Cultural Engineering Group

Services & Ressources en ingénierie culturelle

Culture for Cities and Regions

Le projet Culture for Cities and Regions est une initiative de la Commission européenne soutenue par le programme Europe Créative. Lancé en janvier 2015 avec pour objectif de produire 70 cas d’étude, d’organiser 15 visites thématiques et de proposer un accompagnement à 10 villes ou régions, ce projet est en cours jusqu’en septembre 2017.
Culture for Cities and Regions propose notamment, à travers une visite d’étude, de découvrir l’impact social et économique de deux projets culturels majeurs du Pas-de-Calais : le musée Louvre-Lens et l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO du bassin minier du Nord-Pas de Calais.

Classé dans:Non classé, , , , ,

Arts, culture et médias : comment évaluer les politiques publiques ?

DEPS_JECC7_frontA4Le Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture et de la Communication, le cluster de recherche « Industries créatives, culture, sport » de KEDGE Business School et le Laboratoire interdisciplinaire d’évaluation des politiques publiques (LIEPP) de Sciences Po organisaient les Septièmes journées d’économie de la culture et de la communication, à la Bibliothèque nationale de France, site François-Mitterrand, les jeudi 24 et vendredi 25 septembre derniers.

Cette septième édition des Journées d’économie de la culture et de la communication était consacrée à l’évaluation des politiques publiques du domaine des arts, de la culture et des médias. Elle a notamment été l’occasion pour des chercheurs de présenter et de discuter de nouveaux résultats d’évaluation sur l’impact de la tenue de festivals subventionnés, de la loi Hadopi, de politiques éducatives, des aides à la presse ou du droit d’auteur. Les échanges ont également porté sur le bilan des méthodes d’évaluation utilisées aujourd’hui. Un regard rétrospectif sur l’évaluation des politiques publiques et un examen d’expériences locales ont enfin été proposés. Une synthèse de l’édition sera prochainement proposée mais en attendant, vous pouvez revoir les diaporamas présentés lors de ces deux journées ici.

Classé dans:Evénements, Expériences, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, Ressources, , , , ,

Evaluation of Cultural Policies and EU-Funded Programmes as Promoters of Cultural Diversity and Intercultural Dialogue in the Balkans/Southeast Europe

The two-year project entitled Evaluation of Cultural Policies and EU-Funded Programmes as Promoters of Cultural Diversity and Intercultural Dialogue in the Balkans/Southeast Europe (SEE) aimed to evaluate the impact of national and local cultural policies and EU funded programmes in the countries of the Western Balkans in promoting cultural diversity and intercultural dialogue as a part of the EU integration process. The project is implemented in partnership with Österreichische kulturdokumentation, Internationales archiv für kulturanalysen, Vienna, Austria and Udruženje građana Akcija, Sarajevo, Bosnia and Herzegovina.

One can say that some of the Balkan countries have started to recognise that cultural diversity has become a starting point for the development and organisation of cultural relations, influencing and even defining the social positions of different groups and individuals. Intercultural dialogue, on the other hand, acknowledges the communication and the general interaction between different cultures as well as all types of exchanges taking place between them. The different interpretations or intonations do not prevent the basic comprehension of the term ‘interculturalism’ as a set of developed concepts and policies concerning the understanding and managing of cultural diversities. It is therefore necessary to analyse and discuss the dynamic change of cultural identities, not only globally but also in the context of cultural variety and cultural diversities which need to be managed in an overall democratic and modernising context.

The evaluation report tries to evaluate the cultural policies and EU-funded programmes in the countries of the Western Balkans which promote cultural diversity and intercultural dialogue as part of the EU integration process, as well as to give some positive examples from the EU in this regard. In this respect, the goal of the Evaluation Report is to enhance the regional impact of cultural policies and programs on promoting cultural diversity and intercultural dialogue in five countries of the Balkans/SEE (Bosnia and Herzegovina, Croatia, Macedonia, Montenegro and Serbia) and to present EU practices. The results of this research could serve as a resource of practical knowledge and experiences within the cultural sector in the process of re-thinking cultural policies and developing and enhancing the internal capacities of the cultural sector in the field of cultural diversity and intercultural dialogue in the Balkan/SEE countries.

The intention of the project partners was to produce an evaluation report which ultimately would produce recommendations for a more coordinated and EU-oriented policy making approach in the field of culture in the region as well as some recommendations for EU policy makers in the field of culture. The project can be seen as both a process and an output. Definitely, one of the products that came out of this particular project is the final report. The project`s web knowledge portal entitled kulturlogue.org/ explores the possibilities and capacities through which the impact of cultural policies on promoting cultural diversity and intercultural dialogue can be enhanced via a more systematic and comprehensive analysis and sharing of the existing data on cultural policies and programmes. The provided knowledge includes texts, analyses and evaluations on the impact of cultural policies and programmes on diversity and dialogue.

The project is financially supported by the EU Community Programme Culture 2007-2013, the Ministry of Culture of Macedonia, Open Society Foundation – Macedonia, and the Swiss Cultural Program for Western Balkan.

All inquiries should be sent to Lea Linin at lea@multimedia.org.mk

More information can be obtained from Violeta Simjanovska, Executive manager, PAC MULTIMEDIA, DTC MAVROVKA, lamela C 1/1, 1000 Skopje, Macedonia; tel./fax: + 389 23 111 570; www.multimedia.org.mk, kulturlogue.org/

Classé dans:Analyses, Outils, Politiques culturelles, , , , ,

Le poids économique direct de la culture

Etude DEPS

En 2011, les branches culturelles totalisent une production de 85 milliards d’euros et une valeur ajoutée de 40 milliards d’euros. La production culturelle se partage entre une partie marchande (69 milliards d’euros), issue de la vente des biens et services culturels des entreprises, et une partie non marchande (16 milliards d’euros), qui correspond, par convention, aux coûts de production des administrations, établissements publics et associations dans le domaine culturel.

Le poids économique direct de la culture, mesuré comme le rapport entre la valeur ajoutée des branches culturelles et celle relative à l’ensemble des branches, est de 2,2 % en 2011. Il ne prend pas en compte les retombées économiques indirectes ou induites par la culture (tourisme par exemple). Jusqu’en 2003, le poids économique direct en valeur de la culture a augmenté. Il est en recul depuis 2004, ce qui est principalement à relier au repli de l’activité dans certaines industries culturelles (édition, presse, disque).

En 2011, l’audiovisuel (radio, cinéma, télévision, vidéo, disque) concentre un quart de la valeur ajoutée culturelle. Le spectacle vivant et le patrimoine, branches majoritairement non marchandes, concentrent respectivement 18 % et 11 % de la valeur ajoutée. La progression au cours des quinze dernières années de la part en valeur du spectacle vivant est principalement due à l’augmentation des prix dans cette branche. À l’inverse, le livre et la presse ne concentrent plus que 15 % de la valeur ajoutée culturelle en 2011, contre 26 % en 1995. Les autres branches culturelles  (agences de publicité, architecture, arts visuels, enseignement culturel) contribuent dans leur ensemble à un tiers de la valeur ajoutée culturelle.

Yves JAUNEAU, coll. « Culture chiffres », septembre 2013, 12 p.

Classé dans:Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, Ressources, , , ,

How to demonstrate the value of public investment in arts and culture

Photographie : Dan Chung

Photographie : Dan Chung

Supporting our role as an advocate for the value of arts and culture, Arts Council England has refreshed its advocacy toolkit for the sector. The new toolkit contains updated advice and guidance on how to raise awareness and demonstrate the value of public investment in arts and culture. This presentation can be shared and downloaded for use in your own presentations and meetings.

For more information visit www.artscouncil.org.uk/culturematters

Inside you will find: 
• a series key facts and statistics infographics on: investment; economy, employment and audience which can be shared in social media 
• advice on the government agenda and how to make our case effectively to local and national politicians to align with their broader objectives 
• advice on relationship building with MPs and media 
• advice on how organisations can create your own ‘public value’ web pages

To access the toolkit, see the Arts Council of England website or go directly to the publication on the slideshare website.

Source : Arts Council of England.

Classé dans:Expériences, Gouvernances, Ingénieries, Outils, Politiques culturelles, Ressources, , , , ,

Cities driving the development of the creative industries

Despite the digital shift, cities are still at the heart of the European cultural and creative industries. And we now know that they have an important role in generating innovation too, as acknowledged by Innovation Union, and so it’s important understand what policymakers can do to help this process.

Berlin’s creative industries success has been built on a young, diverse population. Big, cheap buildings and a lively scene have helped the cities 24,000 cultural and creative businesses. But there has also been a big role for government. Small businesses are aided by a project helping them win EU regional funds, for example. In other parts of Europe, we see different approaches. The City of Zaragoza has launched its own observatory, to facilitate and guide the design of cultural policies in the city – but also to promote its work internationally. More here. In Westminster in the UK, heart of the UK creative sector, the local government now funds training, international business trips and cabling infrastructure. More here.

Aside from these business support initiatives, there are also flagwaving ones. The UNESCO Creative City award can be as big or as small a badge as the city makes of it. Some make a lot – Dublin had its ‘UNESCO City of Literature’ website up within hours of being awarded it – whereas Edinburgh only got bad press and controversy. European title holders include Ghent, Seville, Glasgow and Bologna, all Creative Cities of Music, Berlin (Design), Lyon (Media Arts), and Bradford (Film). This approach often focuses on encouraging tourism, but cities often try to benefit local businesses by involving them in the process.

Our own year as Capital of Culture has received great reviews and been a popular success but like everyone we want to know what the real impact has been. This has always been an academic preoccupation, but there are signs that policymakers are also getting interested. This summer saw the launch of the European Capitals of Culture: an international framework in research, which aims to help cities evaluate their activities in the spotlight. Most importantly, it should be a comparable framework allowing different approaches to be compared. The framework emerged from the Liverpool Impact’s 08 programme, and has the involvement of Ruhr.2010 so we admit an interest, but believe that it’s a pragmatic and suitable measure. More here. The framework is a broad brush approach, but there is also a lot to learn from the in-depth analysis of specific or unique strands of these programmes. So congratulations to Claire Bullen, who has won the Cultural Policy Research Award, receiving funding for her research project on “European Capitals of Culture and everyday cultural diversity: Comparing social relations and cultural policies in Liverpool and Marseille”. Essentially, she’ll be seeing if it makes the difference that it claims to – and how it affects ordinary people living in the cities.

And while we have one eye on our legacy, there is still a lot to come from Ruhr.2010 and the european centre for creative economy as we help to develop the creative industries in our own cities. Stay tuned for new announcements !

Source : Ecce, European centre for creative economy.

 

Classé dans:Analyses, Expériences, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, , , , , , ,

A propos du PAP 2011

La nuit dernière (0h17 s’il vous plaît), Jean-Michel Lucas et le Doc Kasimir Bisou nous ont fait le plaisir d’une livraison pétillante : une analyse ultra concise du volume « Culture » des Projets Annuels de Performance (PAP), annexe au projet de loi de finances pour 2011. Impossible de rester indifférent à cette nouvelle contribution au débat sur l’avenir de la culture dont les politiques sont plus que jamais en besoin de régénération. Rien de mieux pour démarrer le dimanche en fanfare.

 

 

Bonjour à tous,

puisque dix pages, c’est toujours trop long à lire, le Doc Kasimir Bisou tente la formule twitter améliorée en 78 lignes sur le PAP2011 coté culture :

« Certains d’entre vous se rappellent peut être que dans mes articles sur la LOLF et le PAP de la mission culture, (notamment sur irma.fr) j’avais forcément ironisé sur cet indicateur stupide qui voulait que la BNF soit évaluée par le taux de satisfaction des 1500 passants à qui on demandait s’ils étaient « satisfaits » de la noble institution. L’ironie s’imposait car légitimer 507 000 euros d’argent public par jour par la simple « satisfaction » du premier venu avait un coté « j’m’enfoutiste » qui aurait dû choquer même les rédacteurs les plus obtus des PAP de la LOLF !

(j’en connais encore qui ne savent pas ce qu’est le PAP, projet annuel de performances, qui reste le document nécessaire pour que le ministère de la culture obtienne des crédits du Parlement, ce qui n’est quand même pas négligeable dans une démocratie dont la force vient aussi de son formalisme.)

En lisant le PAP 2011, j’ai constaté que je n’aurai malheureusement plus le plaisir d’ironiser !! Car, enfin, c’est fait : cet indicateur (de la stupidité évaluative) a disparu.

Vous pensez peut être que je tire un peu de fierté de cette disparition aussi définitive que discrète !! Loin de moi cette pensée car  dans le PAP 2011, la situation éthique de la BNF est encore pire que ce que je pouvais imaginer !

En effet, la Bibliothèque Nationale de France a changé de mission publique : elle a disparu de la mission « Patrimoine » ! En tout cas, elle n’est pas revendiquée par l’Etat comme le lieu protecteur du  patrimoine écrit universel pour l’Humanité, dont les vertus émancipatrices mériteraient à la Malraux un apport d’argent public permettant de couvrir un cout  atteignant maintenant 514 000 euros par jour !!). Aucune chance d’imaginer cet argument ! Non, pour ce prix là, il faut être sérieux et faire dans le lourd : la BNF est donc maintenant intégrée à la mission ‘médias livre et industries culturelles » qui n’a qu’une vérité : faire face à la compétition marchande des cultures !

Les premières lignes du PAP 2011 pour cette mission (programme 180) ne mentent pas : la vérité publique n’est plus dans l’œuvre à valeur universelle, elle est dans la concurrence :
« Dans un environnement de plus en plus concurrentiel et marqué par d’importants bouleversements technologiques, les défis auxquels les médias, le livre et les industries culturelles doivent faire face sont nombreux. Le passage au numérique, la modification des modes de consommation, la concurrence internationale accrue et les besoins nouveaux
de l’audiovisuel public sont autant de gageures auxquelles les différents bénéficiaires des crédits de la mission « Médias, livre et industries culturelles » auront à répondre dans les trois prochaines années. »

page 8, signé François Fillon et Frédéric Mitterrand, excusez du peu !

Je le sais déjà : les lecteurs de Frédéric Martel et de ses amis politiques me diront, eux aussi, que c’est la voie du réalisme : la culture, ses acteurs comme ses objets, doivent rapidement s’affronter à la compétition culturelle imposée par tous les marchands du monde. et quand  on lit ces vérités sur la puissance du marché pour l’avenir de la culture, on se croirait effectivement ( private joke pour les « personnes » habitant la communauté urbaine bordelaise) dans un colloque sur la « Ville Créative » dont même plusieurs villes de gauche sont friandes!

Sans doute, peut-on considérer qu’il est pragmatique de se concentrer sur la vente des services culturels pour qu’ils deviennent  des armes de l’attractivité du territoire, c’est-à-dire rien moins que des munitions de la guerre culturelle de tous contre tous ! C’est une éthique comme une autre, mais est ce bien raisonnable pour les autorités politiques de réduire leur ambition culturelle à cet exercice de vendeurs, agressifs quoique artistiquement rayonnants, de services culturels compétitifs, comme si l’enjeu culturel n’était qu’un enjeu de secteur économique ?

On aurait préféré que les  rédacteurs du PAP  soumettent cette « éthique du rentable » à l’impératif culturel premier pour la responsabilité politique, à savoir la construction du  vivre ensemble de cultures à facettes multiples, nécessairement solidaires les unes des autres en tant que contribuant chacune à la construction de l’Humanité…  Sans se contenter d’inverser la donne en mettant le marché en premier et, à la traine, les valeurs culturelles. On comprendrait mieux si les députés rappelaient que la construction de l’Humanité, avec  l’extraordinaire hétérogénéité des libertés ( Amartya SEN) qui l’enrichit, ne pouvait se réduire à transformer la BNF en concurrent de Google ! Car j’ai  bien lu page 9 du programme 180 :« Le budget de la Bibliothèque Nationale de France sera recentré sur ses missions stratégiques et notamment la mise en place d’une bibliothèque numérique de référence ».

Pour penser le futur  du monde dans ses complexités interculturelles, il  n’y aurait rien eu d’indécent à considérer que l’enjeu culturel national relevait d’abord de la nécessité de revendiquer le « respect de droits culturels » des personnes, comme premier des droits humains, pour mieux élaborer, à chaque échelle de territoire, la part de culture commune qui rend la vie ensemble vivable.

C’est manqué, c’est cruel car cette éviction de l’éthique culturelle humaniste se lit dans un texte où l’exécutif soumet ses intentions politiques aux élus de la nation, donc dans un texte qui devrait faire honneur à la démocratie dans son formalisme salvateur.

A vrai dire, tout ceci n’a pas d’importance car le PAP qui engage la république n’est lu par personne. Trop long et trop copieux et moins rigolo que le « Mainstream » de Martel qui sait, lui, nous distraire en nous donnant même la couleur des triporteurs de Mumbai ( jaune et noir page 237).

Pourtant quand le PAP 2011 se vante de développer une « nouvelle politique de la lecture publique » pour annoncer que l’Etat y consacre 31,5  millions d’euros ( en cherchant bien)  alors que la vérité du texte est de recycler la BNF  en concurrente de Google bis pour une somme totale de 206 millions d’euros, on se dit que le rédacteur s’est un peu perdu dans la hiérarchie des arguments !!

Mais comme on n’a pas le temps de tout lire, me disait récemment un député d’opposition, le PAP ne prend guère de risque à manier la langue de bois. Tant pis pour le débat public, tant pis pour la démocratie, tant pis pour l’éthique de la politique culturelle.

Comme vous ne trouverez pas le PAP  culture sur le site du ministère ( que je n’ose plus appeler)  de la culture, je vous mets en fichier joint le texte des deux missions évoquées. A lire comme le roman d’une démocratie à l’éthique torturée !!!

Quant au genre twitter, ce n’est pas encore pour aujourd’hui, mille excuses,

A la prochaine fois, peut être aux « Métallos » le lundi 11 octobre, avec une rencontre sur « la bataille de l’imaginaire » et un rappel des enjeux de l’éthique de la dignité comme fondement pour reconstruire une politique de la culture en société de liberté.

Bien respectueusement pour ceux qui ont été jusqu’au bout
le doc KB et Jean Michel Lucas

 

Pour prendre connaissance du PAP Culture 2011, vous pouvez télécharger ses deux volumes dans notre Box Ressources.

Classé dans:Analyses, Gouvernances, Politiques culturelles, Ressources, , , , , ,

L’évaluation : entre exigence démocratique et efficacité décisionnelle

Arcadi, organise une rencontre autour de L’évaluation dans le secteur culturel, entre exigence démocratique et efficacité décisionnelle, en partenariat avec la Société française d’évaluation, le 2 avril, au Comptoir général, à Paris. 
Depuis les années 80, et surtout depuis 2006, date de la mise en application de la loi organique aux lois de finances (LOLF), l’évaluation devient une nécessité pour les secteurs bénéficiant de l’intervention publique. Pourtant, elle apparaît, pour les acteurs du secteur culturel, comme une contrainte. Quels sont les freins et les difficultés rencontrés ? Comment intégrer cette démarche ? Et si ce secteur, par définition créatif, s’appropriait ces contraintes pour construire une vision collaborative des objectifs, des processus, et des outils d’évaluation voire associer le citoyen à cette démarche participative ? 
Interviendront, Arnaud de Champris (Société française d’évaluation), Anne-Catherine de Perrot (Evalure), Jean-Michel Lucas (maître de conférences à l’université Rennes 2 Haute-Bretagne) et Pascal Le Brun-Cordier (professeur associé à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne). 
Le Comptoir général est situé 80, quai de Jemmapes, Paris 10ème.
L’inscription doit se faire avant le 30 mars.

Contacts : Franck Michaut, Arcadi, 51, rue du faubourg Saint-Denis, CS 10106, 75468 Paris cedex 10 (01 55 79 00 00 – ressources@arcadi.frwww.arcadi.fr ) ; Société française d’évaluation (www.sfe-asso.fr )

Sources : ministère de la Culture et de la Communication / Arcadi

Classé dans:Evénements, Expériences, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, , , ,

Du diagnostic au projet culturel de territoires

La prochaine rencontre technique organisée par le Club Culture & Patrimoine et le Réseau Action Culturelle aura lieu le 30 mars au Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). Thème : Du diagnostic au projet culturel de territoires.
Au programme : Définition et objectif d’un projet culturel de territoire ; Réalisation du diagnostic culturel de la ville de Courbevoie ; L’offre d’ingénierie culturelle : de l’évaluation à la mise en place de nouveaux dispositifs ; La vie de la communauté ; L’observatoire de la lecture publique du conseil général du Finistère : outil d’évaluation au service du développement de la lecture publique ; La politique de soutien au développement des projets culturels de Loire-Atlantique ; Conception et communication du projet culturel 2009-2014 de la ville de Caen.

Le programme et le bulletin d’inscription, à retourner avant le 26 mars, sont téléchargeables. Contact : Julien Bourak, Club Culture & Patrimoine/Réseau Action Culturelle, 93, avenue de Fontainebleau, 94276 Le Kremlin-Bicêtre cedex (01 45 15 08 53 – j.bourak@idealconnaissances.comwww.clubculturepatrimoine.net)

Source : le Club Culture et Patrimoine.

Classé dans:Evénements, Expériences, Ingénieries, , , ,

Le guide pratique de l’évaluation

L’évaluation est à la mode. Elle joue un rôle important dans de nombreux domaines. Dans certains pays, l’évaluation est devenue un élément de pilotage essentiel de la pratique politique. L’évaluation s’est professionnalisée en Europe vers la fin des années soixante, surtout pour répondre au désir de mesurer les résultats des politiques de l’éducation, du développement, de la santé et sociale afin d’obtenir une preuve de l’effectivité des programmes.

Et dans le domaine culturel ? Est-ce que ce dernier ne connaît pas les difficultés financières, la nécessité de justifier son existence, de remplir certains objectifs, de contrôler son efficience et son impact ? Est-ce que tous ces mots, et ceux de politique culturelle ou d’encouragement à la culture sont, pour lui, vides de sens ? Absolument pas. La réalité prouve qu’aujourd’hui, dans le domaine de la culture, pour la plupart des institutions, l’évaluation est devenue une nécessité.

Pro Helvetia et le Pour-cent culturel Migros ont donc décidé d’éditer, de concert, un guide simple, compétent et axé sur la pratique, qui explique comment lancer, organiser et réaliser une évaluation. Le guide s’adresse, en premier lieu, aux responsables culturels à qui sont confiées la formulation des conditions cadres culturelles et artistiques de leur travail, l’élaboration de stratégies et la réalisation de projets.

Le guide «L’évaluation dans la culture» propose, outre les principes de base, des rapports d’expériences et des exemples tirés du domaine culturel ; il livre de plus des informations concrètes ainsi que les instruments utiles à la mise en œuvre pratique d’une évaluation.

Pour le télécharger, il suffit de cliquer ici ou bien d’aller directement dans notre boîte à documents ressources.

Source : prohelvetia

Classé dans:Analyses, Expériences, Gouvernances, Ingénieries, Outils, Politiques culturelles, Ressources, , , ,

De l’évaluation des politiques culturelles

FNCC

La Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC) a organisé à Avignon des auditions sur l’évaluation des politiques culturelles afin de nourrir les réflexions du groupe de travail qu’elle a réuni sur ce sujet.  La Lettre d’Echanges et Jean-Michel Lucas nous font l’amitié de nous autoriser à diffuser l’intervention de ce dernier publiée dans le n°33 de cette dernière.

JeanMichelLucasJean-Michel Lucas : Je parlerai ici comme militant plutôt que comme universitaire, donc sans prétendre apporter une parole d’ordre scientifique. Je vais seulement tenter d’entrer dans le partage d’une interrogation à partir de la lecture que j’ai faite des comptes rendus du colloque sur l’évaluation organisé par la FNCC l’an passé. Quelques réflexions et observations.

–  La première observation – disons plutôt la première impression générale – que m’a laissée cette lecture est que l’évaluation y a été abordée comme un dispositif opérationnel dont la fonction serait de déterminer des critères objectifs pour distribuer l’argent public, comme si l’évaluation allait donner la solution mécanique permettant d’attribuer plus de subventions à tel projet culturel et moins à l’autre, sans autres formes de débat.

Pour ma part, je crois qu’il faut se détacher de cette approche de l’évaluation. Ce qui commande les décisions d’attribution des aides publiques aux projets culturels, ce sont des rapports de forces complexes et l’évaluation avec ses indicateurs ne peut pas prétendre être un substitut miraculeux à l’influence des multiples raisons qui justifient une augmentation ou une réduction de subvention à un projet singulier. L’évaluation ne doit certainement pas être conçue comme un instrument de mesure qui imposerait sa loi à toutes les autres manières de saisir la réalité d’une activité culturelle particulière.

–  Deuxième observation. Par contre, l’évaluation est une nécessité si elle est bien comprise comme dispositif collectif d’appréciation de la politique publique. L’évaluation, par définition même, renvoie à l’idée d’expliciter quelles sont les valeurs qu’une politique publique prétend mettre en œuvre et qui justifient, par conséquent, la mobilisation de ressources publiques à son profit. Elle est donc au cœur du projet politique, c’est-à-dire au cœur des négociations sur la légitimité de telle ou telle action publique – ce qui est normal au sens où une décision politique doit pouvoir être justifiée. Ainsi, l’évaluation constitue un cadre de légitimation pour une négociation et non un processus dont l’objectivité s’imposerait à tel ou tel projet culturel.

En parlant de négociation, je veux signifier que l’évaluation vit dans le compromis : chaque politique publique affirme sa valeur d’intérêt général, la politique culturelle ne manque pas de solides justifications mais “la défense nationale” ou la “santé publique” non plus… Il faudra bien faire des choix et, pour les éclairer, le dispositif d’évaluation, en tant qu’il rend compte des valeurs et de leurs mises en œuvre, participe de cette négociation et du compromis qui l’accompagne. Donc, l’évaluation est à saisir comme une arme de négociation politique, comme un outil qui doit peser sur les arbitrages. Si les acteurs culturels demeurent craintifs et réticents, ils en paieront le prix car d’autres politiques publiques sauront mieux qu’eux, grâce à leur propre dispositif d’évaluation, nourrir la négociation de justifications fortes sur les valeurs d’intérêt général qu’elles proposent.

Mais, à coup sur, il ne faut surtout pas situer l’enjeu évaluatif au niveau des objets singuliers comme un festival ou une scène nationale !

L’évaluation n’est pas le lieu de la négociation sur tel ou tel projet (qui de toute façon, surtout en terme culturel ou artistique, ne peut pas s’apprécier par quelques indicateurs anonymes) mais un cadre pour trouver une place dans l’ensemble de la négociation publique (et les acteurs de la culture ne se préoccupent pas assez de ce cadre). Pour ce qui est de juger de la qualité, cela vient après ; on rendra compte de l’action par voie de contrôle, d’audit, d’avis de pairs ou d’experts, etc.

Mais l’évaluation, c’est autre chose ; c’est la reconnaissance de la valeur d’intérêt général d’une action publique. Par exemple, l’agenda européen de la culture commence par l’affirmation que “la culture nous fait rêver” et “stimule nos sens”… D’autres disent qu’elle favorise “l’élévation de l’âme”… Mais quelle valeur d’intérêt général peut-on accorder, dans une négociation serrée avec les politiques de l’emploi ou de l’habitat, à de telles affirmations ? Comment parvenir à convaincre les autres politiques que l’on saura apprécier une “âme en élévation” ou un “sens stimulé” que la morale réprouverait par ailleurs ! Entrer dans l’évaluation, c’est d’abord travailler les argumentaires permettant de négocier sa place dans la hiérarchie des valeurs que la société accepte d’intégrer dans la politique publique. Si “faire rêver” est suffisant pour cela, tant mieux, mais à mon sens c’est plutôt, comme “l’élévation de l’âme”, un argumentaire ridicule qui ne résistera pas à la négociation !

C’est donc aux politiques et avec les politiques que s’engage cette négociation sur l’évaluation. Autrement dit, il est trop tôt pour évaluer le singulier, trop tôt pour parler d’indicateurs, de critères. Pour le moment il s’agit juste de négocier une petite place pour la “valeur” de la culture et des activités artistiques dans la grande négociation politique.

Je suis un militant de la grève des indicateurs… L’évaluation se pratique actuellement comme un processus extérieur, qui vous tombe dessus… Et, dans ce cadre, les valeurs mêmes du ministère de la Culture n’apparaissent nulle part. Elles sont évitées par la négociation, à l’exemple de la BNF, qui coûte 540 000 euros par jour et qu’il faut pourtant justifier au nom de l’intérêt public… Pourtant, n’y a-t-il pas du sens à la BNF ? La BNF n’est-elle pas le lieu de valeurs que l’on connaît bien et qui relèvent du choix politique de disposer des “œuvres capitales de l’humanité”, ce qui n’est pas rien comme valeur d’intérêt général… C’est autre chose que de s’intéresser au recollement, au prêt ou à la fréquentation ! Or de cette valeur, pas un mot n’est dit par le ministère. Cette revendication du sens manque. Et il ne reste plus que des indicateurs de “satisfaction” des “clients”, à travers une enquête auprès de 1 500 personnes, avec un questionnaire à quatre cases : très satisfait, moyennement satisfait, satisfait, insatisfait… Comme si l’enjeu était d’être “content” de venir à la BNF !

Il y a un évitement du sens par les politiques – par les collectivités territoriales aussi. On cherche à vendre autre chose que ce pour quoi on est là. Or, il y a des valeurs à défendre, mais nul ne les revendique comme telles.

Je prends un autre exemple : Le soutien à la création artistique est l’un des trois programmes du PAP du ministère de la Culture, au sens de la LOLF, aux côtés des programmes “patrimoine” et “transmission des savoirs et démocratisation de la culture”. On pourrait penser que si la “création artistique” est ainsi soutenue, c’est parce qu’elle a une valeur d’intérêt général. Or, si vous faites l’expérience de la lecture du PAP, soumis aux parlementaires, les finalités d’intérêt général n’apparaissent jamais. Et la conséquence de cette absence est simplement que les seuls indicateurs d’évaluation du PAP ne portent que sur du quantitatif (nombre de places, prix des places, taux de fréquentation, etc.). Le sens de la politique publique de création artistique est oublié ! Il n’a pas été objet de la négociation ! Même les acteurs la mettent de coté, puisque cette question n’est pas apparue dans les propos des Entretiens de Valois. Les finalités n’ont pas été défendues, comme si elles étaient si évidentes qu’il aurait été incongru de les négocier ! Il n’y a pas eu ce compromis nécessaire que j’évoquais sur la reconnaissance des valeurs.

Nous ne pouvons donc pas encore être dans le temps de l’opératoire en matière d’évaluation puisque les acteurs, “leur” ministère, “leurs” élus refusent – évitent plutôt – de prendre en charge la première étape : l’explicitation puis la négociation des valeurs d’intérêt général justifiant des ressources publiques pour l’art et la culture.

C’est pourquoi je préconise la grève des “observatoires de la culture” dont on nous dit qu’ils apporteraient des éléments objectifs à la décision culturelle publique. En effet, nul ne peut obtenir des chiffres “incontestables” sur une “réalité culturelle” alors que la définition du sens n’est pas explicitée, ni reconnue par les acteurs et les décideurs. Où est le protocole négocié permettant de donner une valeur à la notion de “public” ? Nulle part. Je tiens à le redire : en matière de politique culturelle, il n’y a pas de protocole négocié du sens. Quelle est, par exemple, la définition du “champ culturel” pour les observatoires ? Eurostat [l’Office de statistique de l’Union européenne] donne la réponse suivante : « Ce que l’on estime habituellement comme faisant partie de ce champ. » Où est le sens dans une telle définition ? Il se réduit aux habitudes d’un corps d’acteurs (qui n’est même pas constitué). Belle façon d’entrer en négociation avec d’autres politiques publiques que de ne pas savoir se nommer soi-même.

Autre chose. L’évaluation des politiques publiques s’ancre dans une profession. Ce n’est pas une simple activité qui pourrait se dérouler après toutes les autres, par le simple usage du mot ! (Vous savez mieux que moi que cela est fréquent dans les conventions : article final “le projet sera évalué lors d’une rencontre annuelle entre la collectivité et le porteur de projet”.)

Il existe un regroupement professionnel, la SFE, qui a défini des principes, sous forme d’une charte de l’évaluation et qui explicite parfaitement la complexité des méthodes, processus, et interprétations de l’évaluation. On ne peut pas faire comme si cette somme d’expériences et de réflexion n’existait pas sous prétexte que l’on s’occupe de “culture”. De ce point de vue, il y a des éléments techniques indépassables, au delà des sentiments de crainte et de soupçon que contient l’évaluation pour le milieu des acteurs culturels.

Considérons, par exemple, quelques règles d’une “bonne” évaluation d’un programme de politique culturelle :

–  Il s’agit d’abord de “politique”, ce qui suppose une “bonne” raison, c’est-à-dire un argument de légitimité (une politique peut être “arbitraire”, mais elle ne peut se revendiquer comme telle : il lui faut au moins un argumentaire de légitimation). La question des finalités, qui donnent valeur à la décision politique, est la première marche de toute évaluation.

–  De plus, l’évaluation d’une politique publique doit se faire dans le langage des autres, dans un langage qui est externe au milieu des acteurs car il s’agit bien de négocier par rapport à d’autres politiques publiques, qui, chacune, affirme son bien fondé. Celui qui ne parle qu’à ses propres troupes entre mal dans la négociation.

–  Le processus d’évaluation lui-même doit être interrogé dans ses propres finalités. L’évaluation peut avoir une valeur “citoyenne”, “gestionnaire”, “décisionnelle”. Le mot d’évaluation utilisé seul ne signifie rien… En tout cas, il ne peut imposer une quelconque objectivité.

–  Ensuite, il faut définir un “référentiel” d’évaluation afin de voir comment on peut s’accorder sur la manière d’appréhender la réalité. Rien de simple ni de mécanique dans cette étape, il s’agit bien de négocier un “référentiel partagé” qui dira quelles sont les “normes” qui traduisent le mieux ou le moins mal les finalités énoncées par la politique publique. Cette question des “bonnes” normes négociées est essentielle : si les finalités sont “l’épanouissement des publics”, “l’accès à la culture”…, “l’élévation de l’âme”…, ou les beaux “rêves” de l’Agenda européen de la Culture, quelles normes utiliser ? A ce stade, on ne peut plus dire n’importe quoi : pour évaluer correctement, il faut se mettre d’accord sur la manière dont on peut apprécier ces finalités. A vrai dire, c’est effectivement plus simple de faire l’autruche et de se passer de cette étape ! On se contente alors du “nombre de gens” venus au festival, nombre qui passe implicitement pour une norme d’un “bon” accès à la culture, ou on monte en épingle un témoignage de quelques spectateurs qui ont été bouleversés par le spectacle, parole qui passe pour une norme de l’élévation de l’âme ou de l’épanouissement des publics ! Je caricature à peine… Je voudrais seulement dire que, pour que l’évaluation puisse favoriser la négociation, il vous revient en tant qu’élus, avec les acteurs, de passer du temps pour déterminer les normes pertinentes de ce référentiel d’évaluation des politiques culturelles.

–  Pour cela – c’est moins difficile (même si là, on ne peut laisser œuvrer les seuls professionnels) –, il faut prendre en charge explicitement la question des questionnements : S’engager sérieusement dans une évaluation, c’est identifier la liste des questions qui se posent pour négocier la politique publique dans de bonnes conditions. Evaluer ce n’est pas nommer des indicateurs qui sont en quelque sorte des réponses fournies avant que l’on ait pris le temps de poser les questions ! De ce point de vue, avec qui, dans la rédaction du PAP, le ministère de la culture a-t-il pris le temps de poser les questions ? Avec personne d’autres que l’administration elle-même ; c’est dire que le PAP est un gros loupé évaluatif !

–  Après le référentiel et le questionnement, il faut se préoccuper du “registre” de l’évaluation : recherche-t-on “l’efficacité”, la “pertinence”, la “cohérence”, “l’efficience”, “l’effectivité” ? Que doit comprendre sous le terme “performance” ? S’il faut évaluer de tous ces points de vue, autant dire que l’on passera plus de temps à évaluer qu’à faire. Il faut donc opérer des choix de registres, ce qui est aussi une question politique.

–  Sans compter que pour évaluer, il faut d’abord faire un état des lieux, établir un “diagnostic”» : personne ne peut faire un diagnostic d’une politique publique sans solliciter les différents acteurs de cette politique et, dans cette démarche de “diagnostic partagé”, il est indispensable d’avoir recours à des professionnels, qui savent mettre en place des dispositifs adaptés, comme on a besoin d’ingénieurs pour faire des ponts, pas seulement de la bonne volonté de ceux qui vont les utiliser !

–  Ajoutons qu’une évaluation doit nécessairement être pilotée. Il faudra une “instance d’évaluation”, avec un statut et un mandat clairement définis. C’est cette instance qui établira les indicateurs – les indicateurs sont donc, en fin de compte, la dernière roue de ce carrosse évaluatif !

–  Après cela, l’évaluation doit être restituée à un moment donné, dans des conditions de négociations politiques à déterminer. Pour que l’évaluation ne soit pas un alibi, il faut produire un engagement précis de restitution publique.

Bref, la question essentielle est la suivante : on ne peut pas prendre au sérieux des dispositifs d’évaluation qui ne s’engagent pas dans cette voie de la transparence, de la discussion publique, de l’accord de compromis sur les valeurs partagées et l’appréciation tout aussi partagée de la réalité qu’elles recouvrent. Donc, dans la voie de la co-construction. Les vrais enjeux de l’évaluation des politiques publiques supposent ainsi des discussions ouvertes avec les acteurs et les citoyens au niveau tant local, que national ou européen. C’est un chantier pour faire partager du sens et non un listing de chiffres sans aucun sens.

Mais encore faut-il commencer par le commencement, à savoir que les valeurs à évaluer puissent faire l’objet d’un accord. Ce n’est par exemple pas le cas pour la valeur “grandes œuvres de l’Humanité”, ou la valeur “création artistique”, comme je l’ai rappelé dans l’article joint. Il y a donc un travail important à faire par les acteurs eux mêmes pour qu’ils précisent comment se construisent les valeurs qu’ils défendent. Or, dans les Entretiens de Valois, cette dimension est totalement absente.

L’évaluation, c’est de fait la question des valeurs sur lesquelles s’adosse un politique culturelle. Pourtant c’est tout simple – et j’ai même du mal à comprendre que vous cherchiez une réponse… votre légitimité incontestable en tant qu’élus est simplement de faire une politique culturelle qui fasse “culture commune”, à toutes les échelles de territoire. Cette culture commune ne peut pas être le catalogue des œuvres universelles (y mettra-t-on un jour Johnny Holiday et qui le fera ?), car aucun d’entre vous ne peut considérer qu’il possède les clés pour désigner ces œuvres universelles qui feraient donc culture commune à l’échelle de l’Humanité. Avec cette finalité, on nage dans l’arbitraire malgré tous les coups de gueule des intellectuels.

A mon sens, la seule valeur universelle qui a pour finalité la culture commune, donc qui légitime une politique publique de la culture, c’est la confrontation permanente des valeurs – c’est votre travail d’élus. C’est cette voie d’action publique qui peut favoriser le vivre-ensemble, c’est-à-dire au fond le glissement de “l’individu” (tourné vers lui-même) à la “personne” (ayant assimilé la reconnaissance des autres). La politique culturelle commencerait alors son parcours de légitimité en affirmant le principe de la “dignité” de la personne humaine, c’est-à-dire la valeur d’intérêt général de l’idée du respect, pour soi et pour les autres, comme perspective d’émancipation. Et là, l’évaluation est envisageable : la politique culturelle partirait alors des droits culturels et non pas des œuvres.

Pour reprendre autrement cette question, en référence à la terminologie de Jacques Rancière, on pourrait dire que le travail culturel du politique est celui de « l’émancipation » : comment la personne va-t-elle pouvoir exister comme telle en déplaçant son espace de possibilités et acquérir son émancipation à travers un parcours d’interactions culturelles, fait de confrontations, de tensions, de litiges.

Vous, à la FNCC, vous êtes, à mon sens, encore dans une approche du type de celle de Catherine Trautmann – celle de la Charte des missions de service public du spectacle vivant – laquelle part du principe que la finalité des moyens publics donnés à la culture est de modifier, par tous les moyens possibles, le comportement de la grande majorité de la population qui ne fréquente pas volontairement les œuvres d’art. C’est donc le contraire de la démocratie : postuler l’indignité culturelle (« l’invisibilité », dirait Axel Honneth) de la majorité de la population ! Cela ne peut pas fonctionner bien longtemps !

Comme le point de départ consiste à construire un cadre de compromis, on ne pourra y faire entrer facilement l’idée du “désordre”. Il est à mon avis beaucoup plus simple, en partant de l’idée d’évaluation, d’en revenir à l’article 1 de la Déclaration des droits de l’homme, lequel postule que les hommes sont libres et égaux en droits et en dignité. Pour moi, la dignité est au fondement de l’intérêt général. Et je ne peux réclamer ma dignité si je ne respecte pas celle des autres. Sur cette approche, on peut aussi citer Axel Honneth (La Lutte pour la reconnaissance, La Société du mépris) qui diagnostique dans le mépris l’absence de reconnaissance… La tâche du politique est d’organiser la confrontation des valeurs et des différences, de les mettre en situation d’interagir entre elles. Pour cela, il faut un imaginaire commun à chaque territoire, qui puisse se confronter à d’autres. C’est là, précisément, qu’on a besoin des artistes, pour faire circuler les imaginaires, c’est-à-dire faire glisser les barrières, sortir des conformismes et des stéréotypes. Déplacer en somme. De ce point de vue, la notion d’émancipation, plus politique, est mieux appropriée que celle de désordre. Et l’évaluation commence là : c’est la valeur d’émancipation que les acteurs culturels devraient défendre comme étant d’intérêt général.

Finalement, l’émancipation conduit aux “droits culturels”. L’universalité des politiques culturelles, c’est leur capacité d’organiser la confrontation permanente du sens. C’est formidable ! Sinon, c’est le marché, qui lui aussi ne manque pas de qualités et d’attention aux individus (qu’il appelle “consommateur ayant des besoins à satisfaire”). S’il ne devait y avoir qu’un enjeu, encore une fois, ce serait de garantir que les personnes pour préserver leur dignité ne sont pas condamnées à être seulement des consommateurs (donc solvables) du marché.

Et, à mon sens, s’il faut un colloque sur les valeurs et l’évaluation, c’est sur le thème de la dignité qu’il faut l’organiser. Mon référentiel est ici le rapport Bouchard-Taylor, au Québec : il importe de croire en la participation des différentes cultures, d’accepter l’arrivée de cultures nouvelles et de tenter d’en organiser la vie interactive. S’il n’y a pas cette exigence démocratique de la confrontation des cultures, il y a un fort risque que la culture ne fasse pas société, mais seulement segments identitaires. Il y a un enjeu décisif, un enjeu de démocratie, qui consiste à permettre de sortir de l’invisibilité des autres cultures. C’est encore la question de la “reconnaissance” des personnes qui est soulevée ici, comme valeur centrale de la démocratie. Voilà le véritable contenu de la question de l’évaluation.

Dans les négociations, il ne faut pas chasser le lien social ou l’attractivité économique des activités culturelles; L’utilité des actions culturelles fait partie du compromis à obtenir, mais en contrepartie de cette utilité, il faut faire reconnaître que la valeur de l’action culturelle a une autre dimension spécifique, autour de cette valeur de la dignité culturelle des personnes. Le projet culturel s’annule s’il est seulement utile aux autres politiques publiques.

Il faut donc aller vers une loi de cadrage qui imposerait la prise en compte des droits culturels et la confrontation des valeurs dans l’élaboration des politiques publiques de la culture, élargissant ainsi la démarche volontariste mais réduite aux militants de l’Agenda 21 de la culture.

Compte-rendu rédigé par Vincent Rouillon. Texte paru dans la Lettre d’Echanges (n°33 – mi septembre 2009), revue électronique de la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture.

Classé dans:Analyses, Ingénieries, Politiques culturelles, , ,

La production d’indicateurs : source de sens pour les politiques culturelles territoriales ?

JeanMichelLucasUn de nos membres fut récemment surpris par une question posée lors d’une présentation dans une commune de la Seine Saint-Denis. « Pensez-vous qu’il soit éthique et moral d’évaluer une politique culturelle ? » lui a-t-on demandé. La présente communication de Jean-Michel Lucas vient porter un éclairage tout particulier sur cette question qui ne laissera personne indifférent. En effet, il nous fait à nouveau l’amitié de nous autoriser à diffuser une de ses récentes contributions. Cette fois-ci, il s’agit du texte de son intervention du 24 septembre dernier lors de la table ronde « La production d’indicateurs : source de sens pour les politiques culturelles territoriales ? » où CEG était présent et qui s’est tenue à Annecy dans le cadre du colloque organisé par l’Observatoire des Politiques Culturelles sur le thème « Quelle évaluation dans les politiques culturelles ? ».

Les indicateurs sont  évidemment « sources » de sens pour les politiques culturelles, mais à bien y regarder,  il n’est pas certain que ce soit de « bonnes » sources. Je suis maintenant convaincu que le point d’interrogation devrait être encore plus gros qu’il ne l’est car les indicateurs des politiques culturelles (territoriales ou pas) produisent un sens « contraire » à ce qu’exigerait une approche sérieuse de l’évaluation. Autrement dit, s’il y a interrogation, c’est, à mon avis, parce que les indicateurs culturels jouent à faux avec les nécessités de l’évaluation. Ils sont le plus souvent la manifestation de stratégies  « d’évitement » de la part des acteurs de la politique culturelle. Pour illustrer ce propos, je partirais d’un exemple sanctuarisé par le journal Le Monde, donc connu de tous : la fréquentation comme indicateur de la bonne santé de la culture. L’article du 11 janvier 2009  nous dit que  » la culture ne connaît  pas la crise ».  Je cite pour pointer l’ambiance  : « A tous les rendez-vous : les salles de cinéma ou de théâtre sont pleines, des concerts refusent du monde, les festivals ne désemplissent pas, des musées affichent des chiffres record. L’année 2008 est excellente, voire exceptionnelle, avec une fréquentation à la hausse dans la plupart des secteurs. …  les chiffres sont là. « 

Que retenir de cet exemple ? Non pas les chiffres, plutôt l’évidence : si les indicateurs chiffrés ont un sens pour le rédacteur et le lecteur de l’article, c’est parce qu’ils disent ce qui est. Leur fonction est d’apporter de la connaissance à la société, de donner une réponse aux questions qu’on se pose : « la culture se porte bien malgré la crise »,  tel est le vrai. Pris ainsi, les indicateurs sont fils de la Vérité.  On pourrait dire que le bon indicateur doit être « probant » et que le meilleur d’entre eux devra avoir pour qualité d’être « indiscutable », pour que les acteurs puissent de débarrasser de la question pour mieux revenir à l’action. Et je crois que l’article de Luca di Pozzolo confirme mieux que je ne saurais le faire la demande pragmatique de savoir, ignorante de la complexité du réel [1]. Disons que la vocation de l’indicateur est de faire trancher les litiges par le « fait » ou  si l’on préfère de « clore » le débat sur le sens de la vie culturelle et artistique.

On retrouve cette fonction de l’indicateur culturel à tous les coins de rue. Même des spécialistes de l’évaluation lui donnent ce sens. Ainsi une grande ville de l’ouest présente sa politique d’évaluation de la politique culturelle en énonçant le principe suivant : « il s’agit de mettre en place des indicateurs d’évaluation des structures recevant des fonds publics, afin de vérifier si les objectifs fixés par les élus sont atteints ». L’indicateur « vérifie », comme l’huissier, la réalité des faits. L’indicateur « fait preuve » tel est son sens pour la politique culturelle [2].

Bien que cette approche du sens de l’indicateur comme réponse clôturant le débat soit fort consensuelle dans le milieu des acteurs de la politique culturelle, il faut redire qu’elle n’est pas compatible avec une politique d’évaluation méritant ce nom. Le point d’interrogation s’impose. Pour ma part, je comprends le doute ainsi : l’évaluation des politiques publiques est un exercice complexe  car elle concerne la capacité de la démocratie à évaluer l’action publique c’est dire, par définition, à porter des jugements de valeur sur la « bonne » politique à conduire. Si elle ne veut pas devenir un audit ou un contrôle, l’évaluation doit être une  mise en discussion de ces valeurs et l’indicateur n’a de sens que s’il permet de nourrir ces débats de valeurs, de les interroger, de les argumenter pour alimenter les arbitrages et construire les compromis : « nos valeurs sont-elles les  bonnes ?  » « Peut-on  faire « mieux ? » On peut illustrer cette nécessité, souvent mise de coté, à partir d’un indicateur aussi basique que la fréquentation : 702 905 visiteurs  à l’exposition « Kandinsky » au Centre Pompidou, « troisième position des rétrospectives les plus courues depuis l’ouverture de Beaubourg en 1977 ». Ce chiffre traduit-il la réussite de la démocratisation de la culture ou à l’inverse l’adaptation de l’offre culturelle publique aux demandes des « consommateurs » de Kandinsky ? Laquelle de ces valeurs se cache derrière l’indicateur de fréquentation ? Faute de mise en débat du sens de cette politique culturelle, l’indicateur de fréquentation n’est qu’un leurre évaluatif, (d’autant qu’il ne dit rien des contextes sociaux,  économiques, historiques qui ont pu peser sur les comportements des fréquentants).

Pour être sérieusement menée, l’évaluation ne peut pas se contenter des chiffres de ses indicateurs en énonçant une vague relation entre indicateurs et valeurs. Il lui faut prendre le temps de définir le référentiel d’évaluation, le registre d’évaluation, l’instance d’évaluation et de faire partager aux protagonistes de la politique publique un minimum de confiance dans le choix des critères, normes et indicateurs de cette politique publique. Temps délicat de confrontations des regards sur le monde, d’autant que les autres politiques publiques ont, elles aussi, des chiffres à offrir au débat public et ne manquent jamais d’arguments de sens. L’évaluation ne peut donc pas s’endormir sur « ses » réalités, plutôt « ses » convictions ; elle doit toujours être sur la brèche, en négociation permanente sur la manière de construire la société « bonne ».  Evaluer est donc une « lutte de valorisation », disons plus pacifiquement, une confrontation de sens et de valeurs avec les autres. Si l’on suit cette conclusion, ce n’est pas la production d’indicateurs qui sera source de sens de la politique culturelle territoriale, ce sera le compromis obtenu sur les valeurs d’intérêt général accordées par les autres politiques publiques aux activités artistiques et culturelles.

Cela revient à dire que l’évaluation n’est pas une affaire technique réservée à des spécialistes du remplissage de tableaux Excel ; elle n’apparaît pas à la fin de l’action pour la vérifier ; elle est au cœur du projet politique, c’est à dire au cœur des négociations, dès le stade du débat sur la légitimité de telle ou telle action publique. On doit insister encore en rappelant que l’évaluation est une nécessité car, sans elle, une politique publique se trouve vite dépassée par d’autres politiques publiques plus soucieuses de faire partager leurs finalités à la démocratie. L’évaluation est donc un temps d’ouverture, un temps de risque pour convaincre du bien fondé des valeurs, des finalités, des objectifs, des programmes d’actions, face à d’autre valeurs, d’autres finalités, d’autres programmes d’actions. C’est un cadre de négociations, non un catalogue de certitudes dogmatiques sur les bienfaits de la politique culturelle.

Malheureusement, on est bien contraint de constater que la politique culturelle ne s’engage que rarement dans cette voie évaluative.

Pour évidentes qu’elles soient, toutes ces observations paraissent souvent abstraites aux acteurs de la politique culturelle et je voudrais les confronter à une situation pratique. Je ne redonne pas l’exemple de l’Etat à travers le PAP qui permet de bien observer la stratégie d’évitement du ministère de la culture [3]. Je prendrais plutôt ici l’exemple d’une municipalité qui s’est engagée dans un dispositif qui n’a d’évaluation que le nom. L’exemple choisi est très banal et sans doute représentatif de bien d’autres collectivités. Dans le document présentant le travail du service d’évaluation, la ville en question annonce les valeurs de sa politique culturelle à travers les trois objectifs suivants :

  • garantir le pluralisme artistique et culturel,
  • favoriser l’accès de tous à la  culture,
  • participer au rayonnement de la ville.

Sur cette base politique, chaque structure culturelle subventionnée dispose d’une « fiche d’évaluation » qui donne la liste des indicateurs servant à vérifier si les objectifs sont atteints. Le référentiel de l’évaluation demande de chiffrer « l’offre proposée par la structure », « la fréquentation /public, » la « médiation réalisée », « l’impact », « le rayonnement », « les  moyens ».

Regardons, pour les structures de musiques actuelles,  la liste des « indicateurs » correspondant au référentiel « offre » : il est demandé de donner le nombre de concerts organisés. Ensuite, il faut préciser les concerts qui relèvent de la catégorie « pop/rock » ou  » hip hop », « reggae », « musiques électroniques », « musiques du monde », « chanson », « jazz », « comédies musicales ». Avant d’interroger la pertinence d’une telle liste, précisons que sous l’item rock, la structure doit indiquer si les spectacles étaient « rock », « pop », « punk », « folk », « metal et hardcore », « post rock », et dans la catégorie « musiques électroniques », il faut différencier  » echnohouse » de « hard teck », de « jungle drum and bases », »ambiant électronica » qui n’a pas le même sens que « indus », « dub », « ragga », « dancehall », « turn tablism ». Par contre pour la chanson, il n’y a pas de sous catégories ayant sens, et pour le jazz, la maison évaluative ne connaît comme indicateurs que les trois sous catégories « blues » (mais pas « blues rural », ni « blues urbain » de Chicago ou du Delta !!), « funk/soul » et « musiques improvisées » (comme s’il y avait quelque part du jazz qui ne relèverait pas de la musique improvisée !!)

J’ai pris le soin de donner ces précisions car l’accumulation de ces indicateurs de réalité fait comprendre l’absurdité du dispositif d’évaluation. Quelle est la pertinence  de ces indicateurs au regard de la politique publique ? Elle est nulle puisque ces indicateurs ne sont associés à aucune valeur d’intérêt général. Le fait qu’il y ait un concert de « funk » ou un concert de « dub » ne porte aucun enjeu politique, sauf si la police avait détecté que ce genre de spectacles s’accompagnait de conduites à risque pour la jeunesse ou que le syndicat d’initiative avait observé que de nombreux touristes venaient assister à ces concerts. Pour que ces indicateurs aient du sens, il aurait fallu que l’instance d’évaluation leur en donne un, explicitement, et que les acteurs eux mêmes partagent ce sens. Mais nulle trace dans le service d’évaluation de cette assignation d’une valeur d’intérêt général à ces catégories musicales.

En pratique, les réalités désignées sont nommées par les musiciens eux mêmes. Ils peuvent modifier les noms comme ils l’entendent et c’est d’ailleurs ce qu’ils ont fait depuis des années sans que la politique publique ait eu quoi que ce soit à dire. Ainsi, l’indicateur du nombre de spectacles  « rock », « pop », « pip » ou « pap », dit seulement comment les acteurs du spectacle veulent se présenter. Ceci ressort de leur sphère privée, c’est à dire de leur liberté d’expression, de leur droit culturel élémentaire. Ce que désigne l’indicateur, ce sont des personnes qui donnent sens et valeurs culturels aux musiques qu’ils pratiquent. Or, ces personnes n’apparaissent nulle part dans le dispositif d’évaluation. Elles sont les « invisibles » du service chargé de l’évaluation qui se contente de les « réifier » en les désignant à travers des catégories si arbitrairement déterminées de spectacles !

On peut aller jusqu’à affirmer que l’évaluation de cette politique culturelle va s’empêtrer dans le non sens, pour deux raisons : d’abord, on ne pourra jamais apprécier si l’objectif de garantir le pluralisme artistique et culturel est atteint en regardant les chiffres de cette liste. L’information demandée est sans intérêt pour l’objectif de politique culturelle annoncé. Comment oser dire qu’il y a « plus » de pluralisme parce que les bretons auront dix concerts de leur musique et les jazzeux vingt, les électro trente…. Et si les résultats sont inversés : dix pour les électro, trente  pour les  jazzeux, vingt pour les bretons , le pluralisme est-il « mieux » atteint ? Et si le breton est aussi un amateur d’électro et de jazz, et que son identité culturelle rend artificielle les différences entre ces musiques, la politique du pluralisme artistique a t-elle encore un sens ?

On se demande bien comment le service de l’évaluation va construire l’échelle des valeurs plus grandes ou plus petites du pluralisme artistique ?  Le dispositif donne une liste d’indicateurs mais il fait silence sur le sens qu’il leur attribue. Bel exemple d’évitement. Autrement dit, de manière plus générale, la liste des chiffres ne pourra jamais dire si le pluralisme est satisfait puisqu’aucun protocole négocié et explicite ne précise l’échelle des valeurs associées aux chiffres ; aucun protocole d’évaluation partagé avec les acteurs, et encore moins avec les citoyens, ne définit la relation entre les chiffres et l’objectif de pluralisme artistique. Ce sont donc les services de l’évaluation qui, au doigt mouillé, c’est à dire sans mettre en débat public leur propre échelle qui vont faire parler les chiffres ! Une évaluation de cartomancienne, pourrait-on dire, aussi sympathique qu’arbitraire !

Dommage pour le sérieux de l’évaluation dont la finalité est pourtant de mieux débattre des valeurs d’intérêt  général dans une démocratie qui réclame la transparence.

Le non sens est encore plus présent au niveau du principe même de construction de l’indicateur : il oblige les artistes à s’inscrire dans une catégorie. Au fond, le service de l’évaluation présuppose la valeur de conformité de l’artiste avec l’une des catégories. C’est presque comique de revendiquer le pluralisme artistique et de vouloir traduire cette réalité mouvante et incertaine dans des catégories de genre et sous genre fixées à l’avance. De surcroît, cette conception des indicateurs est porteuse de doutes politiques.

Supposons que des musiciens revendiquent de contrôler « l’authenticité » de telle catégorie et refusent violemment à d’autres musiciens de s’inscrire dans leur catégorie, sous prétexte  de « pureté culturelle » excluant toute « récupération » ? Ce débat sur l’authenticité des cultures a laissé des lourdes traces dans l’histoire de l’Humanité. Il a été tranché par l’Unesco dans la Convention  sur le patrimoine culturel immatériel mais notre service d’évaluation semble l’ignorer. En tout cas, la liste des indicateurs ne porte pas la marque de tels débats.

Le service d’évaluation pourrait éventuellement s’en sortir en disant que les indicateurs ne sont là que pour « informer sur la vie de la structure ». Le service réduirait alors sa mission à la collecte d’informations pour permettre à la ville de mieux communiquer sur ce qui s’y passe ou donner des éléments à l’administration municipale pour contrôler l’application des différents articles des conventions passées avec les structures. Mais, cette position ne peut absolument pas relever de l’évaluation puisqu’elle laisse confidentielle sinon secrète la relation entre la valeur de la politique publique de la culture (le pluralisme artistique) et les informations recueillies. Les indicateurs n’indiquent rien et n’indiqueront jamais rien tant que le service n’aura pas mis en place une véritable instance d’évaluation.

Le plus surprenant dans le dispositif de cette ville est sans doute le traitement de l’objectif de « démocratiser l’accès de tous à la culture ». L’indicateur est le chiffre de fréquentation et la répartition par catégories sociales du public. Le  dispositif ne prévoit aucune autre interrogation. En particulier, il refuse d’apprécier ce que « vaut » l’accès des personnes à la culture. Que le spectateur se soit « ennuyé », « épanoui », « passionné », « émancipé » ou autre, cela n’a aucune importance pour la dépense culturelle publique ! Tous les modes de fréquentation sont  équivalents par rapport à l’enjeu politique et l’évaluation est totalement indifférente à la valeur et au sens que le spectateur accorde à l’offre culturelle subventionnée. Pire encore, si l’on a bien compris, le service revendique cette exclusion du sens et de la valeur culturels donnés par les personnes ! On connaît l’argument : il ne revient pas à l’autorité publique de sonder les âmes et les désirs des spectateurs car la république exige une séparation stricte entre la sphère publique et la sphère privée. Le dispositif postule ainsi qu’il ne peut pas apprécier les effets de sa politique de démocratisation culturelle !

L’exemple de cette ville vaut pour bien d’autres et révèle que l’absence d’indicateurs est aussi lourd de significations : la finalité  » accès de tous à la culture » est un principe qui n’a pas à s’évaluer car sa valeur est au dessus de tout autre considération [4]. La finalité est inévaluable au sens ou aucune donnée ne  pourrait modifier le jugement de valeur qui la légitime. L’énoncé est donc un « dogme » indifférent à l’évaluation. Ainsi, par cet évitement, les acteurs de la politique culturelle pensent préserver leurs acquis et leurs secrets. Mais à l’heure où la question de l’évaluation devient une nécessité politique de survie de l’action publique, cette stratégie défensive est sans doute dangereuse. Une politique d’accès de tous à la culture est inévitablement une politique d’accès à la « bonne « culture et les jugements de valeur qui accompagnent les choix de cette politique culturelle ne peuvent plus reposer sur des dispositifs arbitraires.

Pourtant, la valeur de la culture dans la société démocratique a fait l’objet d’une autre approche qui place au centre de l’action publique la personne dans ses rapports au Vivre ensemble. L’évaluation est alors au point de départ de la politique culturelle puisqu’il s’agit de déterminer collectivement comment la diversité des cultures peut, par les inter-actions entre les identités culturelles, construire ou détruire la marche de la société vers « l’harmonie » et le « progrès ». Le débat politique sur les valeurs culturelles devient est alors permanent et impératif pour légitimer les interventions publiques de toute  nature vis à vis des différentes cultures. C’est dans cette voie que la France s’est engagée en ratifiant les conventions Unesco sur la diversité culturelle (en particulier celle sur le patrimoine culturel immatériel). Mais pour l’heure, le dogme de l’accès de tous à la « bonne » culture continue de l’emporter et avec lui l’évaluation est, au contraire, interdite et ses indicateurs ne sont que des sources taries de sens pour les politiques culturelles, nationales ou territoriales.

Jean Michel Lucas et doc Kasimir Bisou

___

[1] Luca Dal Pozzolo  : »Réseaux, systèmes, milieux : les défis de l’analyse et de l’évaluation ». Osservatorio culturale del Piemonte.

[2] Un bon exemple se lit aussi dans « l’agenda culturel européen » où la preuve de l’importance de la culture est donnée par un chiffre d’emplois (5 millions de personnes travaillent pour le secteur culturel en 2004) et par un indicateur de ventes de marchandises (le secteur culturel a contribué pour environ 2,6 % du PIB de l’Union). Le débat est clos  : les chiffres ne mentent pas et il faut tirer la conséquence en terme de politique publique : les faits montrent l’importance de la culture  et c’est pour cela,  nous dit l’agenda européen, qu‘il convient de favoriser la contribution de la culture à la promotion de la créativité  et de l’innovation ». L’indicateur chiffré devrait ici comme ailleurs imposer sa belle mécanique à la décision, (au point  même que le Syndeac a repris ces chiffres alors que la conception de la culture qui les sous tend  n’a rien à voir avec celle des acteurs  adhérents de ce syndicat !).

[3] Voir sur le site de l’irma les deux textes  : « Politique culturelle et évaluation : la question des finalités » et « Hétérogénéité, complexité et évaluation en politique artistique et culturelle », http://www.irma.asso.fr/Jean-Michel-Lucas

[4] On renvoie ici à  François Dubet dans « Le déclin de l’institution » .

Classé dans:Analyses, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, Ressources, , , ,

Ontario : la soutenabilité des musées

TorontoToronto connaît une nouvelle phase de développement remarquable dans sa dimension culturelle, cela a été assez documenté ces derniers mois. Tous ceux qui y sont allés dernièrement peuvent en témoigner : des projets de construction pour des institutions culturelles désormais achevés et des programmes d’action renouvelés et revitalisés constituent désormais un formidable maillage urbain qui permet à cette métropole stratégique de l’Amérique du Nord de se projeter dans l’avenir sans crainte des eaux troubles et mouvementées que l’économie mondiale traverse actuellement.

Le secteur culturel ultra présent à Toronto a été en effet totalement restructuré et les institutions culturelles sont parvenues à atteindre le cœur de la cité tout en soutennant fortement la voix et les aspirations des artistes, des scientifiques et des éducateurs. A cela s’ajoute le fait que les questions de l’accessibilité et de l’inclusion sociale sont devenues prioritaires ces dernières années et sont aujourd’hui de vrais standards qui renforcent l’image du changement de Toronto et du Canada.

L’ensemble des acteurs leaders du secteur sont devenus les apôtres de ce renouveau et ils sont l’objet de toutes les attentions dans un climat économique qui est devenu plus que menaçant pour la dynamique de communautés et activités qui sont en ce moment sous pression.

Unis, ils ont concentré leur temps, leur énergie et leurs ressources pour faire aboutir les projets, renforçant plus que jamais l’idée que les arts et la culture comptent et sont impactants.

Le gouvernement provincial de l’Ontario a fortement contribué à ce succès en mobilisant notamment un budget supplémentaire de 43 millions de dollars pour 6 institutions culturelles, comme cela a été annoncé il y a quelques semaines. Il convient de noter qu’il n’y a aucune juridiction nord américaine qui ait établi avec autant de clarté que la culture est en moteur de la prospérité et un symbole de son accomplissement.

Ce soutien de la province est un message clair en direction des métropoles du monde, témoignant que la culture peut faire plus qu’apporter sa contribution à la croissance et au développement économique et social. En effet, la plupart des instutions culturelles d’Amérique du Nord s’est engagée dans d’importantes manœuvres et sont en mesure de construire une plus forte durabilité et soutenabilité pour leurs infrastructures et pour leurs projets.

C’est notemment le cas de la Art Gallery of Ontario où la mise en œuvre de ces objectifs à conduit à une transformation dont le succès est sans précédent. La gestion rigoureuse et responsable de l’institution a permis de répondre de manière innovante aux défis d’aujourd’hui. Il s’agit bien d’une situation désormais acquise dans un environnement qui ne ressemble en rien à celui que la plupart des institutions culturelles ont pu expérimenter par le passé et ce, quel que soit le type de politique culturelle qui ait été mis en œuvre dans la grande majorité des pays.

Le bilan de l’Art Gallery of Ontario repose principalement sur un facteur externe et un facteur interne :

  • sur le plan externe, il s’agit de la relation de confiance établie avec le gouvernement provincial et avec les différents partenaires, basée sur le suivi précis d’indicateurs de performance. Le résultat se traduit dans la nature et l’évolution des financements perçus, c’est mathématique mais ce n’est pas le type de tendance que nous connaissons en France, même si les choses sont en train de changer.
  • sur le plan interne, les actions visant à accroître l’accès aux musées (en Amérique du Nord, le savoir-faire a encore de belles années d’avance sur nous) ont non seulement développé de meilleures pratiques (fréquentation, fidélisation, appropriation, diversification) mais ont surtout parachevé une transformation majeure où l’amélioration en profondeur de la programmation, l’investissement ciblé sur les vecteurs de revenus, le développement des recettes dites « annexes », l’implication du personnel dans la recherche d’innovation via la formation, les économies d’énergie et l’optimisation des dépenses des nouvelles opérations jusqu’à la génération des premiers revenus post-inaugurations, permettent à l’institution d’envisager le futur de manière structurée et renforcée.

Cette logique de développement soutenable permet de mettre en œuvre de manière beaucoup plus sécurisée les missions traditionnelles liées à la démocratisation culturelle comme celles qui consistent à approfondir la recherche de l’ouverture des musées aux publics de toute provenance et de toute condition mais aussi des missions plus spécifiques comme mieux soutenir les artistes par l’accompagnement à l’international.

Cette soutenabilité prise aux deux sens du terme crée un capital confiance considérable et a fait émerger une nouvelle capacité de programmer et de construire les audiences d’un musée.

Un autre aspect mérite de s’y attarder un instant. Ce que l’on appelle les « cost killers » à savoir le contrôle et la recherche de la réduction de dépenses en vue d’optimiser le fonctionnement général et son développement, n’ont pas été perçus comme une fatalité mais comme un moyen de financer des nouveaux projets. Cela peut paraître paradoxal mais comme dans le cas de l’Art Gallery of Ontario, l’efficience de l’organisation ayant atteind un certain niveau de maturité, toute économie permet d’abonder le financement de nouveaux projets. C’est une des surprenantes leçons de la crise : subir ou anticiper le rebond pour être au plus haut niveau.

Rien n’est gagné pour autant et tout ceci ne se fait pas sans difficultés mais il faut rappeler que ceci n’est pas le fruit du hasard. Les démarches de soutenabilité que nous venons d’évoquer sont celles qui ont été entreprises depuis plus de vingt ans dans la plupart des grandes institutions culturelles nord américaines et ce sont celles qui permettent à ces musées d’être en adéquation avec les évolutions de la demande, sans avoir nécessairement à singer les politiques qui sont uniquement orientées en fonction de la demande.

Tout ce travail que nous appelons parfois en France « remise en ordre de marche » a démarré plus tardivement pour nos musées, environ dix ans plus tard qu’en Amérique du Nord. Cela s’explique par le fait que l’organisation de notre politique culturelle engendre des cycles plus longs, comme les bibliothèques avec leur cycle de passage aux médiathèques sur une période de près de 30 ans. Celles-ci sont aujourd’hui en capacité d’envisager l’avenir, comme en témoigne le congrès de l’ABF qui s’est tenu le 13 juin dernier.

Les musées eux ont véritablement entrepris leur cycle de mutation au moment de la toute fin de la bulle Internet et ils commencent aujourd’hui à être en situation de créer les conditions nécessaires permettant d’être en phase avec une partie de la demande, en tout cas avec la partie la plus stable de la demande, celle qui est bien identifiée et étudiée depuis de longues années. Mais pour ce qui concerne les segments de la demande les plus évolutifs, le constat global est relativement mitigé et plutôt préocuppant dans la mesure où le musée n’est pas le lieu de l’anticipation des nouvelles pratiques culturelles par essence.

Pour les nouvelles générations par exemple, la culture n’a plus grand chose à voir avec les représentations traditionnelles de la consommation culturelle. Ceci devrait en théorie interpeller directement les politiques et les institutions nationales et locales de la culture. Mais à y regarder de plus près, les inégalités d’accès à l’offre culturelle demeurent très fortes et si, comme l’indiquent fort judicieusement Xavier Greffe et Sylvie Pflieger, nous comparons les premiers travaux de Pierre Bourdieu sur les inégalités face aux bien culturels entrepris au début de l’existence du ministère de la culture avec les travaux évoqués dans leur ouvrage en cherchant à vérifier les mêmes processus mais en se situant du côté de l’offre et non plus seulement de la demande, « on retrouve les mêmes résultats, alors que des décennies de politique culturelle sont passés par là ».

C’est pourquoi, vous recommander de suivre le débat d’Avignon d’aujourd’hui qui a été annoncé comme LE débat à ne pas manquer («Les impasses culturelles de la culture du résultat», une réflexion et un échange autour de l’Appel des Appels avec notamment Roland Gori, initiateur de l’Appel et Valérie de Saint-Do de Cassandre/Horschamp) prend un tout autre sens. Certaines luttes sont-elles encore d’actualité alors que d’autres doivent impérativement avoir lieu pour la soutenabilité des politiques culturelles ? Espérons qu’il en soit autrement et essayons surtout de voir comment les institutions culturelles d’ici et d’ailleurs (notamment les musées) se sont mis ou se mettent en ordre de marche.

Classé dans:Analyses, Expériences, Gouvernances, Ingénieries, Politiques culturelles, , , , , ,

Les retombées du patrimoine / 2

Agence regionaleNous évoquions il y a deux mois la parution d’une étude nationale de première importance sur les retombées économiques et sociales du patrimoine, la voici donc désormais accessible et démontre parfaitement que la valorisation du patrimoine s’inscrit désormais dans une perspective de politique intégrée, d’attractivité et de dynamisation des territoires. La prise de conscience du rôle économique significatif joué par le patrimoine et la nécessité d’en mesurer l’impact se renforcent.

La mesure et la prise en compte de l’impact économique et social du patrimoine représentent un enjeu déterminant pour les différents acteurs qui interviennent dans sa gestion, sa restauration, sa conservation et sa valorisation.
La Direction de l’architecture et du patrimoine (Dapa) du ministère de la Culture et de la Communication a souhaité promouvoir une démarche nationale d’étude de l’impact du patrimoine protégé s’appuyant sur le travail réalisé dans ce domaine par l’Agence régionale du patrimoine Provence-Alpes-Côte d’Azur. Vous pouvez télécharger la synthèse de ces résultats collectés de novembre 2004 à septembre 2005.
L’étude s’appuie sur les Directions régionales des affaires culturelles qui ont transmis à l’Agence les fichiers des gestionnaires du patrimoine correspondant aux critères suivants : monuments protégés, ouverts au public et faisant l’objet d’une billetterie. La production de données régionales, puis nationales, permet la réalisation d’états des lieux fiables, aide à la décision les institutions en charge du patrimoine par la production de repères et d’indicateurs, valorise les projets et actions conduits auprès des différents financeurs, et mobilise différents acteurs locaux dans une démarche partenariale de co-production de données. 
Le site dédié au suivi de cette étude propose plusieurs documents : Éditorial du document synthétique, par Isabelle Maréchal, Dapa, ministère de la Culture et de la Communication ; Avant-propos du document synthétique, Un chantier prometteur, par Philippe Joutard.
Le document synthétique de l’étude nationale est disponible sur demande à l’Agence régionale du patrimoine Paca par courriel (contact@impact-patrimoine.fr ), par téléphone (04 42 67 02 39) ou par courrier adressé à : Agence Régionale du Patrimoine, 17, rue Gaston de Saporta, 13100 Aix-en-Provence.

Source : Ministère de la Culture et de la Communication.

Classé dans:Ressources, , ,

Audience stats (year nine)

  • 392,350 page views

Network map today : 3020 experts members and contributors

Rejoignez 3 681 autres abonnés

Themes

Action artistique et culturelle Aménagement du territoire Architecture Art dans la ville Art et espace public Arts sciences et technologies Billets réflexifs Capitales européennes de la culture Coopération culturelle Coopération internationale Creative cities Création contemporaine Création numérique Cultural Engineering Group Culture et développement territorial Culture et innovation Dialogue interculturel Diversité culturelle Démocratisation de la culture Développement culturel Développement des territoires Développement durable Développement soutenable Economie créative Economie de la culture Equipements publics Ethique Europe Evaluation des politiques culturelles Financement de la culture Finances publiques Gouvernance culturelle Industries créatives Industries créatives et design Industries culturelles Ingénierie culturelle Ingénierie de la connaissance Ingénierie touristique Innovation Innovation sociale Interculturel Marché de l'art Marketing culturel Marketing des territoires Musées Musées et nouvelles technologies Mécénat Métropoles créatives Nouveaux médias Nouvelles gouvernances Nouvelles technologies Patrimoine Patrimoine numérique Politique culturelle Politique des territoires Politique européenne Politiques culturelles Politiques de l'innovation Politiques des territoires Politiques européennes Politiques publiques Politiques publiques et PPP Polémiques Prospective RGPP Réforme de l'Etat Réforme des collectivités territoriales Réformes Soft power Soutenabilité Tourisme Tourisme culturel Tourisme culturel et nouvelles technologies UNESCO Urban planning

Member of The Internet Defense League

%d blogueurs aiment cette page :