traditional materials and respect the original design. “This award justifies our efforts to restore this historic building ourselves,” Raftopoulos said. A project to restore a 1920s steel blast furnace—a relic of the iron industry—in Sagunto, Spain, was also singled out, as was the restoration of Poundstock Gildhouse, a 500-year-old, Grade I-listed church house in the Cornish town of Bude in the southwest of England. Sandra Dingle, a member of the house’s management committee, said she was “flabbergasted” at being one of the grand prize winners. “It’s a very tiny project, but dear to our hearts.” Other grand prize winning projects are: the interpretation of the elaborate botanical code on the Ara Pacis, a first-century Augustan monument in Rome; a project led by the Norwegian Heritage Foundation in which children adopt heritage sites; and a Romanian teacher’s 40-year quest to preserve the folk art in the town of Satu Mare. The public choice award went to a project to restore Pamplona’s walls, built between the 16th and 18th century.

Classé dans:Analyses, Gouvernances, Ingénieries, Outils, Politiques culturelles, , ,

De l’influence du droit communautaire sur les financements des services culturels / 2

Suite à la publication dans le dernier numéro de La lettre du spectacle des meilleurs moments de l’interview de Philippe Gimet, fondateur de CEG, nous publions l’intégralité de l’entretien afin de prolonger la réflexion et le débat.

Contrairement au rapport des sénateurs sur le sujet, vous semblez inquiet des conséquences des nouvelles règlementations « Almunia » sur le fonctionnement des structures culturelles françaises, pourquoi ?

Le rapport du groupe de travail sur l’influence du droit communautaire sur le financement des services culturels par les collectivités territoriales a raison sur un point, il y a bien une « insécurité juridique » effective depuis le 1er février 2012 sur les financements publics (Etat et Collectivités) en direction des acteurs et institutions culturelles.  Mais le rapport ne dit pas concrètement quelles sont les menaces pour l’écosystème culturel bénéficiaire jusqu’alors de ces financements sous formes de subventions directes.

S’adressant à l’ensemble des pouvoirs publics, nationaux et locaux, le pack Almunia émet un principe général d’interdiction des aides d’Etat et des collectivités, tout en autorisant certaines compensations notamment pour la fourniture de « services d’intérêt économique général » (SIEG).

Très concrètement, cela confirme à nouveau que les acteurs culturels relèvent de la directive « services », ils sont donc considérés comme des opérateurs économiques et relèvent du champ concurrentiel. Cela implique par définition que la subvention publique enfreint les règles d’équité et de transparence et que dans ces conditions il convient de mettre en concurrence.

SI on ne se place que du point de vue du droit, ce qui semble être son unique posture, la moindre des choses eut été de dire dans ce rapport :

  • que la porte est dores et déjà ouverte aux requalifications en marché et aux recours contestant toute absence de mise en concurrence ou la présence de concurrence faussée ;
  • que la culture est désormais considérée comme un secteur économique comme un autre, ce qui signifie à peu de choses près la fin de l’exception culturelle et de son régime dérogatoire ou d’exemption contrairement à ce que prétend encore croire Monsieur Eblé ;
  • que l’écosystème du secteur culturel subventionné est profondément menacé au-delà de la règle dite des minimis soit 500 KE sur trois ans (compensations autorisées pour la fourniture de « services d’intérêt économique général » auxquels sont assimilés les acteurs culturels ;
  • que de nombreux acteurs culturels ne sont pas en mesure de rapidement muter pour répondre au critères de mise en concurrence ou de conditionnalité de la compensation et disons-le tout net à leur « mise sur le marché ».

C’est donc un pan important de la mission de service public culturel tel qu’il était jusqu’alors confié aux structures culturelles qui est remis en cause dans ses modalités pratiquées jusqu’alors.

Il eut été sage de ne pas trop s’endormir sur nos lauriers de 50 ans de politique culturelle, retranchés derrière notre exception culturelle, et d’être clairvoyants sur le mouvement en marche puisque dans l’énergie comme dans les transports, l’Europe a tracé la voie de longue date et il a fallu organiser la fin des monopoles sur plus d’une décennie.

La réglementation désormais applicable et le jeu des recours et procédures ne permettra que de temporiser ce qui remontera inévitablement au niveau européen et le droit communautaire prévaudra sans le moindre doute.

Pour caricaturer, la mutation qui s’est opérée et accélérée ces 10 dernières années c’est celle du 100% subvention au 0% subvention publique directe, c’est celle d’un équilibre relatif entre le non-marchand et le marchand à un environnement essentiellement concurrentiel et de marché, celle de la mission de service public culturel à la culture comme secteur de fourniture de service d’intérêt économique général.

On peut donc alerter sur l’insécurité juridique mais on ne peut se contenter des recommandations faites dans ce rapport. Si on s’en contente, c’est un aveux criant d’impuissance et il arrive bien trop tard car cela fait déjà un moment que tous, politiques, institutions, acteurs et consultants du domaine culturel savons quelles mutations se profilent.

Pensez-vous qu’il faudra, à terme, constituer des établissements publics pour toute structure culturelle subventionnée à plus de 500 000 euros sur trois ans, si une collectivité veut échapper à la suspicion de « concurrence faussée » ?

La question mérite d’être posée mais en tout état de cause, il va falloir tracer une frontière extrêmement claire entre ce qui relève du statut public et du statut privé et ne plus entretenir le flou comme c’est le cas en France depuis plusieurs décennies, de la convention pluriannuelle (qui est de moins en moins pluriannuelle compte tenu de la crise financière et économique) à la délégation de service public de type affermage. C’est le mode de gestion tout entier qui est menacé. Pendant très longtemps notamment, le modèle associatif a été privilégié pour sa supposée souplesse comme par opposition à la lourdeur et la lenteur des machines administratives publiques. Pendant ce temps-là l’Europe et les états membres, sous le leadership de gouvernements de droite comme de gauche, renforçait la technicité des instruments, organisaient les transferts de souveraineté et transposaient un droit communautaire fortement orienté sur l’acceptation de la mise en concurrence et l’économie de marché.

Combien d’acteurs culturels reçoivent plus de 166 KE de subventions par an sur trois ans ? Vous voyez le nombre d’établissement publics qu’il faudrait créer pour endiguer ne serait-ce qu’à court terme le problème ?

Il est assez évident que les territoires où la dimension de coopération est forte ou se renforce (comme c’est notamment le cas à travers le mouvement de l’intercommunalité et de la métropolisation) vont devoir être les premiers à trouver des solutions soutenables (au sens anglo saxon du terme).

Il y a évidemment le risque d’une partition beaucoup plus forte entre service public et service d’intérêt général de statut privé ou parapublic, ce qui équivaut à de la gestion déléguée sous la forme d’un statut privé.

La question de la suspicion de « concurrence faussée » prend une tournure bien particulière notamment au regard de la jurisprudence qui jusque là avait d’une certaine manière contenu le problème avec l’arrêt d’Aix-en Provence qui a tant fait coulé d’encre. Or, c’est là que vient s’ajouter un élément de jurisprudence française récent qui vient également renforcer la tendance : l’arrêt du conseil d’Etat du 9 mai dernier faisant primer le principe de libre accès à la commande publique et de mise en concurrence dès lors que l’impartialité de la procédure est apparente, révélant ainsi une marge de manoeuvre très étroite quant à la mise à l’écart d’office d’une candidature. En d’autre termes, il va falloir trouver d’autres arguments que ceux jusqu’à présents employés pour confier la mission en question à un opérateur local pressenti ou légitime au demeurant.

Là aussi il faut voir au-delà de notre vision ethnocentrée de l’europe et il ne fait aucun doute que le passage de la mission de service public à la fourniture de services d’intérêt général économique peut conduire à l’agenciarisation de la culture comme c’est déjà le cas ailleurs et à la marginalisation des missions culturelles et artistiques qui ne revêtiraient pas un caractère économique suffisant.

Dans tous les cas la fin de la concurrence faussée comme vous le dites annonce une mutation forte des acteurs culturels. Certains l’ont anticipé en se professionnalisant, en se préparant à une plus forte mise en concurrence et à la recherche de sources de financements complémentaires, mais il est clair que beaucoup d’entre eux ne s’y sont pas préparés, ce qui sera lourd de conséquences. L’écossytème culturel déjà très fragile l’est inévitablement encore plus désormais.

Y a-t-il une chance, à votre avis, de « renégocier » (le terme est à la mode) la place de la culture dans le paquet réglementaire européen sur les services ?

Je voudrais bien y croire, notamment au regard de l’alternance politique qu’une majorité de citoyens a choisie en France et des possibles autres alternatives qui se profilent peut-être.

Mais l’Europe ne se fait pas en solitaire, c’est un projet collectif. Il va falloir accepter ce jeu collectif et les compromis qui vont avec. Si ce collectif existe à court terme et s’inscrit dans la durée, alors oui, on pourrait légitimement croire qu’on va pouvoir « renégocier » mais j’aurais plutôt tendance à croire qu’on devrait d’abord essayer de remettre de la régulation et il faut espérer que la culture (que ce soit en tant que secteur économique et professionnel tout comme en tant que projet de société et comme élément constitutif de la dignité humaine) participe de ce mouvement d’amélioration de la régulation.

De ce point de vue d’ailleurs, le chantier des politiques culturelles au sein de l’Europe mérite d’être véritablement posé, car on voit bien la multiplication des instruments nationaux plus ou moins mis à mal selon les Etats membres.

Le premier problème se situe dans la régulation proprement dite car jusqu’à présent l’Europe a institué, plus particulièrement depuis le traité de Lisbonne, une dérégulation qui a conforté le projet européen au niveau d’une vaste zone de commerce et de libre échange sans pour autant en renforcer parallèlement le projet politique. Et puis l’Europe s’est élargie et les équilibres traditionnels se sont progressivement modifiés et on voit bien que la directive « services » est déjà transposée dans ce sens.

Le second problème se situe dans la manière dont la régulation va être renforcée et c’est peut-être là qu’il y a encore des marges de manoeuvre. Si on parvient à faire la démonstration qu’il ne s’agit pas d’une problématique ou d’une spécificité franco-française. La question de mener un lobbying à Bruxelles telle que préconisée dans le rapport du groupe de travail du Sénat n’aura de sens et d’efficacité que si c’est l’ensemble ou une majorité suffisante des Etat membres qui parviennent à identifier au-delà de l’insécurité juridique  les conséquences, les opportunités, les menaces, les solutions et les alternatives existantes. De ce concensus, et pas du plus petit dénominateur commun espérons-le en tout cas, pourra être construite la régulation que beaucoup attendent.

Fin de la deuxième partie.

Première partie : ici.

Classé dans:Analyses, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, , , , , ,

De l’influence du droit communautaire sur les financements des services culturels / 1

Nous en avons déjà fait mention plusieurs fois ces derniers jours car le sujet ne fait aucune vague ou presque, en tout cas dans les médias, et il faut absolument en parler car ce quasi silence radio donne la fausse impression qu’on se résigne à laisser nos politiques, certains d’entre eux en tout cas à gauche comme à droite, louvoyer non sans opportunisme et porter sans conviction des visions qui trahissent un aveux d’impuissance criant.

Nous nous serions résignés à subir ce qui nous est présenté par ces mêmes politiques comme inévitable et qui est posé d’emblée comme une guerre de tranchées entre droit communautaire et droit souverain.

Dans tous les secteurs, un des rôles des acteurs des territoires est d’éclairer le politique, de lui confier leur expertise. Les acteurs sont en effet les premiers à pouvoir témoigner de l’impact des actions et des projets qu’ils mènent dans un éco-système où le politique cherche à traduire et porter une volonté, des valeurs, des visions. Cet éco-système est d’ailleurs très largement régi par la répartition des compétences entre Etat et Collectivités territoriales qui doivent s’exercer en étroite collaboration. Les acteurs territoriaux, dont certains reçoivent des financements publics pour mettre en œuvre une part de ces compétences selon des objectifs ciblés, sont au contact du terrain et exercent, appelons en chat un chat, un part de la mission de service public.

Ils contribuent ensemble à animer, valoriser, renforcer et enrichir la qualité du cadre de vie de nos territoires.

Cette gouvernance public-privé, disons-le tout net, ne peut tout réussir ni tout résoudre mais il est clair que l’architecture de notre contrat social repose en grande partie sur cette coopération étroite. Or cette coopération étroite évolue au gré des réformes, s’adapte au fil des grands changements sociétaux mais n’a jamais été bouleversée en profondeur depuis les premières lois de décentralisation.

Or la construction européenne, que certains accusent à tort, par crainte ou par ignorance, de tous les maux, modifie la donne acquise depuis des générations, elle amène à considérer non pas qu’il convient d’uniformiser nos espaces souverains et nos cultures mais de les harmoniser (ce qui est bien plus qu’une nuance), de placer le vivre ensemble souverain dans une dimension communautaire. En d’autres termes, l’Europe en marche est l’Europe qui fixe un minimum de règles communes et de principes partagés. Cela signifie qu’il convient d’instituer ces règles et ces principes, au travers du droit communautaire, capable de s’appliquer à tous pour que chacun puisse participer à construire l’identité européenne à partir de sa propre culture et de ce qu’il en tire pour sa propre culture.

De ce point de vue, transposer une directive européenne en droit souverain appelle nécessairement des adaptations d’une part et des dérogations de l’autre, ceci étant nécessairement l’objet de négociations plus ou moins âpres. C’est le lot quotidien du politique que d’assurer que l’intérêt général puisse prévaloir à chaque instant dans ces transpositions qui sont bien plus que du juridique ou du langage technocrate comme disent les eurosceptiques.

La responsabilité est donc grande, ce qui oblige à ce que le dialogue soit fort entre le niveau local, national et européen.

Dans le domaine culturel, il en va de même à priori, sauf que force est de constater que le système est en panne. Nos politiques et nos institutions ont profité des fonds structurels pendant près de 15 ans pour investir dans la réalisation d’infrastructures, d’équipements et de projets tous aussi essentiels et qu’ambitieux, que les Collectivités et encore moins l’Etat ne pouvaient envisager avec autant de moyens. Or, le tarissement annoncé de ces fonds en France (réorientés vers les Etats membres qui en ont plus besoin que nous, et oui, l’Europe est aussi solidaire de ce point de vue-là !) ne semble pas avoir alerté suffisamment quant à l’après fonds structurels ; nos politiques n’ont pas été suffisamment réorientées faute de coordination, faute de dimension interministérielle pour l’Etat et faute de décloisonnement suffisant pour les Collectivités mais aussi faute de vision et de repères clairs pour construire l’avenir.

Les engagements pris ou hérités ont fait la démonstration d’un flottement, d’une errance politique où ce que l’on caractérisait comme un fossé grandissant vis-à-vis du citoyen le devenait aussi vis-à-vis de l’administration et de la « techno structure ». Distraits par des grands débats politiques qui ne font pas apparaître clairement quels sont les enjeux profonds à l’œuvre, les négociations du Traité de Lisbonne ont été le moment décisif où le projet européen s’est fortement orienté en direction de la dérégulation, ce qui précipita plus encore la prédominance de l’économique sur le politique.

Cette tendance lourde à la dérégulation a bien évidemment orienté la façon de penser le droit communautaire mais également la manière dont il se transpose. Les mécanismes de régulation ayant été progressivement amenuisés, les territoires et plus particulièrement les Collectivités ont été contraintes de s’auto-réguler plus encore qu’auparavant, compte tenu de la défaillance plus ou moins forte des Etats, selon les cas.

C’est un boulevard qui s’est ouvert pour les industries culturelles et l’économie dite « créative », creusant ainsi un peu plus l’écart entre la culture « marchande » et la culture « non marchande », entre le privé et le public.

Les acteurs culturels des territoires ont vu leurs missions et leurs projets non pas renforcés mais regardés de plus près, évalués plus fortement par les Collectivités afin de mieux assurer la mission de service public culturel et de services aux publics, faute d’un Etat ou d’une Europe en ordre de marche. Dans le milieu culturel, l’évaluation a longtemps été une question très complexe, pour ne pas dire tabou. Mais petit à petit, chacun est amené à considérer l’adéquation entre les moyens alloués et les résultats produits, tant au plan quantitatif qu’au plan qualitatif, afin de pouvoir construire les actions futures sur la base de budgets dont on a progressivement vu la reconductibiité remise en question.

De plus en plus, les acteurs culturels doivent respecter des critères de conditionnalité des aides qui les poussent plus encore dans l’incertitude certes, mais surtout qui leur donnent le sentiment que la mission culturelle leur est déléguée sans que le temps et les moyens nécessaires leur soient transférés. Ils doivent trouver de nouvelles ressources et à partir de ce moment-là, ce que certains appellaient « la fin de l’ère du 100% subvention », les acteurs culturels ont dû s’adapter, faire évoluer leur propre méthode de gestion et leur ingénierie pour ne pas mettre à mal leur métier et les missions. Beaucoup n’y sont pas parvenus et beaucoup d’autres n’y parviendront pas non plus.

Si ce mouvement d’adaptation était pourtant prévisible, le mouvement qui a suivi l’était tout autant mais les acteurs culturels ont-ils pour autant pleinement passé le premier cap d’évolution ? Rien n’est moins sûr, car ce qui allait de soi dans l’action culturelle, c’est-à-dire sa vocation, ses finalités et ses fondamentaux, a été éclipsé par ce qui n’allait pas de soi, notamment les critères de conditionnalité des aides de l’échelon municipal à l’échelon européen.

La décennie qui vient de s’écouler est clairement pour le secteur culturel une décennie de transition entre deux modèles, deux modèles hélas extrêmes : du 100% subvention au 0% subvention. C’est là justement que se situe l’enjeu majeur de l’harmonisation européenne : remettre de la régulation pour tracer une voie médiane, plus apaisée et constructive plutôt que de laisser s’installer de la manière la plus violente qui soit le passage d’un extrême à l’autre.

Et c’est bel et bien là que le bas blesse car le droit communautaire a évolué entre temps. Le paquet Monti-Kroes, datant de juillet 2005, a été remplacé par le paquet Almunia, adopté par la Commission européenne le 20 décembre 2011 et applicable en France depuis le 1er février 2012. S’adressant à l’ensemble des pouvoirs publics, nationaux et locaux, il émet un principe général d’interdiction des aides d’État (mais dans le langage européen il faut aussi comprendre des aides des Collectivités), tout en autorisant certaines compensations notamment pour la fourniture de « services d’intérêt économique général » (SIEG). Au-delà d’un certain seuil de subvention, le seuil de minimis, qui devrait prochainement être fixé à 500 000 euros sur trois ans, toute compensation fait l’objet d’une notification et cette notification fait bien évidemment l’objet de conditionnalités.

Ceci est lourd de conséquences pour la culture et plus généralement pour l’écosystème culturel. Des mutations profondes s’annoncent et leur application légale depuis le 1er février 2012 menace l’éco-système culturel.

Si nous allons au bout de la logique désormais en place, le secteur culturel est un secteur économique comme les autres, les acteurs culturels sont des opérateurs économiques comme les autres. Cela signifie clairement que la culture relève du champ concurrentiel et que toute intervention ou subvention publique enfreint les principes fondamentaux d’égalité et de transparence. Exit les politiques publiques de financement de la culture, en tout cas telles que nous les avons connues jusqu’à présent.

Le groupe de travail sur l’influence du droit communautaire sur le financement des services culturels par les collectivités territoriales a rendu ses conclusions au Sénat au début du mois d’avril. Le communiqué de presse qui nous est parvenu avec la synthèse du rapport du président du groupe de travail Monsieur Vincent Eblé témoignent de la complexité et de l’importance du sujet mais est surtout la preuve la plus évidente du retard accumulé pour prendre ces questions à bras le corps vis-à-vis de l’Etat et de l’Europe. Ce qui en devient révoltant c’est que notre pays ayant une longue pratique du cumul des mandats, la plupart de nos élus ont parfaitement conscience des enjeux, des menaces auxquelles il faut s’attaquer et des opportunités qu’il convient de saisir dès maintenant pour trouver des solutions soutenables.

Que dire donc du rapport de Monsieur Vincent Eblé, de sa position pour le moins prudentielle et qui se contente de poser des « pistes à explorer » ? Et bien, il arrive trop tard, beaucoup trop tard tel qu’il est rédigé pour endiguer le processus en cours par quelque régime dérogatoire ou d’exemption que ce soit. Tant que l’on en restera à cette absence de mobilisation politique, on aura beau jeu de brocarder et instrumentaliser la culture tout en lui passant de la pommade sur le dos dans les discours, les cocktails d’inaugurations, les think tank de partis politiques, les réunions publiques ou les meetings électoraux.

Il est désormais vital que politiques, techniciens et acteurs culturels prennent collectivement leurs responsabilités car, comme dit le proverbe chinois, c’est au pied du mur qu’on voit le mieux le mur. Nous y sommes.

Fin de la première partie.

Deuxième partie : ici.

Classé dans:Analyses, Gouvernances, Politiques culturelles, , , , , ,

Maribor, une capitale de la culture prometteuse

La ville slovène de Maribor est capitale européenne de la culture 2012. Malgré quelques problèmes d’infrastructure préalables, il est toutefois encore beaucoup trop tôt pour juger de la réussite ou non du projet, estime le quotidien Delo : « Nous ne pourrons parler des effets que lorsque la génération des adolescents actuels aura atteint l’âge mûr, c’est-à-dire dans une dizaine d’années. Mais seulement si la jeune génération actuelle continue à se rendre aux manifestations culturelles. … L’art soutient la compréhension de la culture, car il peut générer des impulsions fortes voire même choquantes. Celles-ci peuvent avoir des répercussions immédiates et changer fondamentalement nos vies, à condition que nous y soyons préparés. Le succès du projet de capitale européenne de la culture n’apparaîtra que si les jeunes continuent dans quelques années à se rendre au théâtre, dans les musées et aux concerts. Cette année, Maribor offre des programmes dans ce sens – plus qu’il n’en faut. » (Source BpB).

La question particulièrement intéressante sous-jacente est de savoir si ces grandes opérations de capitales européennes de la culture qui régénèrent et dynamisent des territoires entiers avec plus ou moins de succès à partir d’une logique ambitieuse d’offre, régénèrent-elles et dynamisent-elles aussi les pratiques culturelles sur le moyen terme au point de faire évoluer les politiques culturelles territoriales. L’idée d’évaluer cela sur une génération pourrait révéler bien des surprises…

Classé dans:Analyses, Gouvernances, Politiques culturelles, , , , , ,

Vers une « mise à jour » de la politique culturelle néerlandaise 2013-2016 ?

Un total de 119 institutions culturelles ont demandé des subventions du gouvernement pour un montant de près de 395 millions d’euros, soit près de 65 millions d’euros de plus que ce qui avait été provisionné par le gouvernement néerlandais pour les 90 «meilleurs établissements». Cela signifie que 29 de ces institutions ne seront pas admissibles à un financement supplémentaire, puisque le nombre de 90 institutions culturelles a été fixé par le gouvernement pour exécuter des tâches spécifiques qui ne concernaient pas les 29 supplémentaires. Cela signifie également qu’en l’absence de crédits de réserve (ce qu’on nous envie en France, encore faut-il les dégeler pour qu’ils soient appréciés et utiles), l’Etat n’aura qu’une seule alternative : refuser les 29 demandes supplémentaires ou réallouer et réévaluer les montants des aides pour l’ensemble. A moins que les institutions décident de jouer collectif…

Les établissements avaient jusqu’au 1er février pour déposer leur dossier auprès du ministère de l’Éducation, la Culture et de la Science et face à cette augmentation des demandes pour la période 2013-2016, le ministère a demandé au Conseil de la Culture de passer en revue tous les dossiers déposés et de faire des recommandations avant le 22 mai prochain, en espérant pouvoir au moins endiguer le problème d’ici-là.

Classé dans:Analyses, Financement de projet, Gouvernances, Politiques culturelles, , ,

La Slovénie supprime son ministère de la Culture

Le nouveau Premier ministre conservateur slovène, Janez Janša, a supprimé le ministère de la Culture et intégré celle-ci dans un ministère global de l’Education, des Sciences, de la Culture et du Sport. Lors de la présentation de son gouvernement samedi, Janša a justifié cette suppression par l’intention de faire des économies, ce dont doute toutefois l’essayiste Miha Jenko dans le quotidien de centre-gauche Delo : « Reste à savoir ce qui est le plus raisonnable pour le petit pays qu’est la Slovénie, soumise aux règles culturelles et financières mondiales. C’est aux créateurs de la culture eux-mêmes d’en décider. Mais c’est seulement dans les prochaines années que nous saurons qui des partisans ou des opposants à la suppression a raison. En tant qu’auteur qui se penche sur les questions de budget et autres thèmes financiers, je ne peux que constater que la fusion du secteur de la culture avec d’autres domaines n’apportera aucune économie notable. »

Source : BpB

Classé dans:Analyses, Evénements, Gouvernances, Politiques culturelles, , , , ,

Audience stats (year nine)

  • 394,154 page views

Network map today : 3020 experts members and contributors

Rejoignez 3 745 autres abonnés

Themes

Action artistique et culturelle Aménagement du territoire Architecture Art dans la ville Art et espace public Arts sciences et technologies Billets réflexifs Capitales européennes de la culture Coopération culturelle Coopération internationale Creative cities Création contemporaine Création numérique Cultural Engineering Group Culture et développement territorial Culture et innovation Dialogue interculturel Diversité culturelle Démocratisation de la culture Développement culturel Développement des territoires Développement durable Développement soutenable Economie créative Economie de la culture Equipements publics Ethique Europe Evaluation des politiques culturelles Financement de la culture Finances publiques Gouvernance culturelle Industries créatives Industries créatives et design Industries culturelles Ingénierie culturelle Ingénierie de la connaissance Ingénierie touristique Innovation Innovation sociale Interculturel Marché de l'art Marketing culturel Marketing des territoires Musées Musées et nouvelles technologies Mécénat Métropoles créatives Nouveaux médias Nouvelles gouvernances Nouvelles technologies Patrimoine Patrimoine numérique Politique culturelle Politique des territoires Politique européenne Politiques culturelles Politiques de l'innovation Politiques des territoires Politiques européennes Politiques publiques Politiques publiques et PPP Polémiques Prospective RGPP Réforme de l'Etat Réforme des collectivités territoriales Réformes Soft power Soutenabilité Tourisme Tourisme culturel Tourisme culturel et nouvelles technologies UNESCO Urban planning

Member of The Internet Defense League