Cultural Engineering Group

Services & Ressources en ingénierie culturelle

Dîner débat Publics & Territoires avec René Villemure

Logo club

photo02

Le club « Publics & Territoires » organisait hier soir un dîner débat à l’hôtel Normandy en partenariat avec Ethikos et son président René Villemure en invité d’honneur, en tant que grand spécialiste de l’éthique appliquée.

Il s’agissait d’aborder une problématique de plus en plus présente dans les préoccupations des décideurs : « comment puis-je faire pour bien faire ? ». Il est vrai que l’élu local est confronté chaque jour à de nombreux choix pour animer la communauté qu’il représente comme pour gérer le territoire dont il a la charge.

Face à cette question d’une apparente simplicité dans ce monde en mouvement permanent et de plus en plus complexe, l’objectif est clairement pour lui de prendre la « juste » décision. Comment poser les enjeux de ce « leadership » éthique ? Sur quels fondements bâtir cette nouvelle gouvernance locale ? Telles étaient quelques-unes des questions dont les membres et les invités ont débattues.

Le compte-rendu complet de la soirée sera prochainement disponible dans le cadre de la refonte désormais imminente du site du club et puisque nous avons le plaisir de participer et de contribuer à l’aventure Publics & Territoires, nous ne manquerons pas d’en relayer les meilleurs moments sur CEG.

A suivre donc.

Filed under: Analyses, Evénements, Gouvernances, , , ,

Entreprise socialement exemplaire : «au-delà de la RSE»

 René Villemure
L’exigence ultime

L’éthique des entreprises est souvent réduite à une version mineure de la «Responsabilité sociétale des entreprises» (RSE). Cette «RSE attendue» est soucieuse de conformité à des standards universels sans égard aux particularités culturelles des continents ou des pays où évolue l’entreprise. Cette «RSE attendue», réduite à la conformité et pensée par d’autres pour d’autres, n’offre pas à l’entreprise le plein potentiel de son devoir social. La «RSE attendue» est celle de la surveillance. Cette conception, fort populaire, est cependant réductrice. Elle réduit le «Bien Faire» à l’obéissance…

L’Entreprise Socialement Exemplaire (« ESE ») est celle qui a comme ambition d’agir de manière éthique au-delà de la simple conformité offerte par des programmes de «RSE attendue», conformité à des standards souvent aculturés. L’ »ESE » doit être imaginée et conçue en conjuguant les exigences internationales, la culture de l’entreprise et la culture locale où est implantée l’entreprise. Elle ne doit pas avoir comme moyen la reproduction ou l’adaptation facile de la «RSE attendue».

L’ »ESE » amènera ses acteurs à évoluer dans un cadre leur permettant d’élever leur regard et d’apprécier la complexité d’un monde en changement en misant sur une«articulation vertueuse globale» du développement durable éthique par les entreprises.

L’ »ESE » doit être comprise comme étant un exercice réflexif qui résulte d’une prise de conscience collective au sein de l’entreprise, d’un désir de «faire autrement», d’une ambition de faire «mieux» au niveau éthique. L’automatisme dans les gestes de gestion et de gouvernance a perdu de sa pertinence.

Dans le monde de l’ »ESE », Voir autrement et penser autrement ne sont plus des alternatives, ce sont des nécessités.

_____

Retrouvez sur Cultural Engineering Group les billets réflexifs de René Villemure, éthicien, conférencier, président fondateur de l’Institut québécois
d’éthique appliquée notamment aux domaines de l’innovation, de la culture, de la gouvernance et de la communication. Il est également le fondateur d’Ethikos pour son action à l’international et partenaire de Publics & Territoires, le premier réseau des décideurs éthiques dans les territoires.

Billets réflexifs précédents publiés sur CEG :

Toutes les publications, les actualités et  les activités de René Villemure en cliquant ici.

Filed under: Analyses, Gouvernances, , , , ,

L’éthique et la culture en 2013

 

 

Retrouvez sur Cultural Engineering Group les billets réflexifs de René Villemure, éthicien, conférencier, président fondateur de l’Institut québécois
d’éthique appliquée notamment aux domaines de l’innovation, de la culture, de la gouvernance et de la communication. Il est également le fondateur d’Ethikos pour son action à l’international et partenaire de Publics & Territoires, le premier réseau des décideurs éthiques dans les territoires.

Billets réflexifs précédents publiés sur CEG :

Toutes les publications, les actualités et  les activités de René Villemure en cliquant ici.

Filed under: Analyses, , , ,

L’obsession éthique

En tout, l’excès est un vice

– Sénèque

Certains choix valent mieux que d’autres.  Lesquels ? Pourquoi ?

Cette interrogation, simple à énoncer, se situe pourtant au fondement de l’éthique appliquée.  Depuis toujours, le temps passe, demain devient hier, la technologie évolue mais l’Homme reste le même avec ses désirs, ses envies et ses espoirs.  Ainsi, considérant que nous ne sommes pas seuls, que convient-il de faire dès lors que l’on veut Bien Faire?

Au fil des années, on a pu voir le législateur se préoccuper d’éthique en promulguant des lois et des règlements, des sociétés privées ont décidé de rédiger des codes de déontologie souvent appelés « codes d’éthique » pour faire plus joli puis ensuite donner des formations en éthique sur la déontologie contenue dans le code; les médias ont dénoncé ou mis à jour des situations jugées (par eux) inacceptables.  Certains, nombreux, se sont même autoproclamés experts en éthique estimant qu’il y avait là une opportunité d’affaires…

Où se situe la juste appréciation entre « l’éthique » et le « non-éthique »?  Bien que plusieurs l’exigent tous les jours, convient-il de tracer une ligne entre « éthique » et « non-éthique »?

Quotidiennement, on ne compte plus le nombre de personnes qui me demandent dans la rue ou au magasin : « cette situation est-elle éthique »?  Pourtant, dit-on, l’éthique devrait aller de soi. Néanmoins, on continue à évoquer l’éthique en terme de manquements tout en continuant à mal comprendre ce qu’est réellement l’éthique.

Il est bien certain que si l’on n’évoque le sujet de l’éthique qu’en vue de souligner des manquements on ne peut que déprimer ou perdre ses illusions sans nécessairement apprendre grand-chose sur l’éthique puis conclure trop rapidement ou facilement que le monde est « mauvais » ou qu’il est vide d’éthique.  On ne peut apprendre beaucoup sur l’éthique parce que l’on n’en parle pas, on ne parle que du manque et des manquements… En affaire d’éthique, la réflexion est pourtant préférable à la conclusion.

Soyons clairs : d’une certaine manière, l’éthique fait peur.  Les gens sont tellement à craindre les manquements à l’éthique que l’éthique elle-même semble devenir une obsession et, comme toute obsession, la peur irraisonnée de la non-éthique n’est pas saine.  L’obsession éthique, parce qu’il convient dorénavant de la nommer ainsi, empêche d’agir, elle paralyse l’action puis, et c’est le plus terrifiant, elle paralyse la pensée.  L’obsession éthique empêche de penser, elle empêche d’appréhender le monde à partir de la culture et des connaissances de l’individu; l’obsession éthique est à l’opposé de la responsabilité que tous invoquent chaque jour.   À voir tourner le monde, on dirait qu’il n’y a plus personne pour prendre une décision sans qu’il n’y ait un règlement ou un code pour dédouaner ou déresponsabiliser le décideur ou, pire encore, pour lui permettre de justifier que la conséquence d’une mauvaise décision n’était « pas de sa faute » parce que c’était écrit…  La peur n’a jamais fait croître une société; la peur de la non-éthique relève de la même logique.

Afin de réduire cette peur, les gouvernements et les chefs d’entreprises devraient cesser de promouvoir le manque d’éthique ou d’enseigner « comment ne pas mal faire » et plutôt diriger leurs enseignement sur le « pourquoi Bien Faire ».  Cessez de faire peur, d’avoir peur, inspirez par le Bien plutôt que par la crainte de la sanction.  L’éthique sera toujours affaire de « Bien Faire », elle ne saurait être réduite à une obsession de « ne pas mal faire » ou à une dynamique de « surveiller et punir ».

Ainsi, à la demande de « tracer une ligne entre mal faire et Bien Faire » il faut plutôt répondre par la nécessité de construire un espace entre les pôles « Bien faire » et « mal faire ».  Devant la complexité de la société moderne, tracer une ligne est illusoire.  Décider « Quoi Faire pour Bien Faire » est affaire de réflexion, pas de traçage de ligne.

Dans cet esprit, cessez de penser « à tracer la ligne », cessez de vous demander « si c’est déjà écrit »; délimitez l’espace éthique et occupez-le.  Cet espace, à construire, se situera entre l’obsession et la négligence éthique, entre un « trop » et un « trop peu », qui sont tous deux des fautes.

En affaire d’éthique, c’est la justesse de la pensée et celle de l’action qui comptent.  Pas l’obsession, ni la négligence…même si elles sont éthique…

N’en déplaise à certains.

*  *

*

 

Le sublime n’est pas le fruit du hasard.

____

Retrouvez sur Cultural Engineering Group les billets réflexifs de René Villemure, éthicien, conférencier, président fondateur de l’Institut québécois
d’éthique appliquée notamment aux domaines de l’innovation, de la culture, de la gouvernance et de la communication.

Billets réflexifs précédents publiés sur CEG :

Toutes les publications, les actualités et  les activités de René Villemure en cliquant ici.

Filed under: Analyses, Gouvernances, , , , ,

Audience stats (year nine)

  • 401 592 page views

Network map today : 3020 experts members and contributors

Rejoignez 3 778 autres abonnés

Themes

Action artistique et culturelle Aménagement du territoire Architecture Art dans la ville Art et espace public Arts sciences et technologies Billets réflexifs Capitales européennes de la culture Coopération culturelle Coopération internationale Creative cities Création contemporaine Création numérique Cultural Engineering Group Culture et développement territorial Culture et innovation Dialogue interculturel Diversité culturelle Démocratisation de la culture Développement culturel Développement des territoires Développement durable Développement soutenable Economie créative Economie de la culture Equipements publics Ethique Europe Evaluation des politiques culturelles Financement de la culture Finances publiques Gouvernance culturelle Industries créatives Industries créatives et design Industries culturelles Ingénierie culturelle Ingénierie de la connaissance Ingénierie touristique Innovation Innovation sociale Interculturel Marché de l'art Marketing culturel Marketing des territoires Musées Musées et nouvelles technologies Mécénat Métropoles créatives Nouveaux médias Nouvelles gouvernances Nouvelles technologies Patrimoine Patrimoine numérique Politique culturelle Politique des territoires Politique européenne Politiques culturelles Politiques de l'innovation Politiques des territoires Politiques européennes Politiques publiques Politiques publiques et PPP Polémiques Prospective RGPP Réforme de l'Etat Réforme des collectivités territoriales Réformes Soft power Soutenabilité Tourisme Tourisme culturel Tourisme culturel et nouvelles technologies UNESCO Urban planning

Member of The Internet Defense League