Cultural Engineering Group

Services & Ressources en ingénierie culturelle

Make It Up – Festival d’obsolescence (re)programmée

makeitup-banniere-595x204

 

L’obsolescence programmée modèle notre consommation et notre vie quotidienne. Equipements électroniques non réparables et à fin de vie prématurée,  meubles fragiles, prêt-à-porter éphémère, accessoires jetables …

En même temps, la prochaine révolution numérique est en marche : après l’Internet et les smartphones, les objets autour de nous communiqueront avec leur environnent et créeront un réseau, l’Internet des Objets.

Dans ce contexte, est-il possible d’exploiter la manne de produits obsolètes pour créer des objets utiles et communicants de demain ?

Rendez-vous à Make It Up les 8 et 9 décembre pour inventer les solutions ensemble!

Designers, ingénieurs, artisans, artistes numériques et créateurs se réunissent en décembre pour inventer ensemble les objets de demain.

Make It Up est co-organisé par : Nod-A, Weave AIR, MakingSociety, Wiithaa, reaDIYmate, la FING, Cap Digital, Plaine Commune et la Ville de Saint-Ouen. Pour en savoir plus sur l’équipe, consultez la page dédiée.

A ne pas manquer !

Publicités

Classé dans:Evénements, , , , ,

L’année du design n’aura pas été vaine à Helsinki

Helsinki est cette année capitale mondiale du design. Selon un sondage du quotidien Helsingin Sanomat, seulement un cinquième de la population de l’agglomération d’Helsinki a participé à l’une des nombreuses manifestations. Pour le quotidien libéral, cela n’est pas dramatique : « Le principal, cette année, c’est que les citoyens, les décideurs et les chefs d’entreprise aient commencé à réfléchir au design et à la planification. Bien planifier peut permettre de faciliter la vie et la rendre plus agréable. Parallèlement, un design de qualité est lucratif pour les entreprises finlandaises et pour le pays tout entier, et apporte la célébrité. Il est dommage que seul un cinquième de la population de la capitale ait participé à une manifestation de ce type, mais ce n’est pas une catastrophe. L’objectif de cette initiative n’était pas d’amener les citoyens à faire la fête dans les rues. … Nous pourrons observer les résultats de ces événements seulement dans quelques années. Nous pourrons alors constater si le design de qualité a eu des répercussions sur la planification d’usines, d’offres gastronomiques pour les seniors ou sur le paysage urbain. »

Source : BpB

Classé dans:Evénements, , , , , ,

DIGIMAG # 56

DIGICULT is an online/offline Italian platform, created to spread digital art and culture worldwide. It focuses on the impact of new technologies and modern sciences on art, design, culture and contemporary society. DIGICULT is based on participation of more than 40 professionals, representing a wide Italian Network of critics, curators and journalists in the field. DIGICULT is the editor of the magazine DIGIMAG, which focuses on some cultural and artistic issues like internet art, hacktivism, electronica, video art, audiovideo, art & science, design, new media, software art, performing art

« …What is interesting about teaching integrated closely with design practice is that it really starts to break down the roles people typically play. There is not so much a hierarchy anymore, but a real platform for exchange. When we teach, we are actually conducting design research on one of our current agendas. When we practice we are giving the research the much needed ‘application’. By opening this up to students and collaborators the research is much richer and varied. We feel it’s been a notion understood for a while by the progressive practices that one’s students today, are their professional collaborators tomorrow…. perhaps we are bringing this collaborative view in one day sooner! We feel the model of the institution as we have previously come to know it is being challenged by economic and social factors. It used to be that the knowledge was at the institution; a student must go there and pay in order to receive this knowledge. The internet has changed th is entirely. Real, verifiable knowledge is distributed freely all over the web. … »

Luis E. Fraguada & Monika Wittig, from « LAN – Live Architecture Network. The net as a design project » – by Sabina Cuccibar

[ARTICLES]:

– LIVE ARCHITECTURE NETWORK. THE NET AS A DESIGN PROJECT

An interesting and fresh declination of the creative potential of the practices related to parametric design is represented by LaN – Live Architecture Network, (Monika Wittig, Luis E. Fraguada, Shane Salisbury, CarloMaria Ciampoli, Aaron Willette). It is a network made up of young architects, mostly American and from Western European countries, who all met at the IaaC (Institution of advanced architecture of Catalonia).

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1841

by Sabina Cuccibar

– BRANDON LABELLE. WHERE DO SOUNDS COME FROM AND WHERE DO THEY GO?

Where do sounds come from and where do they go? From this fundamental and central question, the different trajectories that make up Acoustic Territories. Sound Culture and Everyday Life, the new book by Brandon LaBelle – artist, theorist and editor, branch out. Through a particularly coherent research, the author has constantly devoted himself to the exploration of sound and audio culture from multiple points of view and different levels, giving birth to a large body of work, tests and projects.

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1843

by Elena Biserna

– THE MEDIA IN THE FUTURE CITY. MEETING ALBERTO ABRUZZESE

Alberto Abruzzese, full professor in Sociology of Cultural and Communicational Processes at IULM University in Milan, where he is also headmaster of the Tourism, Culture and Territory Department and pro-chancellor for International Relations and Technological innovation, of which fields of research are: mass communication, cinema, television and the new media, with a particular focus on the social developments connected to the diffused implementation of media.

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1849

by Marco Mancuso

– LOOP BARCELLONA. TRANSVERSAL VIDEO ART

One of the most interesting events testifying the great current favour of video art is, for sure, the Festival/Fair LOOP of Barcelona. Currently reaching its eight edition (May 2010), it stands out internationally not only due to its clear choice strongly focused on video art, but especially for its atypical features which made it an attractive meeting point for persons with different needs and in search of different propositions.

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1853

by Herman Bashiron Mendolicchio

– BUDDHA MACHINE. THIRD GENERATION SOUND TOY

FM3, the experimental music group whose productions examine the relationship between composition, art, and everyday life, consists of original members Zhang Jian and Christiaan Virant. Prior to releasing the object for which they are best known, the plastic loop-playing device known as the Buddha Machine, which builds on inspiration from the automatic mantra- and prayer-chanting recording devices common in Asian temples, replacing these original loops with the composed elements with which the group has continuously worked.

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1846

by Robin Peckham

– THE SILENCES OF BIOSPHERE. NEO BAROQUE AND AWARE INTIMACY

Geir Jenssen, also known as Biosphere, is one of the most important figures in the field of contemporary electronic composition. Norwegian origins, from Tromsø, a town immersed in icy silence, 500 miles away from the Arctic Circle. Atypical personality, friendly and quiet, he always prefers to communicate through sound, like the sound of his records, of the many installations he designed in the last years, even of the performances.

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1844

by Pasquale Napolitano

– TECHNESEXUAL INTERFACE. EROTIC MIXED REALITY PERFORMANCE

Biometric sensors, made cheaply available by do-it-yourself (DIY) prototyping platforms such as Arduino, allow a shift away from visual interfaces to proprioceptive interfaces, away from the touch of a finger and towards a more internal, embodied form of sensing. One possible effect of this shift is away from the command-control methodology which was a historical basis for cybernetics, and towards a form of modulation and cooperation akin to intersubjectivity

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1847

by Micha Cardenas & Elle Mehrmand

– GMAYBE?: BE FREE, BE PUBLIC! WHAT FUTURE FOR PRIVACY?

You may have recently happened to witness the presentation of a new online service. Two young men wearing a t-shirt with the Gmaybe? logo show the exciting benefits of the new frontier of social networks. All the rhetorical promises related to technology are there: « they tend to fall into four main categories: democracy, freedom, efficiency and progress.

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1845

by Loretta Borrelli

– LANDSCAPE AND INTERACTION. MATTEO PENNESE, THE SOUND WITHIN SPACE

We tried to dig deeper in this interweave of relations between composition, sound landscape, environmental sounds, photosouds and emotional relations of listening with Matteo Pennese, composer and performer focused on developing systems for live-electronic, especially with Max Msp, and most of all on new ways of interacting with the environment through new hardware and software devices, such as Arduino.

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1842

by Simone Broglia

– THE EXPLOSION OF THE ARTS. SINEGLOSSA LIVE PERFORMANCES

Sineglossa is an artistic collective living in the Marche region in Italy, including personalities from different disciplines with the same purposes and the same sensitivity. Created in 2006 by director Federico Bomba, painter Luca Poncetta and performer Barbara Hall, the theatrical debut happened in 2007 with Camera Verde, to which followed in 2008 Pleura e Pneuma.

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1851

by Massimo Schiavoni

– RESISTENCE AND CONSTITUTION. AUDIOVISUAL SETTINGS BY N03!

Paolo Ranieri, a leading light of N03!’s multimedia activity, video director and teacher at the Academy of Fine Arts in Carrara, bears an important surname: his grandfather Paolino Ranieri, who died on the tenth anniversary of the

Audiovisual Museum of Resistance, was one of the organizers of resistance in Lunigiana. The museum was a big desire of Paolino when he was alive, and it was designed and built by Studio Azzurro in collaboration with Paolo Ranieri.

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1840

by Annamaria Monteverdi

– HABEMUS DATA. DIGITAL CULTURE AND FREE INFORMATION

A close step far from the counter-reformation of the “gag law”, stirred by the fear of our politicians who are frightened of losing control on the information flow or of a excessive overexposure of privacy and details, we caught the opportunity to go back on the matter of Open Data. But what has Open data got to do with the “problem” of interceptions and “bugs” of public and private world?

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1848

by Teresa De Feo

– INFORMATIONAL REALISM. QUANTUM BIT IN THE CYBER SPACE

Information theory proposes that there is a fundamental element the bit- a binary variable- that is the basis of all communication. As it turns out, this bit, a discrete indivisible entity, is the essential building block of both computer code and quantum particles. Both the physical and digital reality are composed of the same quantized binary bits of information. Reality, regardless of it’s content, is nothing more than the information it communicates..

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1852

by Jeremy Levine

– HUMAN, WATER AND ENVIRONMENT. BETWEEN MULTIMEDIA AND SUSTAINABILITY

The topic of water in the multimedia, electronic and digital field is huge since the beginning of electronic art and works of art of famous artists such as Bill Viola and Fabrizio Plessi, only to mention a few. Water has been compared to the electron flow and video, exactly for its liquid and mobile nature, is par excellence the mean which is the most linked and compared to this element essence.

http://www.digicult.it/digimag/article.asp?id=1850

by Silvia Scaravaggi

[ATTACHMENT]:

– ADVENTURES IN SONAR LAND – by Giulia Baldi

http://www.digicult.it/digimag_eng/allegato.asp

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

The Digicult Archive: past issues, articles and interviews

http://www.digicult.it/en/Archive/

The Digicult Board:

http://www.digicult.it/digimag_eng/board.asp

The Digicult website:

www.digicult.it/en

The Art-Agency Digimade:

www.digicult.it/agency

Classé dans:Ressources, , , , ,

CALL FOR FUTURE

The ÜBER LEBENSKUNST project, an initiative project of the Federal Cultural Foundation in cooperation with the House of World Cultures, is turning the city of Berlin into a showcase for initiatives that bring together culture and sustainability and experiment with new models for action. They are looking for artistic projects and social initiatives that turn the impossible into a reality.

Whether neighborhood gardens, urban beekeepers, Wiki woods or climate pirates on Berlin’s Spree River: Models that put new forms of ecologically sustainable living to the test can be found everywhere in the world.

With the Call for Future, the ÜBER LEBENSKUNST wants to strengthen the dedication, spirit of innovation and expertise of local initiatives, bring these initiatives together and give them a broader public platform. To achieve this goal, a call for artistic and social initiatives has been put out to apply for project funding. Both conceptual and financial support will be provided (up to a maximum of €20,000 per project) for selected projects through to the final ÜBER LEBENSKUNST Festival to be held in the summer of 2011. Artistic projects are expressly welcomed, social initiatives and ideas from elsewhere that are carried out jointly with local partners both in and for Berlin. The application deadline is May 24, 2010.

The environment you work in is one that inspires groundbreaking new ideas. Which is why it’s important to pass the Call for Future along to your networks and contacts. Call For Future has been translated into 9 languages so that we can reach all of Berlin’s larger communities – Arabic, English, French, Polish, Russian, Serbian/Croatian/Bosnian, Spanish, Turkish and Vietnamese. The application form is available for downloading from www.ueber-lebenskunst.org/call.html.

ÜBER LEBENSKUNST is looking forward to receiving your utopian designs, project ideas and (im)possible suggestions.

Source : Cultura21

La version française de l’annonce est ici.

Classé dans:Evénements, Expériences, Ingénieries, Ressources, , , , ,

Spatial City : An Architecture of Idealism

« Spatial City: An Architecture of Idealism » est la première présentation des collections des Fonds régionaux d’art contemporain (Frac) aux États-Unis. Associant l’ensemble des Frac, cette exposition circulera pendant toute l’année 2010 entre trois villes du Middle West : Milwaukee, Chicago et Détroit.

Elle a été conçue sur un principe de carte blanche confiée à Nicholas Frank, responsable des expositions au sein d’Inova (Institute of Visual Arts) à Milwaukee et commissaire général de Spatial City. Elle réunit un ensemble international et multi-générationnel d’artistes, en faisant la part belle à ceux vivant en France, avec une quarantaine d’oeuvres et une dizaine de programmations vidéos.

Artistes : Lida Abdul, Élisabeth Ballet, Yves Bélorgey, Berdaguer & Péjus, Katinka Bock, Monica Bonvicini, Jeff Carter, Maurizio Cattelan/Philippe Parreno, Jordi Colomer, François Dallegret, herman de vries, Peter Downsbrough, Philippe Durand, Jimmie Durham, Simon Faithfull, Cao Fei, Robert Filliou, Didier Fiuza Faustino, Élise Florenty, Yona Friedman, Dora García, Ben Hall, Séverine Hubard, Stefan Kern, Bertrand Lamarche, Vincent Lamouroux, Mark Leckey, Didier Marcel, François Morellet, Sarah Morris, Juan Muñoz, Stéphanie Nava, Philippe Ramette, Kristina Solomoukha, Tatiana Trouvé, Marie Voignier, Clemens von Wedemeyer, Stephen Wetzel, Raphaël Zarka.

Les trois étapes de Spatial City :

Conception de l’exposition et commissaire général : Nicholas Frank, curateur à Inova, Peck School of the Arts, University of Wisconsin, Milwaukee

Commissaires associés : Allison Peters Quinn, directrice des expositions au Hyde Park Art Center et Luis Croquer, directeur et curateur en chef du MOCAD

Commissaires associés pour les Frac : Eva González-Sancho (Frac Bourgogne) et Yannick Miloux (Frac Limousin)

Coordination générale et développement du projet : Marie-Cécile Burnichon, coordinatrice de Platform

Un catalogue restituant l’exposition et ses trois étapes sera publié en 2010. Édition bilingue anglais-français.

Initiés par le Service de coopération et d’action culturelle de Chicago, le projet Spatial City: An Architecture of Idealism et ses différentes étapes bénéficient du soutien de Culturesfrance, du ministère de la Culture et de la Communication / Direction Générale de la Création Artistique – Service des arts plastiques et du Service Culturel de l’Ambassade de France aux États-Unis.

Contact : CULTURESFRANCE (Corinne Henry) / PLATFORM (Marie-Cécile Burnichon)

Source : CULTURESFRANCE

Classé dans:Evénements, , , , , ,

Le phénomène Ikéa

Le groupe d’aménagement d’intérieur Ikea a été créé en 1943. Une exposition à Munich présente actuellement ses plus beaux meubles. C’est ce qu’évoque le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung : « Ikea a libéré des générations entières de la situation désastreuse de l’endettement ménager. Le revers de la médaille : des doigts écorchés, des planches bancales, un chevillage erroné, des pièces manquantes – des relations se sont déjà brisées autour de l’assemblage nocturne de meubles Ikea, et le bonheur familial n’est pas toujours passé par ‘Ivar’, ‘Billy’ et ‘Hemnes’. Une fois, dans le catalogue de 1999, Ikea proposait également le mobilier adéquat correspondant à l’échec dans la vie. ‘Nous vivons ici’, disait une petite fille dans un dialogue. ‘Mon papa et moi. En fait, je ne suis là que de temps en temps, et mon papa vit ici tout le temps. Le rideau est cousu à partir de deux couvertures Ullört à 39 marks’. C’est aussi ce que vendait Ikea : des utopies pour des enfants de couples divorcés’. »

Source : Bpbc

Classé dans:Evénements, Expériences,

Havana-Cultura

Havana-Cultura est un nouveau portail sur l’art cubain, une fenêtre ouverte sur une culture à l’état pur. Nous en avions brièvement parlé au début de l’éte mais voici un peu plus d’information parmi les parutions sur le net, histoire de réchauffer l’ambiance de cet automne glacial.

Lancé au printemps 2007, Havan Cultura est le portail délivrant le contenu mécénat du groupe Havana Club International SA (joint-venture franco-cubaine créée en 1993 entre la société cubaine Cuba Ron SA et le groupe français Pernod Ricard), visant à valoriser la culture contemporaine cubaine.

Dès la première visite, on note que la singularité de ce site ne va pas seulement tenir à la qualité et à l’originalité de son contenu. L’interface qui a été conçue propose et intègre les modes actuels des différents sites de médias sur Internet. La conception du site en full flash est d’ailleurs un atout remarquable pour mettre en valeur le contenu. L’impression d’être « à l’intérieur » du média affranchi l’Internaute du média en tant que tel. Cette belle réalisation a reçu le Cyber Grand Prix au festival de la publicité de Méribel.

En coulisses, c’est une équipe de production TV, des photographes, des journalistes et des experts en communication qui voyagent à Cuba à la recherche de sujets intéressants. Sur ce site, vous y découvrirez de jeunes musiciens, des sculpteurs, stylistes, écrivains et danseurs qui vivent à la Havane.

Dans une ambiance festive, le site Havana-cultura regorge d’informations sur l’art cubain. Ce site ovni a débarqué dans un Cuba où la culture si riche et intense est dans une situation chaotique et manque d’initiatives soutenues et encouragées par du partenariat. Loin des clichés habituels, ce portail régulièrement mis à jour valorise le Cuba qu’on a envie de découvrir, loin des sentiers battus, où la culture et la création y retrouvent leur place historique et fondatrice.

 

Le site est une initiative de la marque de distillerie Havana Club. Pour autant, la marque se fait très discrète et tout l’accent est mis sur la découverte de l’art cubain. Un parti pris intéressant quand on sait que la marque a mis un point d’honneur à proposer aux internautes une vision originale sur Cuba et plus particulièrement la Havane.

« Nous ne vendons rien directement sur ce site. Ils ont pour unique but de donner aux gens l’envie de découvrir la marque et Cuba », signale François Renié, directeur de la communication de Havana Club International.

 

Havana-cultura.com a été construit en flash, technologie généralisée aujourd’hui mais qui n’optimise pas le référencement d’un site web. « Il a fallu mettre en place un procédé technique spécifique afin d’indexer les pages sur les moteurs via un système de calques », indique Bertrand Hamelin, executive SEO (Search Engine Optimisation : référencement naturel) chez LSF Interactive. Un système composé de calques flash, accessibles par l’internaute, et de calques html pour que les moteurs en comprennent le contenu.

Aucune action promotionnelle n’a été élaborée pour le lancement du site Havana-cultura. En faisant appel dans un premier temps à la communauté cubaine anglophone, Havana Club a choisi le bouche-à-oreille. En collaboration avec BuzzParadise, Havana Club communique en ce moment avec les blogueurs d’Europe (France, Espagne, Italie, Allemagne) pour diffuser l’information à un plus large public. Aussi, leur ingénieuse stratégie de référencement leur permet d’attirer la moitié du trafic.

La démarche est suffisamment singulière pour qu’elle soit notée et remarquée. Maintenant, il s’agit de nous en dire plus sur le rôle et l’engagement du média Havana-cultura.com sur le terrain et dans la durée. Peut-on se saisir d’un tel outil pour contribuer à la vie culturelle d’un territoire a fortiori Cuba où l’expression culturelle est encore fortement « cadrée » ? Quelles sont l’audience et les profils d’utilisateurs ? Quels sont les premiers impacts depuis le lancement ? Comment le site peut-il aller plus loin dans le soutien et la valorisation de la création et de la culture cubaine contemporaine ? Cet outil préfigure-t-il de nouveaux types partenariats ? La marque Havana Club entend-elle développer son implication ? On aimerait en savoir plus… Du coup, nous allons poser nos questions. A suivre donc.

Source:  www.journaldunet.com 

Classé dans:Analyses, Evénements, Expériences, Ingénieries, , , , ,

Filière Création-Mode-Design

La Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris vient de publier une étude sur la filière « Création-Mode-Design » à Paris et dans sa région. Par une approche économique, cette étude invite à une analyse de l’apport potentiel du design et de la création de mode à l’économie française et plus particulièrement à celle de sa région capitale.

Une première partie  présente le périmètre des activités de la mode et du design, dans leur
acception la plus actuelle. Une seconde partie est consacrée à l’impact de cette filière sur
l’ensemble du tissu économique et au positionnement de l’Ile-de-France dans ce domaine. L’étude se conclut sur la proposition de pistes d’actions propres à favoriser le dynamisme de la filière.

« La filière Création-Mode-Design en Ile-de-France : situation, perspectives et propositions » est en vente sur la boutique CCIP [ ici ]. Il est également possible d’acheter le format téléchargeable [ ici ]

Source et rédaction:  Alexandrine Ohlmann-Waucampt / ARIST

Classé dans:Expériences, Ingénieries, Outils, Ressources, , , , ,

Design en Corée du Sud

Après la publication d’une première synthèse portant sur le design (« Aux sources du design : le design en Allemagne ») en janvier 2008, l’Agence régionale d’information stratégique et technologique (ARIST), un service de la Chambre de l’industrie et du commerce de Paris, vient d’éditer un deuxième document : « Le design en Corée du Sud ». En effet Séoul sera capitale mondiale du design (World Design Capital – WDC) en 2010. La synthèse s’adresse par conséquent à toutes entreprises et particuliers intéressés et travaillant dans le design.

La synthèse présente le pays, sa capitale, la politique coréenne en matière de design ainsi que Séoul et le design de mode, le design graphique et le design urbain. Dans la rubrique « Pour en savoir plus… », le lecteur intéressé pourra avoir accès à des sources d’informations complémentaires sur le marché coréen du design, les chaebols (équivalents coréens des keiretsus japonaises, un ensemble d’entreprises, de domaines variés, entretenant entre elles des participations croisées), le développement durable, l’histoire du design coréen, les évènements préparant 2010, les foires et salons en Corée, les écoles coréennes de design distinguées par Business Week en janvier 2008 et les opportunités d’affaires.

La synthèse de septembre 2008 sur le design en Corée du sud est disponible gratuitement sur le site de l’ARIST [ ici ]

Classé dans:Expériences, Ingénieries, Outils, Ressources, ,

Le sacré et le profane

Parmi les articles récents parus sur la planète blog à propos des problématiques marketing, « Les marques peuvent-elles être éternelles ?» a retenu notre attention. En effet, le propos développé interpelle au regard de ce qui est en train de se passer depuis quelques années dans l’univers des marques face aux enjeux culturels (au sens large). Nous profitons de la contribution fort intéressante du blog d’Olivier Billon, pour revenir à février dernier, où nous avions rencontré des responsables marketing de grands comptes dans le cadre d’un workshop sur le marketing culturel. En marge de cette rencontre, les discussions se sont portées sur la relation entre sport, industrie et culture (et plus particulièrement l’art et les technologies). Quelques semaines plus tard, on nous questionnait sur la relation entre sport et création numérique dans la perspective d’un important événement à venir pour le stade de France. Nous livrons ici une synthèse de ces réflexions augmentée de commentaires suscités par l’article d’Olivier Billon.

 

La décennie qui vient de s’écouler a vu s’intensifier et s’accélérer l’apport des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans notre vie quotidienne, c’est une banalité que de le dire. Aujourd’hui, il est difficile (mais parfois salutaire) de vivre dans un monde « déconnecté » et chaque semaine qui passe voit fleurir de nouvelles applications, services ou expérimentations qui offrent de nouvelles possibilités et ouvrent sans cesse de nouvelles perspectives d’avenir et de progrès (la fameuse triade de la nouveauté…).

Au-delà du discours technophile, le mouvement de fond qui s’est engagé a désormais atteint un niveau industriel et c’est à l’échelle des marchés internationaux que les choses se situent dorénavant.

Les loisirs, et tout particulièrement le domaine des sports, sont l’objet de développements riches et variés. Du simple jeu de simulation ou d’imitation aux applications logicielles complexes utilisées pour la préparation des sportifs professionnels, les nouvelles technologies ont pris une importance considérable.

L’intégration des loisirs est massive et évidente. En revanche, si la sphère du sport a connu une pénétration de marché massive, elle fut néanmoins plus discrète tout au moins au début, du fait de la force de la chaîne de valeurs éthiques et morales qui le régissent (osons encore l’espérer…).

Avec ce qu’on appelle l’accélération technologique, les technologies sont progressivement sorties du domaine relativement confidentiel de la « R&D » pour entrer dans la sphère de l’innovation, terme très à la mode aujourd’hui ayant une vocation publique plus accessible. Celle-ci touche à des disciplines et des ingénieries plus « molles » et favorise la convergence entre plusieurs domaines, création-industrie notamment.

Ainsi, le marketing et la communication peuvent plus aisément jouer le rôle de vecteur d’image, de sens et de valeurs pour les marques qui innovent dans leur secteur.

Les designers et les artistes sont les premiers acteurs des industries créatives qui sont concernés par ce phénomène et pour ne parler que du domaine sportif, ce qui était demeurait dans l’alcôve du secret des entraînements et de la préparation des athlètes est devenu massivement appropriable par le public consommateur-spectateur-citoyen. A noter que tout ceci est fortement relayé et impactant auprès du public du fait des préoccupations sociétales liées au bien-être, à l’hygiène de vie, à la santé et au développement durable. Les vêtements et les aliments dits « intelligents » en sont les fers de lance.

Toujours est-il que les loisirs et le sport sont aujourd’hui en pleine mutation via le bouleversement de l’innovation et de l’apport du design. Ceux-ci sont les deux bras armés d’un développement industriel qui correspond à des attentes universelles et immédiatement appropriables à une échelle de mass-market.

Les stratégies des marques de sport savent parfaitement jouer avec ces tendances et occupent de plus en plus l’imaginaire collectif et individuel (on parle de « personnalisation de l’environnement consommateur »). Pour aller plus loin dans cette logique qui tente de conjuguer profit et démocratisation culturelle, le storytelling des marques ne devient alors que la conséquence de mouvements industriels pensés très en amont par différentes synergies et dont le cas Nike+Apple (dévoilé à Apple Expo 2008) est un exemple significatif.

Apple et Nike travaillent en effet ensemble sur un certain nombre de produits depuis début 2006. Le premier produit issu de cette collaboration est un kit Nike+iPod Sport (http://www.apple.com/ipod/nike/) qui permet d’afficher en temps réel sur l’iPod nano, lors d’un jogging, le nombre de calories brûlées, la distance parcourue ainsi que la vitesse. L’utilisateur peut également être informé via ses écouteurs. Cet accessoire qui fait le lien entre l’iPod et les chaussures de l’équipementier vient d’être commercialisé au prix de 29 $.

Mais ce n’est pas tout, Nike et Apple, avec ce kit, veulent faire de l’iPod nano un coach. Une version à venir d’iTunes permet d’aller récupérer des données sur NikePlus.com afin de s’entraîner plus efficacement. Via le site de Nike et iTunes, il est possible d’avoir un bilan des différents entraînements, de comparer les performances à d’autres membres, d’écouter des pistes de lectures contenant les conseils de grands champions Nike (Lance Armstrong, Paula Radcliff, Steve Nash, Lindsay Davenport, Ronaldo, Vince Carter ou Alberto Salazar) pour travailler sa motivation, des musiques spécialement conçues pour rythmer la course et pousser l’athlète lambda à dépasser ses limites, etc.

Steve Jobs a déclaré vouloir amener la musique et le sport à un autre niveau. Ce mouvement est bel et bien en marche… A noter que tout récemment (mars 2008), Samsung et Adidas ont annoncé leur accord industriel pour le micoach qui sortira tout prochainement.

Pour assurer la promotion de ces collaborations, la stratégie n’est plus d’afficher du logo ni d’être présent. Il faut devenir acteur, entertainer et prescripteur. Les marques développent ainsi des opérations d’envergure publique qui ratissent large (dans le cas de Nike, du Nike Park aux défilés de mode), s’appuyant notamment sur des personnalités publiques incarnant des valeurs positives et diffusant simultanément les valeurs de la marque, facilitant de fait le gain de contrats d’envergure comme récemment dans la guerre qui sévit pour les maillots des équipes nationales. Elles combinent dans ces événements création-innovation-marketing pour générer des tendances lourdes qui vont dans le sens de la convergence en tant que phénomène générationnel et pénètrent le cadre de vie. En étant acteur, entertainer et prescripteur de ces tendances, les marques poursuivent leur développement industriel et stratégique en passant comme le dit justement Olivier Billion d’un marketing du produit à un marketing de l’expérience.

Mais au-delà de ce nouvel être au monde, c’est une quête de sens que les marques poursuivent ou tentent de pérenniser dans un monde à la stabilité pour le moins capricieuse. En temps de crise, nombreuses sont les marques qui reviennent sur les fondamentaux de leur chaîne de valeur et interrompent cette quête de sens. Le storyteller redevient un concepteur-rédacteur dans des agences (ou des groupes) qui ne jurent que par le 360°. Le monde devient de plus en plus paradoxal. Pour exister la marque doit désormais être auratique.

S’il est disproportionné de faire le parallèle avec la religion, les stratégies de communication sont curieusement comparables au fait religieux, au goût pour le sacré, en pleine crise de responsabilité sociétale. On est plus dans la crise morale en fait. Ces marques, tout comme le Vatican, prônent un retour aux vraies valeurs. La vie, la vraie comme dirait l’autre ou la messe en latin, à vous de choisir.

L’intimité de la relation à une marque joue sur les mêmes ressorts esthétiques que ceux présents dans l’attrait pour le sacré. On nage en plein Walter Benjamin et c’est loin d’être fini.

Au final, il y a un besoin gigantesque de supplément d’âme et ce sont les artistes, les architectes et les designers qui apportent aux marques de nouvelles perspectives d’avenir tout en conférant un caractère sacré à leur ADN (Apple en est sûrement l’exemple les plus remarqué), générant parfois des comportements proches de l’hystérie dans l’inconscient individuel et collectif. Pour revenir au sport comme exemple de certaines évolutions dans les stratégies des marques (Apple+Nike), celui-ci permet de développer une gamme de produits à forte valeur ajoutée, qu’ils soient issus d’un univers High-Tech ou artistique. Le sport étant universel, il peut sensibiliser tout le monde et pour rester dans la cour des grands, il ne s’agit plus de sponsoring. Si le sportbusiness a différentes facettes particulièrement génératrices de profits, il faut noter que plus que jamais c’est le consommateur qui est au coeur de la stratégie. Pour toucher et fidéliser ce dernier grâce à des valeurs (et non plus grâce à des logos présents), il convient d’activer des leviers culturels (au sens large du terme) pour capitaliser sur des cultures de masse et les renouveler. C’est un enjeu profond pour les métiers des industries créatives et les designers et les artistes y jouent un rôle prépondérant. Il y a fort à parier que les industries créatives vont de plus en plus jouer les sparing partner pour beaucoup d’autres industries plus traditionnelles dans leur transition vers leurs nouveaux développements et dans la perpétuation de leur valeur identitaire. Pour conclure et méditer sur cela, citons Agamben qui en développant une conception plus politique du concept de profane explique : « profaner, c’est restituer à l’usage commun ce qui a été séparé dans la sphère du sacré ».

Classé dans:Analyses, Ingénieries, , , ,

L’ARIST Paris et le design en Allemagne

La filière Création/Mode/Design est une filière stratégique pour l’économie francilienne, pour son chiffre d’affaires, la valeur ajoutée, les emplois et son rayonnement à l’international. «Paris et sa région regroupent, en effet, deux tiers des emplois nationaux du design et plus de la moitié des emplois de la création de mode. Sur le plan qualitatif, le poids de Paris, qui rassemble l’essentiel des établissements les plus prestigieux, est encore plus important.»

L’ARIST Paris (Agence Régionale d’Information Stratégique et Technologique) est un service spécialisé de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris. Ses ingénieurs et analystes aident les entreprises à structurer, quantifier et valider toutes les données utiles à leur développement au plan français et international. Elle travaille  étroitement avec les acteurs de franciliens de l’innovation, ce qui l’amène à suivre de près des filières  qui favorisent l’idée innovante,  comme la Création/Mode/Design.

Pour sensibiliser, informer, orienter et accompagner les étudiants, créateurs, chercheurs, agences et entreprises  dans ce  domaine, l’ARIST Paris propose une nouvelle publication dont le premier numéro est consacré au design en Allemagne.

Au sommaire :

Les industries culturelles et créatives et l’UE

§       L’industrie du design allemand : Données chiffrées générales / Données sectorielles : design industriel, design produit, design de communication / Caractéristiques du design allemand

§       Quelques grands noms et agences du design

§       Grandes entreprises de Corporate Design et de Corporate Identity

§       Institutions, centres de promotion du design

§       Foires et salons 2008

§       Prix et concours internationaux

§       Revues du secteur, annuaires professionnels 2008, archives et musées du design

 

La publication est gratuitement disponible sur www.arist.ccip.fr

Classé dans:Evénements, Expériences, Gouvernances,

Audience stats (year nine)

  • 393,258 page views

Network map today : 3020 experts members and contributors

Rejoignez 3 705 autres abonnés

Themes

Action artistique et culturelle Aménagement du territoire Architecture Art dans la ville Art et espace public Arts sciences et technologies Billets réflexifs Capitales européennes de la culture Coopération culturelle Coopération internationale Creative cities Création contemporaine Création numérique Cultural Engineering Group Culture et développement territorial Culture et innovation Dialogue interculturel Diversité culturelle Démocratisation de la culture Développement culturel Développement des territoires Développement durable Développement soutenable Economie créative Economie de la culture Equipements publics Ethique Europe Evaluation des politiques culturelles Financement de la culture Finances publiques Gouvernance culturelle Industries créatives Industries créatives et design Industries culturelles Ingénierie culturelle Ingénierie de la connaissance Ingénierie touristique Innovation Innovation sociale Interculturel Marché de l'art Marketing culturel Marketing des territoires Musées Musées et nouvelles technologies Mécénat Métropoles créatives Nouveaux médias Nouvelles gouvernances Nouvelles technologies Patrimoine Patrimoine numérique Politique culturelle Politique des territoires Politique européenne Politiques culturelles Politiques de l'innovation Politiques des territoires Politiques européennes Politiques publiques Politiques publiques et PPP Polémiques Prospective RGPP Réforme de l'Etat Réforme des collectivités territoriales Réformes Soft power Soutenabilité Tourisme Tourisme culturel Tourisme culturel et nouvelles technologies UNESCO Urban planning

Member of The Internet Defense League